Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

Ofir Katz retire toutes les lois de l’agenda de la Knesset, blâme Otzma Yehudit

Cette annonce survient après que le chef du parti d'extrême-droite s'est heurté à la faction haredi du Shas, jurant de ne pas voter aux côtés du gouvernement

Le leader du Shas Aryeh Deri, à gauche, embrasse le chef d'Otzma Yehudit Itamar Ben Gvir pendant une séance plénière à la Knesset, le 13 décembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le leader du Shas Aryeh Deri, à gauche, embrasse le chef d'Otzma Yehudit Itamar Ben Gvir pendant une séance plénière à la Knesset, le 13 décembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Suite à des tensions croissantes au sein de la coalition, des tensions entraînées par le retrait du soutien du parti Otzma Yehudit à un amendement à la Loi sur les Services religieux qui était défendu par le Shas, le chef de la coalition Ofir Katz, élu sous l’étiquette du Likud, a annoncé que tous les textes de loi qui devaient être présentés mardi en séance plénière de la Knesset étaient retirés.

Selon les médias israéliens, Katz a fait savoir aux députés du Likud que « en raison de l’irresponsabilité du comportement d’Otzma Yehudit, aucune loi ne figurera aujourd’hui à l’ordre du jour ».

« Je ne souhaite m’appuyer sur aucun parti autre que ceux de la coalition et je ne souhaite pas gérer la coalition en fonction des humeurs de ses membres. J’espère que la situation dans laquelle se trouve la coalition, une situation qui aide l’opposition dans ses tentatives visant à nous porter atteinte, va changer », a-t-il écrit.

Cette annonce faite par Katz survient après que le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, s’est heurté au parti ultra-orthodoxe Shas d’Aryeh Deri, dans la soirée de lundi, jurant de ne pas voter aux côtés du gouvernement – alors que les querelles croissantes entre les différentes formations qui composent la coalition de la ligne dure du Premier ministre Benjamin Netanyahu ont d’ores et déjà tendu les relations entre ses membres.

Ben Gvir, qui revendique depuis des mois le droit d’avoir une influence plus grande sur la prise en charge de la guerre contre le Hamas à Gaza, avait ainsi menacé de ne pas soutenir un projet de loi avancé par le Shas, portant sur le financement des conseils religieux, si un siège ne lui était pas immédiatement accordé au cabinet de guerre, la cellule de commandement militaire gouvernementale qui a été démantelée, ou s’il n’était pas impliqué dans les discussions sur la guerre. Le projet de loi avait été retiré de l’agenda de la Knesset où il devait faire l’objet d’un vote lundi soir.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.