Netanyahu donne une interview au magazine Paris Match
Rechercher

Netanyahu donne une interview au magazine Paris Match

"Plutôt que de consacrer ses fonds au développement du pays, le régime [iranien] les détourne pour financer le terrorisme", a expliqué le Premier ministre

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu en route pour la réunion hebdomadaire du Cabinet à son bureau de Jérusalem, le 4 février 2018. (photo AFP / Pool / Jim Hollander)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu en route pour la réunion hebdomadaire du Cabinet à son bureau de Jérusalem, le 4 février 2018. (photo AFP / Pool / Jim Hollander)

Dans une interview donnée au magazine français Paris Match, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a expliqué que « plutôt que de consacrer ses fonds au développement du pays, le régime [iranien] les détournait pour financer un terrorisme dont les dirigeants européens pensent à tort ne pas être la cible » et enfonçant ainsi le pays « dans la misère ».

Le responsable israélien est également revenu la présence du ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif au sommet du G7 de Biarritz suite à l’invitation d’Emmanuel Macron – une « erreur, à l’heure où les sanctions américaines commençaient à porter leurs fruits ».

Il a expliqué entretenir « d’excellents rapports » avec le président français et est revenu sur l’opération du Mossad visant à récupérer des archives secrètes à Téhéran ».

« J’ai déposé ces preuves dans le bureau Ovale, à la Maison-Blanche, et je pense qu’elles ont fini de conforter le président Trump dans sa décision [de se retirer de l’accord de Vienne de 2015 sur le nucléaire iranien] », a-t-il ajouté.

Il a également affirmé que le devoir d’israël était d’aider le peuple iranien à recouvrer sa liberté d’antan et son « passé glorieux », « avant que les ayatollahs ne prennent le pays en otage pour y installer leur dictature théocratique ».

L’intégralité de l’entretien est à retrouver dans le Paris Match numéro 3669, actuellement en kiosques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...