Netanyahu ne veut pas la guerre et ne laissera pas l’Iran avoir l’arme nucléaire
Rechercher

Netanyahu ne veut pas la guerre et ne laissera pas l’Iran avoir l’arme nucléaire

Le Premier ministre a rencontré le secrétaire d'Etat américain à la Défense Lloyd Austin peu après une attaque contre la centrale nucléaire de Natanz, que Téhéran attribue à Israël

Le secrétaire d'Etat américain Lloyd Austin reçu par le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 12 avril 2021. (Crédit : Menahem KAHANA / POOL / AFP)
Le secrétaire d'Etat américain Lloyd Austin reçu par le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 12 avril 2021. (Crédit : Menahem KAHANA / POOL / AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré lundi à Jérusalem le secrétaire d’Etat américain à la Défense Lloyd Austin.

« Comme vous le savez, le partenariat de défense israélo-américain s’est continuellement étendu au fil des administrations et notre coopération est cruciale pour faire face aux menaces qui pèsent sur les Etats-Unis et sur Israël », a déclaré Netanyahu lors d’une conférence de presse.

« Au Moyen-Orient, aucune menace n’est plus dangereuse, plus sérieuse et plus pressante que celle posée par le régime fanatique en Iran », a ajouté le Premier ministre, évoquant la recherche de l’armement nucléaire, l’armement de groupes terroristes et l’appel à la destruction d’Israël.

« M. le secrétaire, nous connaissons tous deux les horreurs de la guerre. Nous comprenons tous deux l’importance d’éviter la guerre. Et nous sommes d’accord pour dire que l’Iran ne doit jamais posséder d’arme nucléaire. Ma politique en tant que Premier ministre d’Israël est claire : je ne permettrai jamais à l’Iran de se doter de la capacité nucléaire nécessaire pour atteindre son objectif génocidaire d’éliminer Israël. Et Israël continuera à se défende contre l’agression et le terrorisme iraniens », a déclaré Netanyahu.

Le secrétaire américain a déclaré qu’il avait décidé de se rendre en Israël pour « exprimer notre désir de consultations sérieuses avec Israël, alors que nous relevons des défis communs dans la région ».

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin (L), quitte le mémorial de la Shoah de Yad Vashem à Jérusalem après une cérémonie dans la salle du souvenir, le lundi 12 avril 2021. (Photo par Heidi levine / POOL / AFP)

Il a affirmé le soutien de l’administration Biden à la sécurité d’Israël et à son avantage militaire qualitatif dans la région, ancré dans la loi américaine.

« Et donc, nous avons discuté des moyens d’approfondir notre relation de défense de longue date face aux menaces régionales et à d’autres défis de sécurité et j’affirme le soutien du ministère à nos efforts diplomatiques en cours pour normaliser les relations entre Israël et les nations à majorité arabe et musulmane », dit-il.

« Je suis convaincu qu’ensemble, nous pouvons tracer la voie vers une paix durable dans cette région et promouvoir un ordre ouvert et stable, aujourd’hui et dans les années à venir », a déclaré Austin.

Le secrétaire d’Etat n’a pas nommément mentionné l’Iran. La conférence de presse a eu lieu peu après une attaque contre la centrale nucléaire de Natanz, que Téhéran attribue à Israël.

De son côté, la Russie a dit espérer lundi que l’incident survenu dans l’usine d’enrichissement d’uranium de Natanz en Iran, dénoncé par Téhéran comme une attaque israélienne, « ne sapera pas » les négociations pour le sauvetage de l’accord nucléaire.

« Nous espérons que ce qui s’est passé ne deviendra pas un ‘cadeau’ aux divers opposants de l’accord et ne sapera pas les consultations qui prennent de l’ampleur », a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Se disant « alarmé », Moscou a estimé que « si des actions malveillantes sont à l’origine de cet incident, une telle intention mérite une forte condamnation ».

Le ministère s’est dit « convaincu » que les causes de l’incident feront l’objet « d’une enquête approfondie de la part de l’Iran », saluant la réaction « opportune » et « professionnelle » des spécialistes iraniens.

Dimanche, l’Iran a annoncé que le complexe nucléaire de Natanz, dans le centre du pays, avait subi un « accident », qualifié d’acte de « terrorisme », et ayant entraîné une « coupure de courant » n’ayant fait « ni mort, ni blessé, ni pollution ».

Téhéran a accusé lundi Israël, son ennemi juré, d’être derrière cette attaque présumée, et a promis une « vengeance ».

Cet incident a eu lieu alors que des discussions sont en cours à Vienne pour tenter de faire revenir les Etats-Unis dans l’accord international de 2015 sur le nucléaire iranien et de lever les sanctions imposées par Washington contre Téhéran depuis son retrait de ce texte en 2018.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...