Netanyahu : Israël n’enlèvera pas les détecteurs de métaux du mont du Temple
Rechercher

Netanyahu : Israël n’enlèvera pas les détecteurs de métaux du mont du Temple

Depuis la Hongrie, le Premier ministre a tenu des consultations avec les responsables de la sécurité, et indique que la situation sera réévaluée

Manifestation de fidèles musulmans à la porte des Lions de la Vieille Ville de Jérusalem, près du mont du Temple, le 19 juillet 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Manifestation de fidèles musulmans à la porte des Lions de la Vieille Ville de Jérusalem, près du mont du Temple, le 19 juillet 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

BUDAPEST, Hongrie – Israël n’enlèvera pas les détecteurs de métaux du mont du Temple pour l’instant, mais réévalue sans cesse la situation, a déclaré mercredi le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« Nous avons eu une consultation sécuritaire, et aucune décision n’a été prise. Il y aura des consultations supplémentaires », a-t-il dit aux journalistes qui le suivent pendant son voyage officiel. Il y aurait eu des désaccords entre le Shin Bet et la police sur le sujet. Netanyahu a indiqué qu’il les a « tous écoutés ».

« Nous voulons résoudre la crise de la manière la plus calme possible, et ramener le calme, a dit Netanyahu. Nous parlons avec le monde arabe et nous expliquons qu’il n’y a absolument aucun changement du statu quo » sur le lieu saint.

Les détecteurs de métaux, installés après un attentat mortel vendredi, sont « un moyen d’empêcher que des armes à feu ne soient apportées sur le mont du Temple », a-t-il dit.

Avant de se rendre à Budapest, Netanyahu était en visite à Paris. « Quand j’ai visité la Tour Eiffel, j’ai remarqué que quelque chose avait changé, a-t-il dit. Vous savez ce qui a changé ? Ils ont installé des détecteurs de métaux. »

Mercredi, Netanyahu a eu deux consultations par téléphone avec ses responsables de la sécurité.

La Deuxième chaîne a indiqué que le ministre de la sécurité intérieure, Gilad Erdan, et les représentants de la police voulaient garder les détecteurs, et que le Shin Bet soutenait leur retrait pour éviter toute intensification inutile des violences.

Naftali Bennett, le président du parti HaBayit HaYehudi, a semblé indiquer que Netanyahu s’était opposé au retrait des détecteurs.

« Je soutiens le Premier ministre et le ministre de la Sécurité intérieure. Nous devons être forts et garantir la sécurité sur le mont du Temple. » Il a souligné que d’autres lieux saints, dont La Mecque et le mur Occidental, étaient équipés de détecteurs de métaux.

« Céder à la pression palestinienne maintenant nuira à la dissuasion israélienne, et risquera la vie des visiteurs, des fidèles et des forces de l’ordre sur le mont du Temple », a-t-il dit.

Yehuda Glick, député du Likud et militant du mont du Temple, a pour sa part déclaré qu’il ne s’opposait pas au retrait des détecteurs de métaux placés à l’entrée du lieu saint après l’attentat meurtrier, tant que la sécurité de Jérusalem n’était pas menacée.

« Je crois à la négociation et au dialogue, mais je ne ferais aucun compromis sur la sécurité. Peut-être ont-ils trouvé d’autres moyens » de sécuriser le mont du Temple, a dit Glick aux journalistes depuis la Vieille Ville.

Glick a admis que l’atmosphère dans la capitale était très tendue depuis l’instauration des nouvelles mesures de sécurité, et a annoncé qu’il mettait en pause sa campagne pour l’autorisation de la prière juive sur le mont du Temple pour quelques jours : « ce n’est pas le moment de tirer sur la corde. »

Azzam al Khatib, directeur du Waqf, à gauche, et Abu Snaineh, imam et prêcheur de la mosquée Al-Aqsa,à la porte des Lions de la Vieille Ville de Jérusalem, près du mont du Temple, le 19 juillet 2017. (Crédit : Dov Lieber/Times of Israël)
Azzam al Khatib, directeur du Waqf, à gauche, et Abu Snaineh, imam et prêcheur de la mosquée Al-Aqsa,à la porte des Lions de la Vieille Ville de Jérusalem, près du mont du Temple, le 19 juillet 2017. (Crédit : Dov Lieber/Times of Israël)

Israël serait également en discussion avec la Jordanie pour régler la situation. Le directeur du Waqf, l’organisation jordanienne qui gère le lieu saint, a également confirmé des contacts entre Israël et la Jordanie sur les détecteurs.

« Nous sommes en communication avec le gouvernement jordanien, qui est en contact avec le gouvernement d’Israël », a indiqué le directeur du Waqf, le check Azzam al Khati. « Comme chacun sait, la sécurité a toujours été entre les mains des Israéliens. Mais en ce qui nous concerne, nous n’accepterons aucun changement, même pour la sécurité », a-t-il dit.

Les affrontements entre manifestants palestiniens et policiers israéliens se poursuivaient pour le quatrième jour de suite après l’installation des détecteurs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...