Netanyahu : Trump pourrait défier le consensus mondial sur l’Iran
Rechercher

Netanyahu : Trump pourrait défier le consensus mondial sur l’Iran

Le Premier ministre a déclaré qu'il ne "sous-estimait" pas le président quand il promet d'agir contre l'Iran : "Il le pense vraiment"

Mike Huckabee (à gauche) et  Benjamin Netanyahu dans le bureau du Premier ministre, lors d'une interview diffusée le 29 décembre 2017. (Capture d'écran/YouTube)
Mike Huckabee (à gauche) et Benjamin Netanyahu dans le bureau du Premier ministre, lors d'une interview diffusée le 29 décembre 2017. (Capture d'écran/YouTube)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré dans une interview qu’il croit que le président américain Donald Trump est « prêt à aller à contre-courant » dans sa politique envers l’Iran, tout comme il l’a fait en reconnaissant Jérusalem comme la capitale d’Israël plus tôt ce mois-ci.

Dans une interview diffusée vendredi avec l’ancien gouverneur de l’Arkansas, Mike Huckabee, sur le réseau Christian Trinity Broadcasting Network (TBN), Netanyahu a déclaré qu’il n’avait jamais abandonné la possibilité que Trump fasse sa déclaration du 6 décembre, ordonnant le déplacement de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem.

« C’est un fait, Donald Trump a fait ce que les autres présidents ont promis de faire, mais n’ont pas fait … et je pense que c’est une indication sur son désir d’aller à contre-courant. Et je ne néglige pas les propos du président quand il dit ce genre de choses, non seulement sur Jérusalem, mais aussi sur l’Iran « , a expliqué Netanyahu.

Le clip d’une minute qui a été diffusé vendredi était un extrait de l’interview complète que le réseau international de télévision à l’intention des chrétiens a diffusé samedi soir et diffusera aussi dimanche soir.

Le mois dernier, Trump a décidé de ne pas recertifier l’accord nucléaire de 2015 entre l’Iran et six puissances mondiales, connu sous le nom de Plan d’action complet conjoint, disant que l’accord avait échoué à freiner le programme de missiles de l’Iran ou à entraver ses activités déstabilisatrices au Moyen-Orient.

Louant la décision de novembre du président américain, Netanyahu a déclaré à TBN : « Il s’est retiré de cet horrible accord qui garantie à l’Iran de posséder 100 bombes nucléaires dans une dizaine d’années ou la capacité de les fabriquer à moins que cet accord ne soit annulé, et il a ajouté, « D’accord, soit vous réglez le problème, soit, vous le savez, je l’annule ».

« Et les gens disent : ‘Eh bien, le pense-t-il vraiment ?’ C’est comme sa décision sur Jérusalem, je pense qu’il le pense vraiment ! » a conclu le Premier ministre.

Le président américain Donald Trump s’exprime devant les journalistes à la Maison Blanche le 16 décembre 2017 (Crédit : AFP Photo/Nicholas Kamm)

Dans une déclaration du 6 décembre depuis la Maison Blanche, Trump a défié les avertissements du monde entier et a insisté sur le fait qu’après des échecs répétés pour parvenir à la paix, une « nouvelle approche » était attendue depuis longtemps, décrivant sa décision de reconnaître Jérusalem comme le siège du gouvernement d’Israël, simplement fondée sur la réalité. Trump a souligné qu’il ne préjugeait pas du statut final de la ville, et a appelé à ne pas changer le statu quo dans les Lieux saints de la ville.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...