Observant depuis Israël, inquiétude pour notre allié, et pour nous-mêmes
Rechercher
Opinion

Observant depuis Israël, inquiétude pour notre allié, et pour nous-mêmes

L'horreur de l'assaut contre la démocratie est aggravée par le fait qu'un président, si apprécié en Israël, termine son mandat de façon si honteuse, - et cela fait écho chez nous

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Un partisan du président américain Donald Trump porte un masque à gaz alors qu'il proteste après avoir pris d'assaut le Capitole américain, le 6 janvier 2021, à Washington, DC. (Brendan SMIALOWSKI / AFP)
Un partisan du président américain Donald Trump porte un masque à gaz alors qu'il proteste après avoir pris d'assaut le Capitole américain, le 6 janvier 2021, à Washington, DC. (Brendan SMIALOWSKI / AFP)

« Le monde regarde… Pensez à ce que le reste du monde regarde », a déploré le président américain élu Joe Biden dans son discours à la nation mercredi, dans lequel il a demandé au président Donald Trump d’agir immédiatement pour faire rentrer chez eux les « extrémistes » qu’il avait incités.

En regardant depuis Israël, Monsieur le Président élu, l’attaque de la foule sur le Capitole américain a semblé être un coup terrible porté à notre puissant et bien-aimé allié vital, rabaissé non pas par des ennemis extérieurs mais par des forces intérieures.

Heureusement, ce n’est pas un assassinat politique, que nos deux pays ne connaissent que trop bien. Heureusement aussi, pas un terrible attentat terroriste, avec un grand nombre de morts, du genre, encore une fois, de celui auquel nos deux nations ont dû faire face dans un passé récent. Mais un événement aux proportions cataclysmiques néanmoins, une attaque directe au cœur de la démocratie américaine, enflammée par le président défait. Un effort nauséabond pour subvertir le transfert pacifique du pouvoir, pour contrecarrer la volonté du peuple.

« Vous ne récupérerez jamais notre pays avec de la faiblesse », avait déclaré M. Trump à ses partisans plus tôt dans la journée. « Vous devez faire preuve de force et vous devez être fort. »

Les partisans du président américain Donald Trump entrent dans le Capitole américain alors que des gaz lacrymogènes envahissent les couloirs, le 6 janvier 2021, à Washington, DC. (Saul LOEB / AFP)

Nous avons assisté à une attaque, horrifiante, de la part d’Américains, contre l’Amérique.

Une attaque qui découle directement du refus du président américain en exercice d’accepter sa défaite électorale.

Le président américain Donald Trump danse après avoir pris la parole lors d’un rassemblement de campagne pour un sénateur républicain à l’aéroport régional de Dalton, en Géorgie, le 4 janvier 2021, (Evan Vucci/AP)

Une attaque à laquelle le président n’a pas immédiatement utilisé tous les pouvoirs rhétoriques et pratiques de son bureau pour y mettre fin.

Une attaque que le président, du moins au moment où nous écrivons ces lignes, n’a pas critiquée.

Une attaque, en effet, dont la motivation principale – la fausse affirmation que la réélection du président sortant a été volée – Trump a continué à justifier et à attiser même s’il a tardivement dit à ses partisans de rentrer chez eux.

Ce sont les choses et les événements qui se produisent lorsqu’une victoire électorale sacrée est si peu cérémonieuse et si vicieusement retirée à de grands patriotes qui ont été mal et injustement traités pendant si longtemps. Rentrez chez vous avec amour et en paix. Souvenez-vous de ce jour pour toujours !  »
— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) January 6, 2021

En regardant depuis Israël, nous avons également vu avec horreur la facilité avec laquelle les insurgés ont ouvert une brèche dans ce que Biden appelait la « citadelle de la liberté », révélant les forces de sécurité d’une superpuissance non préparées à une manifestation qu’elles savaient arriver, alors que les députés se rassemblaient pour proclamer la victoire du président élu.

Des manifestants iraniens brûlent les drapeaux israélien et américain, le 8 juin 2018. (AP/Ebrahim Noroozi)

En regardant depuis Israël, ces scènes impensables ont été rendues encore plus impensables par le fait que nous savions que nos nombreux ennemis dans cette région, qui sont bien sûr aussi les ennemis de l’Amérique dans cette région, regardaient ces mêmes scènes avec plaisir.

Là où nous constatons une désunion interne lamentable et dangereuse, ils voient une opportunité.

Des partisans du président américain Donald Trump entrent dans la rotonde du Capitole américain, le 6 janvier 2021, à Washington, DC. (Saul LOEB / AFP)

D’autres pensées traversent également la tête de cet Israélien que je suis.

Inquiétudes pour la résilience de notre propre État de droit, né des efforts continus de notre dirigeant – silencieux mercredi soir – pour discréditer certains des piliers de notre démocratie. Non pas des préoccupations parallèles, mais des échos et des craintes suscités par les événements qui se déroulent dans la lointaine capitale de notre allié le plus proche et le plus important.

Inquiétudes, également, dues à la mesure dans laquelle nos dirigeants se sont associés si étroitement avec un président qui termine son mandat de manière si honteuse – un président à la fois profondément, personnellement diviseur des Israéliens et largement apprécié pour une longue série de politiques utiles, de sa reconnaissance de Jérusalem comme notre capitale à son rôle d’intermédiaire dans quatre nouveaux processus de normalisation. Il ne s’agit pas de nouvelles angoisses, mais d’angoisses pour un Israël profondément dépendant du soutien bipartite des États-Unis. Des angoisses qui s’avèrent aujourd’hui bien plus exacerbées.

Mais finalement, en regardant depuis Israël, alors que la nuit tombait à Washington et que le mercredi faisait place au jeudi à Jérusalem, nous avons craint que ce que Biden a qualifié d’attaque sans précédent contre la démocratie américaine ne soit pas terminé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...