Israël en guerre - Jour 143

Rechercher

Un nouveau bureau de la PIBA pour faire son passeport – normalement

Le ministère de l'Intérieur va ouvrir un bureau spécialisé pour pallier aux réseaux de hackers et de bots qui s'emparent des créneaux horaires et qui les revendent à prix d'or

Illustration : Un passeport israélien (Crédit : Flash90)
Illustration : Un passeport israélien (Crédit : Flash90)

L’Autorité de la population, de l’immigration et des frontières (PIBA) du ministère de l’Intérieur a annoncé mercredi qu’elle ouvrirait un bureau spécialisé dans le centre d’Israël pour traiter les demandes de passeport, alors que l’on observe une grave pénurie de rendez-vous.

Depuis plus d’un an, il est pratiquement impossible pour les Israéliens de renouveler leur passeport, les systèmes étant submergés de demandes, à la suite d’un assaut du système en ligne du gouvernement par des réseaux de pirates informatiques et de bots. Les hackers se sont emparés des créneaux de rendez-vous dans le système et les ont vendus à des prix qui peuvent atteindre des centaines de dollars, ce qui explique le manque de disponibilités dans les bureaux de la PIBA.

De nombreux citoyens désespérés qui souhaitent partir à l’étranger sont contraints de payer jusqu’à 250 dollars par rendez-vous à des individus qui vendent des créneaux via l’application de messagerie Telegram. D’autres réseaux de bots promettent aux demandeurs de leur trouver rapidement un créneau libre pour un prix réduit de 130 shekels.

La PIBA s’est engagée mercredi à ouvrira des centaines de créneaux horaires par jour lorsque le nouveau bureau ouvrira, « dans l’espoir de réduire le temps d’attente pour un rendez-vous ».

L’autre option consiste à payer 430 shekels de plus pour un passeport temporaire – valable deux ans – qui ne nécessite pas de rendez-vous. Le tarif normal est de 280 shekels. Une troisième option pour ceux qui doivent partir sans délai existe à l’aéroport Ben Gurion, où un bureau délivre des passeports d’urgence pour 845 shekels.

Le problème a commencé pendant la pandémie de COVID, avec les restrictions sévères sur les vols internationaux et les mesures de confinement, limitant à la fois la capacité du gouvernement à délivrer de nouveaux passeports et la nécessité pour la population de faire une demande de renouvèlement de passeport.

Illustration : Un voyageur entrant en Israël par un nouveau terminal de contrôle des passeports à l’aéroport international Ben Gurion, dans le centre d’Israël, le 20 mai 2015. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Cette situation a créé un arriéré d’environ un million de passeports à renouveler, saturant rapidement tous les créneaux disponibles l’année dernière, dès la levée des restrictions liées à la pandémie.

Le problème a été exacerbé par le fait que de nombreux demandeurs doivent se présenter en personne pour se voir délivrer leur premier passeport biométrique, puisque celui-ci comporte un relevé d’empreintes digitales.

La PIBA a promis à plusieurs reprises de trouver rapidement des solutions au problème et a déclaré qu’elle augmenterait les nombre de créneaux et les effectifs, mais tous ses efforts ont été vains jusqu’à présent.

Michael Bachner a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.