Israël en guerre - Jour 252

Rechercher

Netanyahu annonce une large incursion terrestre : « Plus jamais ça, c’est maintenant »

Le Premier ministre a déclaré que la décision de renforcer l'incursion terrestre avait été prise à l'unanimité et il a évoqué le rôle de l'Iran dans l'assaut du 7 octobre

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprimant aux côtés du ministre de la Défense Yoav Galant, au centre, et du chef du parti HaMahane HaMamlahti Benny Gantz, à droite, pendant une conférence de presse conjointe au ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 28 octobre 2023. (Crédit : Dana Kopel/POOL)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprimant aux côtés du ministre de la Défense Yoav Galant, au centre, et du chef du parti HaMahane HaMamlahti Benny Gantz, à droite, pendant une conférence de presse conjointe au ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 28 octobre 2023. (Crédit : Dana Kopel/POOL)

Alors que les sirènes résonnaient dans le centre d’Israël, samedi soir, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé que la seconde phase de la campagne militaire visant à détruire le Hamas avait commencé par une offensive terrestre élargie dans la bande de Gaza.

Affichant une image d’unité en compagnie du ministre de la Défense Yoav Gallant et de Benny Gantz, ministre au sein du cabinet de guerre, lors d’une conférence de presse qui était organisée à Tel Aviv, Netanyahu a annoncé que « c’est la seconde phase de la guerre, une phase dont les objectifs sont clairs – détruire les capacités militaires et de gouvernance du Hamas et ramener les otages chez eux. »

Il a ajouté que la décision portant sur le lancement des opérations terrestres avait été prise à l’unanimité par le cabinet de guerre et par le cabinet de sécurité.

« Cet élargissement l’offensive terrestre n’entre nullement en contradiction avec notre capacité à ramener les otages », a-t-il insisté.

Il a aussi été interrogé sur un accord potentiel qui prévoirait la libération de tous les captifs qui se trouvent entre les mains du Hamas en échange de la remise en liberté de tous les prisonniers sécuritaires palestiniens détenus en Israël – un accord que les leaders du groupe terroriste réclament avec de plus en plus de conviction.

« Nous en discutons », a-t-il indiqué sans entrer davantage dans les détails, ajoutant qu’il n’était pas en mesure de partager avec le public les renseignements et les considérations prises en compte par le cabinet. Débattre ouvertement des dispositions d’un accord potentiel « ne nous aidera pas à en trouver un », a-t-il précisé.

Capture d’écran d’une vidéo montrant des tanks israéliens dans la bande de Gaza, le 28 octobre 2023. (Capture d’écran : Armée israélienne)

Les forces terrestres – des unités d’infanterie, des forces de génie de combat et des chars, entre autres – sont entrées dans Gaza, vendredi soir, et elles y sont restées samedi, opérant plus profondément dans l’enclave placée sous le contrôle du Hamas que lors des incursions qu’Israël avait pu faire dans le passé, qui avaient été plus limitées.

« Nos commandements et nos soldats qui luttent en territoire ennemi savent que la nation et ses dirigeants sont à leurs côtés », a continué le Premier ministre.

Netanyahu a noté que les troupes qu’il a été amené à rencontrer sur le terrain sont déterminées « à faire payer le Hamas » pour son assaut barbare du 7 octobre.

« Nous sommes déterminés à éradiquer ce mal du monde, au nom de notre existence et – j’ai envie de l’ajouter – au nom de l’Humanité toute entière ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’exprimant lors d’une conférence de presse sur la guerre contre le Hamas, le groupe terroriste qui contrôle Gaza, le 28 octobre 2023. (Crédit : Capture d’écran YouTube ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Netanyahu a poursuivi en rappelant que « Nous l’avons toujours dit : ‘Plus jamais ça’. Eh bien, ‘Plus jamais ça’, c’est maintenant ».

Le Premier ministre a qualifié l’enlèvement des otages – il s’agit de civils de tous les âges – de « crime contre l’Humanité ».

Il a dénoncé ceux « qui osent accuser nos soldats de crimes de guerre », les qualifiant « d’hypocrites » et de « menteurs ».

« Tsahal est l’armée la plus morale du monde », a-t-il déclaré, appelant une nouvelle fois les habitants du nord de l’enclave côtière à se rendre dans le sud de la bande de Gaza – un appel lancé de manière répétée par Israël depuis quelques semaines.

Netanyahu a accusé le groupe terroriste palestinien du Hamas de crimes de guerre pour son utilisation des Gazaouis comme autant de boucliers humains, pour avoir installé les quartiers-généraux des groupes terroristes dans les hôpitaux et pour s’être emparé du carburant destiné aux établissements hospitaliers.

Samedi, l’armée a déclaré qu’elle commencerait à autoriser une entrée beaucoup plus importante des aides humanitaires au sein de l’enclave côtière – une aide qui transitera depuis l’Égypte.

L’armée espère que les produits alimentaires, l’eau et les équipements médicaux qui seront ainsi distribués dans le sud encourageront les Palestiniens à évacuer le nord de la zone.

Des Palestiniens fouillent les décombres d’un immeuble détruit après des frappes israéliennes sur le camp Al-Shatee, à Gaza City, le 28 octobre 2023. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)

Israël a averti de manière répétée que l’armée frappera avec force Gaza City et les autres secteurs du nord de la bande où le Hamas aurait installé ses bases d’opérations principales et ses vastes installations souterraines qui sont en grande partie creusées sous la ville.

Tsahal a noté que les Israéliens n’autoriseraient pas l’entrée de carburant dans la bande de Gaza – un carburant qui serait utilisé par le Hamas dans son combat contre l’État juif.

Netanyahu a indiqué le stade initial de la guerre – lancé suite aux atrocités commises par des terroristes du Hamas qui, ayant franchi la frontière, avaient massacré 1 400 Israéliens, des civils en majorité, le 7 octobre – avait consisté en une campagne aérienne massive « pour permettre à nos forces terrestres d’entrer en action sur le territoire dans les meilleurs conditions de sûreté possibles ».

« Nous avons éliminé d’innombrables meurtriers, y compris des tueurs de masse. Nous avons détruit d’innombrables quartiers généraux et autres infrastructures terroristes. Nous n’en sommes qu’au début », a-t-il déclaré.

Cette image tirée d’une séquence TV de l’AFP montre des flammes et de la fumée s’élevant au-dessus de la ville de Gaza lors d’une frappe israélienne le 27 octobre 2023. (Crédit : Yousef Hassouna/AFP)

Netanyahu a ajouté que la guerre sera « longue et difficile et nous sommes prêts. C’est notre seconde guerre de l’Indépendance. Nous combattrons pour défendre notre pays. Nous combattrons et nous ne nous retirerons pas ».

« Israël ne fait pas que mener sa guerre, une guerre qui serait comme les autres : c’est la guerre de l’Humanité contre les barbares », a-t-il noté.

« Nos alliés du monde occidental et nos partenaires du monde arabe savent que si nous ne gagnons pas, ils seront les prochains visés par la campagne meurtrière de l’axe du mal », a-t-il établi.

Il a dit que le conflit était un combat « de la lumière contre l’obscurité, de la vie contre la mort. C’est la mission de nos vies et c’est la mission de ma vie. »

Prenant les toutes premières questions des journalistes depuis le carnage commis par le Hamas, Netanyahu a refusé d’évoquer directement ses éventuelles responsabilités dans l’assaut terroriste meurtrier perpétré par le groupe. « Après la guerre, tout le monde devra apporter des réponses, y-compris moi », a-t-il commenté, répétant des propos tenus au début de la semaine.

Mais, a-t-il souligné, « cela a été une débâcle atroce ».

Capture d’écran de la caméra corporelle du Hamas montrant des terroristes tirant sur un véhicule israélien lors de l’attaque menée par l’organisation terroriste le 7 octobre dans le sud d’Israël, diffusée par l’armée israélienne et le cabinet du Premier ministre. (Crédit : Capture d’écran)

Il a également refusé de s’engager à établir une commission d’enquête d’État – la commission la plus puissante qui puisse être créée – pour lancer des investigations sur les manquements qui ont permis au Hamas de commettre ses barbaries. « Rien, absolument rien ne sera négligé », a-t-il poursuivi, précisant que son objectif, actuellement, était uniquement de remporter la victoire et « de sauver l’État ».

Les journalistes ont aussi demandé à Netanyahu si le plan de refonte du système judiciaire de son gouvernement avait détourné l’attention des problèmes de sécurité. Le Premier ministre a rétorqué que les propositions législatives visant à affaiblir les tribunaux n’étaient « plus à l’ordre du jour » et que les désaccords s’étaient effacés face à la gravité du conflit.

Je ne peux pas vous dire de manière certaine que dans cette opération spécifique, à ce moment particulier, l’Iran a été impliquée dans la microplanification

Répondant à une question sur l’implication de l’Iran dans les attaques du 7 octobre, Netanyahu a dit que « l’Iran soutient le Hamas… Téhéran fournit plus de 90 % du budget du Hamas. L’Iran finance, organise, dirige, donne des orientations ».

« Je ne peux pas vous dire de manière certaine que dans cette opération spécifique, à ce moment particulier, l’Iran a été impliquée dans la microplanification », a-t-il poursuivi.

Mais, a-t-il fait remarquer, le Hamas n’existerait pas sans l’Iran – et le Hezbollah non plus. « C’est l’axe du mal contre le monde libre et contre les modérés dans le monde arabe », a-t-il affirmé.

Le sol tremble à Gaza

Prenant la parole après Netanyahu, le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a indiqué qu’il était hanté par la pensée des otages et qu’Israël faisait tout son possible pour les rapatrier. « Ce n’est pas une mission secondaire », a-t-il dit.

Gallant a affirmé que plus dures seraient les frappes d’Israël contre le Hamas, plus grandes seraient les chances que le groupe terroriste accepte de libérer les otages – un argument qui a aussi été avancé par Netanyahu et par Gantz.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s’exprimant lors d’une conférence de presse sur la guerre contre le Hamas, le groupe terroriste qui dirige Gaza, le 28 octobre 2023. (Crédit : Capture d’écran YouTube ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

« Au cours du dernier jour, nous avons avancé vers une nouvelle phase » de la guerre, a dit Gallant. « La puissance des tirs a ébranlé le sol de Gaza, et c’est différent de tout ce que le Hamas a connu depuis sa création. »

« Les forces de Tsahal manœuvrent dans les endroits appropriés et frappent les réseaux du Hamas en ce moment même, en surface et sous la terre », a-t-il ajouté. Le Hamas subit des chocs qu’il n’avait jamais subis. »

Gallant a affirmé que les forces israéliennes à Gaza recevaient tous les renseignements et le soutien dont elles ont besoin, ajoutant que l’opération est précise, meurtrière et extrêmement puissante.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s’entretenant avec des marins de la marine israélienne du 916e escadron de patrouille à la base navale d’Ashdod, le 23 octobre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Il a noté « faire entièrement confiance » au chef d’état-major de l’armée israélienne, aux chefs du Shin Bet et du Mossad, ainsi qu’aux soldats sur le terrain.

« La guerre ne sera pas courte. Elle sera longue », a-t-il fait remarquer. « C’est eux ou nous ».

Pas de limite de temps

C’est Gantz, ancien chef d’état-major, qui s’est exprimé le dernier, affirmant que « il n’y a pas de limite de temps au niveau diplomatique, seulement une horloge opérationnelle ».

Les opérations lancées par l’armée israélienne, dans le passé, s’étaient achevées sous le renforcement des pressions exercées par le monde sur Israël, notamment de la part de ses alliés.

Le ministre Benny Gantz s’exprimant lors d’une conférence de presse sur la guerre contre le Hamas, le groupe terroriste au pouvoir à Gaza, le 28 octobre 2023. (Crédit : Capture d’écran YouTube ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

 » Nous ferons ce qui est juste pour nous », a-t-il affirmé, appelant le monde à maintenir la pression sur le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Il s’agit d’un mal total contre une justice totale. Et c’est la justice qui l’emportera », a-t-il déclaré.

Gantz a ensuite repris à son compte les propos tenus par Netanyahu, qui avait estimé qu’Israël menait une Seconde Guerre d’Indépendance, affirmant que le pays se battra « là où il le faut et quand il le faut ».

« Nous en sortirons non seulement plus forts, mais aussi plus unis », a-t-il dit.

Des Juifs haredim viennent afficher leur soutien aux soldats israéliens déployés sur une position située à proximité de la frontière avec Gaza, dans le sud d’Israël, le 11 octobre 2023. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Gantz a annoncé que la guerre sera un effort livré en plusieurs étapes, qu’elle nécessitera des sacrifices importants et qu’il faudra beaucoup de temps pour gagner sur le champ de bataille et pour remettre en état le sud du pays.

Répondant à une dernière question des journalistes, le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a indiqué que les relations entre les membres du cabinet de guerre étaient bonnes. « Le Premier ministre, le ministre Gantz, les ministres du cabinet de sécurité, les ministres du cabinet de guerre ont des discussions qui sont à la hauteur des enjeux, des relations interpersonnelles qui sont bonnes, professionnelles et en fin de compte, nous sommes tous unis derrière un seul objectif : la victoire ».

Les terroristes de Gaza ont lancé des milliers de roquettes en direction d’Israël depuis le 7 octobre, entraînant des dizaines de blessés et des morts, et l’éducation de centaines de milliers d’enfants a été bouleversée dans la mesure où les écoles sont restées fermées ou qu’elles ouvrent leurs portes de manière limitée.

L’armée israélienne s’est préparée pour une incursion terrestre à Gaza visant à démanteler le groupe terroriste du Hamas, à la tête du territoire, suite aux barbaries commises par ses hommes armés dans le sud d’Israël.

Un char de combat Merkava de l’armée israélienne se déplaçant le long de la frontière avec la bande de Gaza près de la ville méridionale de Sderot, le 18 octobre 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)

L’armée de l’air a pilonné les infrastructures du Hamas avec une puissance sans précédent pour éliminer les menaces qui pouvaient potentiellement planer sur les troupes lors de leur offensive terrestre. Les bombardements ont détruit des quartiers entiers, entraînant un niveau de destruction qui n’avait jamais été vu lors des quatre précédentes guerres entre Israël et le groupe terroriste.

De son côté, le ministère de la Santé placé sous l’autorité du Hamas à Gaza a annoncé que les attaques israéliennes ont entraîné plus de 7 000 morts, tuant notamment de nombreux enfants. Les chiffres publiés par le groupe terroriste ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et incluent ses propres terroristes tués en Israël et à Gaza, ainsi que les victimes d’une explosion dans un hôpital de la ville de Gaza le 17 octobre, causée par un tir de missile du Jihad islamique, qui a dévié de sa trajectoire et que le Hamas a imputé à Israël. Israël affirme avoir tué 1 500 terroristes du Hamas à l’intérieur d’Israël le 7 octobre et après cette date.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.