Rechercher

Nouvelle vague de COVID : Le port du masque de nouveau préconisé en public

Salman Zarka, le grand spécialiste du COVID, invite à la plus grande prudence pour Hanoukka, tandis que le ministère de la Santé met en garde contre la grippe et le VRS

Du personnel d'Urgence du Magen David Adom avec un patient de l'unité coronavirus de l’hôpital Shaare Zedek, à Jérusalem, le 9 février 2022 (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Du personnel d'Urgence du Magen David Adom avec un patient de l'unité coronavirus de l’hôpital Shaare Zedek, à Jérusalem, le 9 février 2022 (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le grand spécialiste du coronavirus, Salman Zarka, a fait savoir jeudi que les infections au COVID-19 étaient reparties à la hausse et invité les Israéliens à reprendre le port du masque en intérieur, entre autres précautions.

« La morbidité liée au coronavirus augmente, que ce soit en nombre d’infections ou en tests positifs », a indiqué Zarka lors d’une réunion avec le Premier ministre sortant Yair Lapid.

« Il est important de renforcer nos protections, par le vaccin et le port de masques dans les espaces fermés comme les bus, trains, vols et supermarchés », a expliqué Zarka, selon la Douzième chaîne.

Il a ajouté que le nombre de personnes hospitalisées avec le virus était son principal souci, alors que 15 à 20 patients sont admis chaque jour dans les hôpitaux à mesure que les variants Omicron BQ.1.1 et BQ.1 se propagent au sein de la population.

Trois pour cent seulement des 470 personnes infectées et hospitalisées pour cas graves, le mois dernier, avaient reçu le vaccin le plus récent, a-t-il précisé, et 314 920 personnes seulement ont été vaccinées contre Omicron, selon les statistiques du ministère de la Santé.

« J’invite à nouveau la population, et en particulier les personnes à risque, à se faire vacciner dès que possible sans attendre la nouvelle vague d’infection », a ajouté Zarka, invitant les Israéliens à la plus grande prudence pour les réunions de famille de Hanoukka et notamment les plus jeunes, auxquels il recommande de prendre des précautions – port du masque et auto-test – avant de rendre visite à des parents âgés.

Israël a levé l’obligation du port du masque en intérieur, ultime restriction liée au coronavirus encore en place plus de deux ans après le début de la pandémie, le 24 avril dernier. Entre avril 2020 et avril 2022, le port du masque a été obligatoire en Israël, en intérieur, à l’exception d’une brève période de 10 jours en juin 2021, à l’issue de laquelle le regain des contagions a conduit au rétablissement du port du masque.

Le ministère de la Santé a fait savoir, jeudi soir, que 54 personnes étaient hospitalisées pour des cas graves de COVID-19, avec 13 662 cas actifs confirmés, 22 personnes décédées cette dernière semaine et un nombre total de morts depuis le début de la pandémie de 11 905. Plus de 63 000 personnes ont été infectées au cours de la semaine écoulée.

Le taux R, qui désigne le nombre de personnes infectées en moyenne par chaque cas de COVID, s’élevait à 1,01, ce qui signifie que le virus se propage lentement.

Au plus fort de la pandémie, Israël a eu 88 000 cas actifs et 1 228 cas graves.

Personnel médical de l’unité coronavirus de l’hôpital Shaare Zedek, à Jérusalem, le 9 février 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Jeudi, le ministère de la Santé a également mis en garde les Israéliens contre les dangers de la grippe et du virus respiratoire syncytial, communément appelé VRS.

Cette dernière semaine, le nombre de patients hospitalisés pour VRS a augmenté de 31 %. Depuis le début du mois d’octobre, 696 personnes ont été hospitalisées pour le VRS, dont 229 au cours de la seule dernière semaine.

Le VRS fait partie de ces pathologies courantes dont la prévalence avait significativement reculé pendant la pandémie, à la grande surprise du corps médical. Ce virus, qui se propage facilement dans les écoles et les garderies et provoque écoulement nasal, toux et fièvre, peut perturber l’alimentation des enfants.

La majorité des enfants auront contracté le virus à l’âge de 2 ans et, chez la plupart d’entre eux, le virus ne présentera aucun danger. Le VRS peut toutefois entraîner des pathologies plus graves chez les bébés, dont les voies respiratoires sont plus petites et qui ne sont pas immunisés contre le virus.

Les médecins estiment que les confinements de l’an dernier ont eu pour effet de limiter la propagation du VRS, abaissant le niveau d’immunité au virus de la population générale à la fin des restrictions.

Le ministère de la Santé a rappelé l’importance de se faire vacciner contre la grippe, en particulier pour les personnes âgées et à risque. On estime à 15 % seulement le pourcentage des personnes effectivement vaccinées contre la grippe selon les registres des caisses de santé, et 54 % des plus de 65 ans.

Depuis le début du mois d’octobre, 791 personnes ont été hospitalisées pour la grippe, dont 202 au cours de cette dernière semaine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.