Netanyahu : « l’armée a un pouvoir de destruction immense, ne nous testez pas »
Rechercher

Netanyahu : « l’armée a un pouvoir de destruction immense, ne nous testez pas »

Le Premier ministre et le chef d'Etat major assistaient à un vaste exercice militaire dans le nord d'Israël sur fond de tensions croissantes avec l'Iran et le Hezbollah

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le chef d'Etat-major Aviv Kohavi assistent à un entraînement militaire dans le nord d'Israël (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le chef d'Etat-major Aviv Kohavi assistent à un entraînement militaire dans le nord d'Israël (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a conseillé mercredi aux ennemis du pays de « ne pas tester » Israël, dans un contexte d’inquiétudes de ce que les tensions croissantes entre les Etats-Unis et l’Iran puissent résulter en une attaque contre l’Etat juif.

Le Premier ministre a tenu ces propos au cours d’une visite réalisée sur le site d’un exercice militaire d’ampleur organisé au nord du pays.

« J’entends nos voisins au nord, au sud et à l’est menacer de nous détruire. Et je le dis à nos ennemis : l’Armée israélienne a un immense pouvoir de destruction. Ne nous testez pas », a-t-il déclaré suite à sa visite.

Les responsables des renseignement israéliens et occidentaux craignent de plus en plus que l’Iran ne lance une action contre Israël pour aggraver le conflit qui oppose la république islamique aux Etats-Unis et forcer Washington à revenir à la table des négociations, a fait savoir Haaretz mercredi.

Les services de renseignement ont indiqué que Téhéran était déçu de ne pas être parvenu jusqu’à présent à convaincre les Etats-Unis de réexaminer les sanctions lourdes qui avaient été imposées à la République islamique, l’année dernière, lorsque l’administration du président américain Donald Trump s’était retirée de l’accord sur le nucléaire qui avait été conclu en 2015, a dit le reportage.

Des soldats réservistes patrouillent le long de la frontière libanaise à proximité du village israélien de Zarit. (Roy Sharon/Flash90)

Après les menaces et les initiatives prises par Téhéran jusqu’à maintenant pour créer une escalade des tensions dans la région, le régime des ayatollahs pourrait entraîner Israël dans la crise à travers l’une de ses organisations mandataires en Syrie et au Liban – par le biais notamment du groupe terroriste du Hezbollah, ont estimé les responsables des renseignements.

Dimanche, les militaires ont lancé cet entraînement de cinq jours qui réunit les troupes terrestres, des avions-chasseurs, des hélicoptères et les véhicules utilisés par l’armée, a fait savoir Tsahal.

Cet exercice a lieu dans tout le nord du pays et veut être une simulation de guerre à grande échelle. Les militaires ont précisé qu’il entrait dans le cadre de leur calendrier annuel d’entraînement.

Mercredi, Netanyahu a rencontré les soldats et les commandants participant à l’exercice.

« Je suis grandement impressionné par l’amélioration de notre état de préparation, par le moral des soldats et des officiers de commandement et, avant tout le reste, par la puissance de destruction de l’armée israélienne », a commenté le Premier ministre qui est également ministre de la Défense.

En plus de l’exercice dans le nord, l’armée de l’air israélienne est actuellement en train de réaliser son propre entraînement d’ampleur de simulation des combats sur des fronts multiples, a noté mardi Tsahal. Les avions militaires F-35 y participent pour la première fois.

Cet exercice, qui a également commencé dimanche et qui s’achèvera mercredi, réunit des avions-chasseurs, des hélicoptères, des avions-cargos, des drones, des unités de défense aérienne et des forces de soutien terrestre. Il simule des combats simultanés dans la bande de Gaza, en Syrie et au Liban.

Il inclut des scénarios impliquant un ennemi armé doté de technologies avancées, comme les systèmes de défense anti-missile russes S-300 et S-400, un front intérieur pris pour cible par des attaques aux missiles massives, et des défis, tels que des routes endommagées et des centres de communication militaire paralysés.

Cet entraînement se concentre en premier lieu sur le nord, avec les menaces posées par le groupe terroriste du Hezbollah, au Liban, et par les forces iraniennes en Syrie.

Un F-35 de l’armée de l’air israélienne au cours d’un exercice, au mois de juin 2019 (Crédit : Porte-parole de l’armée)

Les militaires ont aussi été testés sur leur capacité à mener des frappes aériennes de bombardement tout en minimisant les dommages pour les populations innocentes vivant à proximité.

« Nous nous entraînons à une très forte intensité face à un ennemi provocateur et réfléchi qui possède une technologie au-delà de ce qui existe actuellement dans l’arène », a commenté un haut-responsable des forces aériennes.

Il a ajouté que les nouveaux F-35 offraient une valeur ajoutée « en termes de létalité et des capacités multi-rôles… Nous ne disposions pas de ces capacités auparavant ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...