Rechercher

Nucléaire: l’Iran rejettera toute « exigence excessive » des Occidentaux – Raïssi

A Téhéran, une foule s'est rassemblée, exprimant un fort sentiment de défiance à l'égard des pourparlers censés reprendre le 29 novembre à Vienne après cinq mois d’arrêt

Le président Ebrahim Raisi prononce un discours après avoir prêté serment lors d'une cérémonie au parlement à Téhéran, en Iran, le 5 août 2021. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)
Le président Ebrahim Raisi prononce un discours après avoir prêté serment lors d'une cérémonie au parlement à Téhéran, en Iran, le 5 août 2021. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)

Le président iranien Ebrahim Raïssi a prévenu jeudi que son pays rejetterait toute « exigence excessive » de la part des Occidentaux, lors des négociations sur le nucléaire qui doivent reprendre fin novembre, après cinq mois d’interruption.

« Nous ne quitterons pas la table des négociations, mais nous nous opposerons aux exigences excessives qui nuiraient aux intérêts du peuple iranien », a-t-il affirmé lors d’une cérémonie à Semnan, à l’est de Téhéran, à l’occasion du 42e anniversaire de la prise de l’ambassade des Etats-Unis en Iran, selon un communiqué de la présidence.

Le 4 novembre 1979, sept mois après la proclamation de la République islamique d’Iran, des étudiants islamistes avaient pris d’assaut l’ambassade américaine à Téhéran, exigeant l’extradition de l’ex-chah Mohamed Reza Pahlavi, soigné aux Etats-Unis: 52 diplomates et employés seront retenus en otage pendant 444 jours.

Les relations entre les deux pays sont tendues depuis, Washington ayant rompu ses liens diplomatiques et imposé un embargo commercial sur l’Iran en avril 1980.

« Nous ne reculerons en aucun cas sur les intérêts du peuple iranien, nous poursuivrons les efforts pour neutraliser (les effets) des sanctions oppressives et nous agirons pour leur levée », a encore martelé M. Raïssi jeudi.

A Téhéran, une foule s’est rassemblée à l’extérieur de l’ancienne légation diplomatique américaine pour marquer l’anniversaire de la prise d’otages, exprimant un fort sentiment de défiance à l’égard des pourparlers censés reprendre le 29 novembre à Vienne après cinq mois d’arrêt.

Des drapeaux américains et israéliens factices sont incendiés par des manifestants lors d’un rassemblement devant l’ancienne ambassade américaine pour commémorer l’anniversaire de sa prise de contrôle en 1979 à Téhéran, en Iran, le 4 novembre 2021. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)

« Les États-Unis n’ont jamais respecté les traités, ni tenus leurs engagements et rien ne changera », assure Hosein Hasani, une marchand de tapis de 54 ans.

Entouré de manifestants scandant « Mort à l’Amérique », « Mort à Israël, Maedeh Razaghnejad affiche lui aussi un scepticisme.

« Ne rentrons pas dans les négociations. Ils nous ont trompés à plusieurs reprises. Ils sont rusés comme le renard et il est impossible de leur faire confiance », assure cet étudiant de 24 ans.

La date de la reprise des pourparlers a été annoncée mercredi de manière simultanée par l’Iran et l’Union européenne (UE), principale médiatrice dans ces négociations indirectes entre Washington et Téhéran.

Concrètement, les pays encore parties de l’accord conclu en 2015 (Iran, Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni, Russie) se réuniront sous la présidence du négociateur européen Enrique Mora, a déclaré le chef de la diplomatie de l’UE Josep Borrell dans un communiqué.

Il a expliqué que les discussions porteraient « sur la perspective d’un éventuel retour des Etats-Unis » dans ce texte qu’ils ont abandonné unilatéralement en 2018 sous la présidence de Donald Trump rétablissant des sanctions punitives contre l’Iran, et « sur la manière d’assurer la mise en œuvre complète et effective de l’accord par toutes les parties ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...