Rechercher

Nucléaire: les pourparlers à Vienne dans une phase « critique », selon l’Iran

Se disant "optimiste", le chef de la diplomatie iranienne a toutefois insisté sur le fait que l'Iran n'allait pas abandonner ses "lignes rouges" dans les négociations

Un responsable iranien, Hossein Amir-Abdollahian, alors vice-ministre des Affaires étrangères, prend la parole lors d'une conférence de presse à Moscou, en Russie, le 3 août 2012. (AP Photo / Misha Japaridze)
Un responsable iranien, Hossein Amir-Abdollahian, alors vice-ministre des Affaires étrangères, prend la parole lors d'une conférence de presse à Moscou, en Russie, le 3 août 2012. (AP Photo / Misha Japaridze)

Les négociations à Vienne pour relancer l’accord sur le nucléaire iranien ont atteint un stade « critique » et quelques questions « importantes » restent à régler, a estimé mercredi le chef de la diplomatie iranienne, Hossein Amir-Abdollahian.

« Les pourparlers sont à un stade critique et important », a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères après une rencontre avec son homologue omanais, Badr al-Busaidi, en visite à Téhéran.

« Nous espérons que quelques questions sensibles et importantes seront résolues dans les jours à venir avec réalisme par la partie occidentale », a ajouté M. Amir-Abdollahian.

Se disant « optimiste », M. Abdollahian a toutefois insisté sur le fait que l’Iran n’allait pas abandonner ses « lignes rouges » dans les négociations, sans plus de précisions.

Le Palais Cobourg, lieu des pourparlers de relance du Plan d’action global conjoint (JCPOA), à Vienne, le 29 novembre 2021. (Crédit : VLADIMIR SIMICEK / AFP)

A Vienne, les discussions visent à sauver l’accord de 2015 censé empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique, intention qu’a toujours niée la République islamique. Cet accord conclu entre l’Iran, les cinq membres permanents du conseil de sécurité de l’ONU (Etats-Unis, Chine, France, Royaume-Uni et Russie) plus l’Allemagne, avait permis la levée de sanctions économiques internationales contre Téhéran en échange de strictes limites à son programme nucléaire.

Les Etats-Unis se sont retirés de l’accord en 2018 sous la présidence de Donald Trump, qui le jugeait insuffisant, et ont rétabli leurs sanctions. En riposte, Téhéran s’est largement affranchi des restrictions à ses activités nucléaires.

Les négociations se déroulent désormais entre les parties encore membres de l’accord, avec la participation indirecte des Etats-Unis qui ne négocient pas face-à-face avec l’Iran.

Ces derniers jours, les Etats-Unis, l’Allemagne, la France ou encore l’Iran ont fait état d’avancées dans les négociations. Et Israël, ennemi juré de l’Iran, a affirmé dimanche que la conclusion de l’accord serait « imminente ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...