Rechercher

Negev : Deux fillettes blessées après être tombées de la fenêtre d’un bus

Selon le chauffeur, les deux enfants de 5 et 9 ans s'appuyaient contre la vitre qui est tombée ; le conducteur aurait disparu pendant plusieurs heures avant de se rendre

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

La fenêtre du bus d'où sont tombées deux fillettes - l'une est grièvement blessée et l'autre modérément - le 21 décembre 2021. (Crédit : Police israélienne)
La fenêtre du bus d'où sont tombées deux fillettes - l'une est grièvement blessée et l'autre modérément - le 21 décembre 2021. (Crédit : Police israélienne)

Deux petites filles sont tombées d’un bus en circulation, mardi soir. Une fillette de 9 ans a été grièvement blessée et une autre, de 5 ans seulement, a été modérément touchée.

La police a cherché le chauffeur pendant plusieurs heures qui s’est finalement rendu. Il a toutefois déclaré à la Douzième chaîne qu’il n’avait pris la fuite à aucun moment et qu’il n’avait pas été contacté par les forces de l’ordre.

L’accident est survenu sur la Route 31, à proximité de la ville de Kuseife, dans la région du Negev qui se trouve au sud du pays.

Le chauffeur, âgé de 27 ans et qui réside à Kuseife, a dit à la Douzième chaîne que les deux fillettes appartenaient à sa famille éloignée et qu’il ne les avait pas abandonnées après l’accident.

Il a indiqué que le bus revenait d’un mariage et que, conformément à la coutume bédouine, il n’y avait que des femmes à bord.

Il a raconté que les deux enfants s’appuyaient contre la fenêtre quand le bus avait abordé une courbe.

« La vitre est tombée et elles ont chuté à travers », a-t-il raconté. Les autres passagères lui dont demandé de s’arrêter et il s’est exécuté.

Des vidéos et des photographies de la scène de l’accident, qui ont été diffusées par la police israélienne, montrent la fenêtre du bus tombée à plusieurs mètres du parapet de la route.

La presse israélienne ne précise pas si les deux enfants étaient sœurs mais le chauffeur a fait savoir que leurs tantes avaient été invitées au mariage et qu’elles se trouvaient dans le bus.

Le chauffeur a ajouté qu’il avait arrêté une ambulance qui circulait et que son occupant avait pris en charge les petites victimes.

Il a expliqué qu’il ne comprenait pas pourquoi les policiers avaient affirmé qu’il avait pris la fuite et que ses derniers avaient appelé son père. Il a précisé qu’il avait pris la décision, dès le début, de se rendre au commissariat.

Les forces de l’ordre ont ultérieurement annoncé que l’homme s’était rendu au commissariat d’Arara.

Selon le site d’information Ynet, la police avait initialement localisé le chauffeur et l’avait ramené sur les lieux de l’accident dans le cadre de l’enquête. Mais l’homme avait déclaré qu’il ne se sentait pas bien et il avait été évacué vers l’hôpital Soroka. Après avoir quitté l’hôpital, il a disparu pendant plusieurs heures avant de se rendre au commissariat.

Un secouriste du Magen David Adom (MDA) qui, par hasard, se trouvait au volant d’une ambulance dans le secteur juste après l’accident, a raconté que des personnes, au bord de la route, lui avaient fait signe de s’arrêter. Dans un communiqué émis par le MDA, il a précisé que les fillettes gisaient sur la route et que l’une d’entre elles était inconsciente. Il s’est rendu auprès d’elles et il a alerté la ligne d’urgence du MDA en demandant l’envoi de deux ambulances de soins intensifs.

L’enfant grièvement blessée a été évacuée vers l’hôpital Soroka de Beer Sheva.

Dans un autre accident de la route survenu mardi soir, un jeune homme a été tué alors qu’il circulait sur un vélo électrique dans l’implantation de Tekoa. Les circonstances exactes de sa mort sont encore indéterminées. La victime, qui était âgée d’une vingtaine d’années, a été trouvée par les secours sur le bord de la route, blessée à la tête, ne montrant aucun signe de vie. Sa mort a été prononcée sur les lieux de l’accident.

Une enquête a été ouverte pour déterminer si ce décès relève d’un accident entraîné par une erreur humaine ou s’il s’agit d’un délit de fuite.

Selon l’Autorité nationale de la sécurité routière, 356 personnes ont été tuées sur les routes d’Israël depuis le début de l’année, contre 292 l’année dernière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...