Rechercher

Netanyahu évoque avec Raam une possible coopération post-électorale – Ali Salem

"Vous verrez que le Likud siègera finalement avec les Arabes", a dit le maire de Nazareth, qui serait un proche du chef de l'opposition ; le Likud dément

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu rencontre le maire de la ville israélienne de Nazareth Ali Salam, dans le bureau du Premier ministre à Jérusalem le 13 janvier 2016 (Crédit : Haim Zach / GPO)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu rencontre le maire de la ville israélienne de Nazareth Ali Salam, dans le bureau du Premier ministre à Jérusalem le 13 janvier 2016 (Crédit : Haim Zach / GPO)

Ali Salem, le maire de Nazareth, a déclaré vendredi que le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu a été en contact avec des personnalités arabes israéliennes concernant une coopération potentielle avec le parti islamiste Raam au lendemain du prochain scrutin.

« Vous verrez que le Likud siègera finalement dans une coalition avec les Arabes », a déclaré Salem devant les caméras de la Douzième chaîne. « Je me suis récemment entretenu avec Netanyahu. Si c’est nécessaire, il siègera avec nous ».

Raam, qui est devenu le premier parti arabe à avoir rejoint une coalition israélienne depuis des décennies, a été qualifié, dans le passé, par le Likud de Netanyahu et par ses alliés comme un « soutien du terrorisme ». Mansour Abbas, le leader de Raam, a pourtant dénoncé le terrorisme avec force à de nombreuses occasions.

Avant la formation du dernier gouvernement – dont l’effondrement, au mois de juin, a entraîné le nouveau vote du 1er novembre – Netanyahu avait négocié avec Abbas alors qu’il tentait de rassembler une coalition, une tentative qui devait s’avérer infructueuse. L’inclusion potentielle de Raam avait été rejetée par la formation HaTzionout HaDatit, qui fait partie du bloc religieux de droite de Netanyahu.

Netanyahu et le Likud ont depuis nié avoir eu l’intention de former une coalition soutenue par Raam, comme l’avait affirmé Abbas.

« C’est un mensonge complet, une ruse qui vise à légitimer l’association entre des partis de gauche et des factions anti-sionistes qui soutiennent le terrorisme », a dit le Likud en réponse à l’affirmation faite par Salem. Il s’est engagé à former un gouvernement avec HaTzionout HaDatit et avec les formations Shas et YaHadout HaTorah après le scrutin.

Le député de Raam, Mansour Abbas, à la Knesset, le 30 juin 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Au cours de l’entretien télévisé, Salem – qui est considéré comme étant l’une des personnalités arabes les plus proches de Netanyahu – a également déclaré qu’il allait pousser les Arabes israéliens à aller déposer un bulletin dans l’urne, les sondages laissant craindre une faible participation électorale de cette communauté.

« J’appelle la communauté arabe toute entière à aller voter. Peu importe pour qui mais c’est important de voter afin d’améliorer le pourcentage de la participation électorale », a-t-il dit.

Des propos tenus alors que les partis politiques arabes ont été dans l’incapacité de signer un accord de partage des votes excédentaires avant la date-limite de vendredi, offrant ainsi un avantage au bloc de Netanyahu.

De récents sondages ont prédit que Netanyahu et ses alliés parviendrait à obtenir la majorité et que ses adversaires resteraient à la traîne – ce qui signifie qu’un seul petit coup de pouce apporté au bloc de droite pourrait l’aider à obtenir la majorité, lui permettant de former une coalition.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...