Nouveau festival du film de femmes à Jérusalem
Rechercher

Nouveau festival du film de femmes à Jérusalem

Des réalisatrices et des femmes engagées venues d'Egypte, du Pakistan, du Sri Lanka, du Canada et des Etats-Unis participeront à ces deux jours de projections, réunions et débats

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Du film"The Cruel Cut" qui sera présenté au Festival 49% consacré aux droits des Femmes dans les films et les médias à la cinémathèque de Jérusalem, les 6 et 7 mars 2019 (Autorisation/Capture d'écran : YouTube)
Du film"The Cruel Cut" qui sera présenté au Festival 49% consacré aux droits des Femmes dans les films et les médias à la cinémathèque de Jérusalem, les 6 et 7 mars 2019 (Autorisation/Capture d'écran : YouTube)

Quand Paula Kweskin Weiss réunira ses paires – des réalisatrices de films consacrés aux droits des femmes – à l’occasion du tout premier Festival 49 % à Jérusalem, elle les accueillera dans la ville sainte, également sa ville d’adoption.

Le Festival, qui aura lieu les mercredi 6 et jeudi 7 mars à la cinémathèque de Jérusalem – juste avant la Journée internationale des Femmes, le 8 mars – sera l’événement phare de 49 %, une nouvelle organisation fondée par Kweskin Weiss dont la mission est de développer, faire avancer et promouvoir des histoires de femmes à travers des films et les médias.

L’organisation tire son nom du pourcentage de femmes dans la population mondiale. Le festival de Jérusalem, soutenu par le programme des événements de terrain de la fondation Charles et Lynn Schusterman, en est son événement inaugural.

Une série de films seront projetés, notamment un sur l’histoire d’une musulmane cherchant de l’aide en Israël et d’autres sur les mutilations génitales en Egypte, le mariage d’enfants au Pakistan et le plafond de verre en Israël.

« De nombreuses personnes pensent que les femmes sont représentées en plus grande proportion au sein de la population que les hommes », commente Kweskin Weiss. « Le fait que nous soyons 49 % est important en soi. Mais le nom de l’organisation est aussi un appel au passage à l’action ».

Kweskin Weiss, 35 ans, avocate et réalisatrice de documentaires, partage son temps entre Israël et Greensboro, en Caroline du Nord, où elle a grandi et où elle a fait ses études de droit. Elle est également titulaire d’une maîtrise en droits de l’Homme et en droit international de l’université hébraïque de Jérusalem.

Paula Kweskin Weiss, fondatrice et organisatrice de 49% qui fait la promotion des droits des femmes dans le monde à travers les médias et les films, lancera le premier « Festival 49% » à Jérusalem, le 6 et le 7 mars 2019 (Autorisation :Paula Kweskin Weiss)

Elle a découvert la problématique des droits de l’Homme lorsqu’elle était adolescente, entendant un dissident chinois évoquer la manière dont le lieu de naissance hasardeux d’un individu pouvait affecter toute sa vie.

« Il était né prisonnier en Chine et nous étions nés libres aux Etats-Unis », explique-t-elle.

Elle a commencé une carrière d’avocate spécialisée dans les droits de l’Homme, écrivant des résumés pour les Nations unies, mais elle avait le sentiment de n’arriver nulle part et a alors découvert la réalisation de documentaires.

Le tout premier film de Kweskin Weiss, « Honor Diaries », en 2014, analysait les violences basées sur l’honneur dans le monde entier et lui a ouvert les portes des organisations de défense des droits des femmes du monde entier. Le film a plu, gagné des prix et a été distribué sur Netflix et Amazon. Il a également été censuré dans quelques pays, une expérience qui l’a marquée.

Elle a ensuite réalisé « Faithkeepers, » qui racontait les histoires personnelles de chrétiens et de membres des communautés minoritaires persécutés au Moyen-Orient.

Puis Kweskin Weiss a lancé le Festival du film des femmes censurées – qui réunit des réalisatrices interdites et qui a été organisé à Berlin, New York, Los Angeles et d’autres villes majeures. Elle a rapidement réalisé qu’il y avait des questions plus importantes qui se posaient et elle a tenté d’aller au-delà encore de la censure.

Et ce projet plus global a pris la forme de l’organisation 49 %, qui vise à promouvoir les droits des femmes via le cinéma et les médias.

Pour le festival, elle a fait appel à des réalisatrices et à des militantes venues d’Egypte, du Sri Lanka, du Pakistan, du Canada et des Etats-Unis ainsi que d’Israël – avec notamment une militante issue de la communauté bédouine et une autre venue du monde ultra-orthodoxe.

« Je suis impatiente que nous soyons réunies et que nous puissions aborder ces problèmes collectivement », explique-t-elle.

L’événement sera lancé à WeWork Jerusalem, partenaire du festival et « oasis de tolérance à Jérusalem », explique Kweskin Weiss. Au-delà des deux jours de projection, les activistes et réalisatrices de 49 % rencontreront des femmes cadres à Tel Aviv ainsi que des entrepreneuses et activistes travaillant dans le secteur social, avec une journée de planification stratégique de prévue.

Pour un grand nombre des participantes, ce sera la première fois qu’elles viendront en Israël, note Kweskin Weiss.

« Ces femmes savent l’opposition qu’elles vont rencontrer mais elles s’en moquent », dit-elle.

Une nouvelle preuve de la force que les femmes peuvent opposer aux problèmes dans le monde, ajoute la réalisatrice.

« J’ai appris dans mon travail qu’il y a vraiment une possibilité de transcender la politique et la religion quand des femmes se rassemblent pour examiner les droits des femmes », dit-elle.

« Les responsables politiques – les hommes – nous disent tant et plus que nous devons tout d’abord nous identifier par notre origine ethnique, puis par notre origine religieuse et notre citoyenneté, mais c’est faux : ce n’est pas nécessaire. Nous partageons bien plus que ce qui nous sépare et c’est là l’objectif de ce projet » ajoute-t-elle.

Une liste des projections et des débats est disponible sur le site de la Cinémathèque de Jérusalem.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...