Netanyahu : Le procureur-général devrait clore le dossier Milikowski
Rechercher

Netanyahu : Le procureur-général devrait clore le dossier Milikowski

Mandelblit estimerait que les preuves de malversations lors de la vente, par le Premier ministre, d'actions de l'entreprise à son cousin sont insuffisantes

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu fait une déclaration télévisée depuis sa résidence officielle à Jérusalem le 17 septembre 2020. (Capture d'écran : YouTube)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu fait une déclaration télévisée depuis sa résidence officielle à Jérusalem le 17 septembre 2020. (Capture d'écran : YouTube)

Le procureur-général Avichai Mandelblit devrait renoncer à ouvrir une enquête officielle à l’encontre du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui avait été accusé d’avoir profité de manière illicite de la vente d’actions d’une firme à son cousin Nathan Milikowsky.

La fermeture imminente de l’enquête préliminaire dans ce dossier est motivée par un manque de preuves, ont rapporté la Treizième chaîne et le radiodiffuseur Kan.

Le bureau du procureur-général n’a pas fait de commentaires.

Le bureau de Mandelblit se penchait sur le dossier depuis presque un an et demi, après que des chaînes de télévision ont fait savoir que Netanyahu avait obtenu un rendement de plus de 700 % sur des actions qu’il possédait dans la firme SeaDrift.

Nathan Milikowsky. (Capture d’écran : YouTube)

Seadrift est une entreprise qui produit de la coke de pétrole utilisée pour fabriquer des électrodes en graphite. Elle a été rachetée par un conglomérat du même secteur, GrafTech International, fournisseur de longue date du fabricant naval allemand ThyssenKrupp.

Thysennkrupp est au cœur d’une autre enquête pour corruption impliquant des proches du Premier ministre.

Netanyahu avait acheté des parts de SeaDrift, dont le siège est au Texas, en 2007, pour un montant de 400 000 dollars, avant de les revendre en 2010 au prix de 4,3 millions de dollars – soit sept fois plus, avait annoncé la Douzième chaîne.

Netanyahu avait insisté sur le fait qu’il n’avait bénéficié d’aucune faveur de la part de son cousin dans cette affaire.

Selon un reportage diffusé par la Treizième chaîne, les procureurs avaient soupçonné Netanyahu d’avoir trompé le bureau du procureur d’Etat sur ses avoirs financiers. La chaîne avait déclaré que Netanyahu n’avait pas fait part de ses actions passées possédées dans SeaDrift, qu’il avait acquises lorsqu’il n’était pas Premier ministre mais qu’il avait revendues après avoir pris son poste.

ThyssenKrupp est au centre de l’Affaire 3000, dans laquelle plusieurs proches de Netanyahu sont impliqués – mais qui n’implique pas le Premier ministre lui-même. Ils sont soupçonnés d’avoir touché des pots-de-vin dans le cadre d’un plan de corruption massif mis en place dans le cadre de l’achat, pour plusieurs milliards de shekels, de navires et de sous-marins auprès du fabricant naval allemand.

Les opposants politiques de Netanyahu ont accusé le Premier ministre de possible conflit d’intérêt dans l’affaire ThyssenKrupp et ont prétendu qu’il avait pu en tirer des bénéfices financiers.

De son côté, le parti du Likud au pouvoir de Netanyahu a suggéré que ces accusations pouvaient avoir des motivations politiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...