Israël en guerre - Jour 56

Rechercher

Netanyahu obtient un délai de 10 jours pour former un gouvernement

Herzog, qui avait exprimé des craintes sur la coalition, demande à former un gouvernement "pour l'ensemble de la société israélienne" et de respecter la "diversité" du pays

Le chef du Likud Benjamin Netanyahu (à gauche) et le président Isaac Herzog à la résidence présidentielle à Jérusalem, le 13 novembre 2022. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le chef du Likud Benjamin Netanyahu (à gauche) et le président Isaac Herzog à la résidence présidentielle à Jérusalem, le 13 novembre 2022. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le président Isaac Herzog a annoncé vendredi avoir accordé un délai supplémentaire de 10 jours au Premier ministre désigné Benjamin Netanyahu pour former son gouvernement avec ses alliés de l’extrême droite et des partis religieux.

Jeudi soir, moins de trois jours avant la date butoir du 11 décembre pour former un gouvernement, Netanyahu avait demandé au président Herzog une prolongation de deux semaines ce que ce dernier a en partie accepté.

« Je vous accorde une période de 10 jours, soit jusqu’au mercredi 21 décembre pour présenter un gouvernement », a écrit M. Herzog au Premier ministre désigné, dans une lettre diffusée par son bureau.

Arrivé en tête des législatives du 1er novembre avec ses alliés d’extrême droite et ultra-orthodoxes, Benjamin Netanyahu a été désigné le 13 novembre pour former un gouvernement dans les 28 jours suivants, avec la possibilité, toutefois, de demander un délai supplémentaire de 14 jours.

« Nous sommes au milieu des négociations et avons fait beaucoup de progrès, mais à en juger par le rythme des choses, j’aurai besoin de tous les jours de prolongation prévus par la loi pour former un gouvernement », avait écrit jeudi Netanyahu dans une lettre au président.

Dans sa réponse vendredi, Isaac Herzog, qui avait déjà exprimé des craintes sur certains partenaires de la coalition de Netanyahu, demande à ce dernier de former un gouvernement « pour l’ensemble de la société israélienne » et de respecter la « diversité » du pays.

Dans les tractations, le Likud de Benjamin Netanyahu a déjà octroyé des portefeuilles sensibles à des personnalités controversées comme le ténor de l’extrême droite Itamar Ben Gvir, hostile aux Palestiniens, et Avi Maoz, connu pour ses positions anti-LGBTQ.

Après avoir signé des accords de coalition avec les trois formations d’extrême droite – HaTzionout HaDatit, Otzma Yehudit et Noam – le Likud doit encore finaliser ses discussions avec les partis ultra-orthodoxes Yahadout HaTorah (ashkénaze) et Shass (séfarade).

Or pour clore ces négociations, le Likud doit notamment changer une loi permettant de nommer ministre, le chef du parti Shass, Aryeh Deri, inculpé en 2021 pour fraude fiscale avant de signer un accord de négociation de peine en vertu duquel il avait quitté ses fonctions de député.

Réélu en novembre, il peut, selon la loi, siéger au Parlement sans pouvoir recevoir de portefeuille ministériel.

Le Likud et ses alliés, qui détiennent ensemble la majorité au Parlement, pourraient tenter de modifier la loi dès la semaine prochaine pour permettre à Deri d’intégrer le prochain gouvernement, selon la presse israélienne.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.