Rechercher

Nucléaire : Washington « prêt » à des négociations directes « urgentes » avec Téhéran

Il est "possible" de trouver un accord sur le nucléaire iranien et pour la libération de quatre citoyens américains détenus dans la République islamique, ont affirmé les Iraniens

Des gens passent devant le Palais Cobourg, où se déroulent des pourparlers nucléaires à huis clos à Vienne, en Autriche, le vendredi 17 décembre 2021. (Crédit : AP/Michael Gruber)
Des gens passent devant le Palais Cobourg, où se déroulent des pourparlers nucléaires à huis clos à Vienne, en Autriche, le vendredi 17 décembre 2021. (Crédit : AP/Michael Gruber)

Les Etats-Unis ont réaffirmé lundi être « prêts » à des négociations directes avec l’Iran pour sauver l’accord sur le nucléaire iranien, en réponse à Téhéran qui a évoqué pour la première fois cette hypothèse.

« Se rencontrer directement permettrait une communication plus efficace, qui est urgente pour parvenir rapidement à une entente », a dit un porte-parole de la diplomatie américaine à l’AFP. « Nous n’avons presque plus de temps pour parvenir à une entente », a-t-il prévenu.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a affirmé lundi que son pays pourrait entamer des négociations directes avec Washington si cela s’avérait nécessaire pour parvenir à un « bon accord » sur le nucléaire.

Il est « possible » de trouver un accord sur le nucléaire iranien et pour la libération de quatre citoyens américains détenus dans la République islamique, a affirmé lundi le porte-parole du ministère iranien des Affaires Etrangères.

Ces dossiers « suivent des voies différentes (…) Cependant, si l’autre partie (les Etats-Unis, NDLR) fait preuve de détermination, il est possible d’aboutir à un accord fiable et durable sur les deux sujets dans un temps très court », a déclaré Saïd Khatibzadeh lors de sa conférence de presse hebdomadaire.

Le porte-parole réagissait aux propos la veille de l’envoyé spécial américain pour l’Iran Robert Malley dans lesquels ce dernier indiquait qu’il semble peu probable que Washington parvienne à un accord avec Téhéran sur le nucléaire tant que quatre Américains sont toujours retenus en otage en Iran.

« Ainsi, alors même que nous avons des pourparlers indirects avec l’Iran sur le dossier nucléaire, nous menons, encore une fois indirectement, des discussions avec eux pour assurer la libération de nos otages », avait déclaré dimanche à Vienne l’émissaire américain.

Les quatre détenus en Iran sont l’homme d’affaires irano-américain Siamak Namazi, 50 ans, son père Bagher, 85 ans, ainsi que l’écologiste Morad Tahbaz, 66 ans, et l’homme d’affaires Emad Shargi, 57 ans.

M. Khatibzadeh a également évoqué la situation de citoyens iraniens détenus aux Etats-Unis, soulignant qu’il s’agissait d’une « question humanitaire qui figurait déjà à notre agenda avant les négociations » sur le nucléaire.

Concernant ces pourparlers en cours à Vienne, le porte-parole iranien a fait état de « progrès allant dans la bonne direction ». Cependant, « il reste des questions importantes en suspens » qui nécessitent des décisions politiques de Washington », a-t-il ajouté.

Les pourparlers ont repris fin novembre dans la capitale autrichienne après cinq mois d’interruption entre l’Iran et les pays encore parties à l’accord conclu en 2015 (France, Royaume-Uni, Allemagne, Russie, Chine).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...