Odeh/Umm al-Hiran : les images prouvent qu’il y a eu de la violence policière
Rechercher

Odeh/Umm al-Hiran : les images prouvent qu’il y a eu de la violence policière

La démolition du village non reconnue avait été marquée par des émeutes violentes ainsi que par le décès d'un policier et d'un Bédouin

Le député arabe Ayman Odeh blessé par une balle en caoutchouc pendant des affrontements dans le village bédouin non reconnu d'Umm al-Hiran, le 18 janvier 2017. (Crédit : porte-parole de la Liste arabe unie)
Le député arabe Ayman Odeh blessé par une balle en caoutchouc pendant des affrontements dans le village bédouin non reconnu d'Umm al-Hiran, le 18 janvier 2017. (Crédit : porte-parole de la Liste arabe unie)

De nouvelles images de la démolition meurtrière du village bédouin d’Umm al-Hiran au début de l’année montrent que la police a pulvérisé du gaz poivré sur le visage du député Ayman Odeh (Liste arabe unie).

Odeh a tweeté les images filmées par un caméraman d’Al Jazeera, affirmant que cela prouve que la police a menti sur l’utilisation de la force contre lui et d’autres manifestants pendant les manifestations.

« La police nous a attaqués, nous a vaporisé du gaz poivré directement dans les yeux et a tiré des grenades assourdissantes », a-t-il dénoncé. « Malheureusement, la balle caoutchoutée qui m’a touché et blessé n’a pas été filmée ».

Les démolitions de maisons dans le village bédouin non reconnu du Néguev en janvier ont été marquées par un incident. Une voiture, conduite par l’instituteur local Yaqoub Moussa Abu Al-Qia’an, a percuté des policiers, tuant un officier, Erez Levi, âgé de 34 ans, et blessant un autre modérément.

La police a ouvert le feu et a tué Abu Al-Qia’an et la protestation autour d’eux s’est transformée en une violente émeute.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...