Israël en guerre - Jour 289

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Ortal Bobtas-Benayoun, 24 ans : guérie d’un cancer, elle voulait juste danser

Assassinée lors du Festival Supernova, à proximité du kibboutz Reïm, le 7 octobre 2023

Ortal Bobtas-Benayoun, assassinée par des terroristes du Hamas lors du Festival Supernova à proximité du kibboutz Reïm le 7 octobre 2023. (Crédit : Autorisation)
Ortal Bobtas-Benayoun, assassinée par des terroristes du Hamas lors du Festival Supernova à proximité du kibboutz Reïm le 7 octobre 2023. (Crédit : Autorisation)

Ortal Bobtas-Benayoun, 24 ans, originaire de Jérusalem, a été assassinée par des terroristes palestiniens du Hamas lors du Festival Supernova, à proximité du kibboutz Reïm, le 7 octobre.

Elle participait à la rave-party avec son petit ami, Daniel Ohana, qui a également été tué, et sa sœur, Shirel, qui a été blessée et a survécu. Le petit ami de Shirel, Aviel Oren, a également été assassiné lors du festival de musique. Ortal a été enterrée à Jérusalem le 15 octobre.

Elle laisse derrière elle ses parents, Michael et Rivka Julia, et ses trois frères et sœurs.

Ortal et sa sœur ont partagé sur Instagram des storys filmées lors du festival les montrant en train de danser et de faire la fête quelques heures seulement avant le début de l’assaut du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Ortal travaillait comme serveuse au restaurant Hamotzi à Jérusalem. Son chef, Avi Levy, a déclaré à Ynet que sa perte était « tout simplement déchirante ».

Levy a raconté qu’il l’avait vue pour la dernière fois jeudi soir, lors d’un service intense au restaurant, quelques heures avant qu’elle ne soit tuée : « C’est une perte énorme pour nous. Nous appelions Ortal ‘tzutzikit’ parce qu’elle était petite, rapide, efficace et qu’elle était partout. Ortal était patiente et très responsable. »

Elle était diplômée du village Nirim pour les jeunes à risque, qui l’a décrite dans un communiqué comme « ayant une grande âme et un grand cœur, pleine de joie de vivre face à toutes les difficultés et en toutes circonstances. Elle avait une personnalité captivante, un sens de l’humour et du piquant qui ont conquis de nombreuses personnes ».

Son amie proche, Avishag Fahima, l’a décrite sur Instagram comme « un rayon de lumière, un pilier de force pour nous et pour tant de gens qui t’aiment tant ».

« Tu sais que je ne peux pas m’empêcher de me remémorer nos souvenirs », a-t-elle poursuivi. « Tu étais une amie mais [ce n’était] pas une amitié ordinaire, une sœur, une âme sœur (…) depuis mes 13 ans jusqu’à aujourd’hui, une amitié où nous avons vécu ensemble, rêvé ensemble, ri ensemble (…) et maintenant ? Il ne me reste plus que des souvenirs, des photos et des enregistrements WhatsApp que j’écoute tout le temps parce que tu me manques. »

Sa sœur Shirel, qui a perdu à la fois Ortal et son petit ami lors du massacre, a écrit sur Instagram le 7 novembre : « Il y a un mois, la vie que je connaissais s’est achevée. »

« Ortal s’est battue contre le cancer et elle l’a vaincu – elle voulait juste vivre et réaliser ses rêves, voyager à travers le monde et fonder une famille », a écrit Shirel.

« Ortal était un papillon libre, rien ne l’empêchait de vivre, elle savait comment se relever de chaque chute et en ressortir plus forte – elle était tellement forte et avait des opinions bien arrêtées, c’était une bonne personne pour tout le monde. »

Shirel a écrit qu’elles étaient allées ensemble au Festival Supernova avec leurs petits amis. « Nous nous sommes amusées, nous avons dansé, nous avons ri, nous n’avons jamais imaginé que nos vies se termineraient ainsi, nous n’avons jamais cru que les rêves que nous voulions réaliser resteraient immobiles pour toujours. Ma sœur était l’âme que l’on aimerait rencontrer dans les mauvais jours, elle était tout – et pas seulement parce qu’elle était ma sœur – son bon cœur, son désir de remonter le moral de chaque personne qu’elle rencontrait ».

« Tu me manques chaque jour plus que la veille, je t’aime chaque jour plus qu’hier », a-t-elle poursuivi.

« Nous étions tout l’une pour l’autre, nous avons traversé beaucoup de douleur que seules toi et moi comprenions, et maintenant il ne reste plus que moi pour comprendre et m’accrocher à la douleur. »

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’en est suivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.