Nouveau tirs de missiles depuis Gaza ; plusieurs d’entre eux ont été interceptés
Rechercher

Nouveau tirs de missiles depuis Gaza ; plusieurs d’entre eux ont été interceptés

Au moins six nouvelles sirènes d'avertissement ont retenti dans les localités situées près de la frontière ; deux roquettes auraient atterri près du kibboutz Reim

Des roquettes ont été tirées de Gaza vers le sud d’Israël mardi après-midi dans une nouvelle salve de tirs transfrontaliers au cours des combats les plus intenses jamais vus dans la région depuis des années.

On ne signale aucun blessé pour l’instant suite à cette attaque de l’après-midi.

Les sirènes ont retenti dans les localités israéliennes de la région frontalière au moins à six reprises à partir de 15 heures environ, obligeant les résidents à se réfugier dans les abris, quelques heures après la fin de l’alerte suite aux attaques du matin.

Le nombre de roquettes ou de tirs de mortier n’a pas été indiqué pour l’instant.

L’armée a déclaré qu’un total de 25 roquettes avaient été interceptées par les batteries de défense antimissile du Dôme de Fer à partir de 16 heures, bien que le décompte ne soit pas officiel.

Au moins deux obus dans l’attaque de l’après-midi ont atterri près du kibboutz Reim, selon les services d’intervention d’urgence.

Aucun blessé n’a été signalé. Un homme a été légèrement blessé par des éclats d’obus ce matin.

Les tirs ont eu lieu alors que les avions israéliens pilonnaient Gaza, frappant plus de 30 positions terroristes dans la bande de Gaza en représailles aux tirs de mortier du matin, l’une des cibles étant un tunnel d’attaque à Rafah.

Une photo prise depuis la ville de Gaza le 29 mai 2018 montre une fumée s’échappant en arrière-plan à la suite d’une frappe aérienne israélienne sur l’enclave palestinienne. (AFP PHOTO / THOMAS COEX)

L’armée a déclaré que le tunnel qui a été détruit près de Rafah s’étendait de l’Égypte à Israël en passant par Gaza. Il était encore en construction et n’était pas encore utilisable. Plus tôt, le groupe terroriste du Hamas a identifié l’une des cibles comme étant son centre d’entraînement.

Les responsables de la défense auraient déclaré que les prochaines 24 heures seraient « intenses » dans la pire escalade à la frontière de Gaza depuis la guerre de 2014, connue en Israël sous le nom d’Opération Bordure protectrice.

L’armée a évacué la plage voisine de Zikim, tandis que les autorités locales de la région ont demandé aux habitants de rester près de leurs abris anti-aériens dans les heures à venir.

Les missiles de l’après-midi avaient une portée plus longue que les obus de mortier lancés le matin, déclenchant des sirènes dans la région de Lachish, à des dizaines de kilomètres de Gaza.

Emplacement où un obus de mortier en provenance de Gaza a touché un jardin d’enfants dans le sud d’Israël, près de la frontière avec Gaza, le 29 mai 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

L’attaque de l’après-midi n’a pas été revendiquée. Les tirs du matin ont été revendiqués par le Jihad islamique en représailles à un bombardement israélien qui a tué trois membres du groupe terroriste plus tôt cette semaine, dans un climat de tensions déjà très vives le long de la frontière.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a promis de répondre « avec une grande force » aux obus de mortier, dont l’un a atterri juste devant un jardin d’enfants moins d’une heure avant l’arrivée des enfants. Il a déclaré que le Hamas et le Jihad islamique seraient tenus pour responsables.

Un porte-parole du Hamas a affirmé qu’“Israël échouera dans sa tentative de changer les règles du conflit et d’établir une nouvelle équation sur le terrain”.

« La résistance dans la bande de Gaza se réserve le droit de réagir ou pas en fonction de l’intérêt de notre peuple, et cela n’est pas une question de faiblesse », a-t-il déclaré.

Un responsable palestinien à Gaza cité par Haaretz a déclaré que l’Égypte était en pourparlers avec le Hamas, le Jihad islamique et Israël dans le but d’empêcher une confrontation de grande envergure.

« Israël considère avec une grande gravité les attaques du Hamas et du Djihad islamique contre lui et ses localités depuis la bande de Gaza », a déclaré M. Netanyahu lors d’une conférence dans le nord de la Galilée, avant les consultations sécuritaires d’urgence qui doivent avoir lieu plus tard dans la journée.

« L’armée israélienne ripostera avec une grande fermeté à ces attaques », a ajouté le Premier ministre. « Israël fera payer un lourd tribut à quiconque tente de lui faire du mal, et nous considérons que le Hamas a la responsabilité d’empêcher de telles attaques contre nous. »

Sur le plan politique, l’armée israélienne considère que le Hamas, qui dirige Gaza, est responsable de toute attaque émanant de l’enclave côtière sous blocus.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a demandé plus tôt une « évaluation détaillée de la situation » au quartier général de l’armée de Tel Aviv avec le chef d’état-major de Tsahal Gadi Eizenkot et d’autres personnalités des services de sécurité israéliens, a déclaré son bureau.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...