Rechercher

Non, l’armée n’a pas stoppé Mohammad Shtayyeh à Jénine, dit le COGAT

Le Premier ministre de l'Autorité Palestinienne a affirmé que les soldats l'avaient obligé à prendre un autre itinéraire pour aller à une rencontre du cabinet

Le Premier ministre de l'Autorité palestinienne Mohammad Shtayyeh lors d'une conférence de presse à l'Association de la presse étrangère dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 9 juin 2020. (Abbas Momani/Pool Photo via AP)
Le Premier ministre de l'Autorité palestinienne Mohammad Shtayyeh lors d'une conférence de presse à l'Association de la presse étrangère dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 9 juin 2020. (Abbas Momani/Pool Photo via AP)

Un haut-responsable de l’armée israélienne a démenti les accusations lancées par l’Autorité palestinienne qui a affirmé que les soldats israéliens avaient obligé le Premier ministre de l’AP, Mohammad Shtayyeh, à faire demi-tour alors qu’il se trouvait aux abords de Jénine et qu’il se rendait à une réunion du cabinet organisée dans la journée de lundi.

« Si Shtayyeh est en retard, qu’il cherche donc d’autres coupables sans diffamer et dire des mensonges sur l’armée israélienne », a commenté le général de brigade Ghassan Alian, qui commande l’unité de liaison militaire avec les Palestiniens largement connue sous le nom de COGAT.

« C’est un mensonge fabriqué de toutes pièces, sans aucun fondement », a écrit Alian dans une publication sur la page Facebook officielle du COGAT.

Le cabinet de l’Autorité palestinienne se réunit régulièrement à Ramallah, le lundi. Ces dernières semaines, les ministres se sont retrouvés dans des villes de toute la Cisjordanie, en signe d’unité nationale.

Un porte-parole de Shtayyeh a affirmé que les militaires avaient obligé le Premier ministre à emprunter un itinéraire alternatif alors qu’il se rendait à Jénine où le cabinet devait se réunir.

« Les forces israéliennes ont gêné l’arrivée à Jénine du Premier ministre [Shtayyeh] dans la matinée », a déclaré le porte-parole Ibrahim Melhem, selon l’agence de presse officielle palestinienne WAFA.

Une information qui a entraîné des réponses sarcastiques sur les réseaux sociaux palestiniens. Des internautes ont accusé les responsables, dans des publications sur la page Facebook de Melhem, d’être déconnectés de la réalité en rapportant ce retard. Les checkpoints israéliens font partie du quotidien des Palestiniens ordinaires mais de nombreux hauts-responsables de l’AP ont des permis de circulation particuliers qui leur facilitent grandement leurs déplacements.

« Et moi, quand je suis bloqué à un checkpoint, qu’on crève de chaud et qu’il y a 300 voitures devant moi ? Qu’il prenne donc ma place cinq minutes », a écrit un usager des réseaux sociaux palestiniens.

« Ibrahim, si tu lis les commentaires, tu vas voir le gouffre qui sépare des gens comme toi au reste de la population », a écrit un autre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...