Paris : l’Iran doit « respecter » l’accord nucléaire avant un retour de Washington
Rechercher

Paris : l’Iran doit « respecter » l’accord nucléaire avant un retour de Washington

Antony Blinken a confirmé que l'administration Biden était prête à revenir dans l'accord à condition que Téhéran respecte à nouveau ses engagements

Les ministres des Affaires étrangères sont assis autour d'une table à l'hôtel Palais Coburg, où se tiennent les négociations sur le nucléaire iranien à Vienne, en Autriche, le 6 juillet 2015. (AFP/POOL/CARLOS BARRIA)
Les ministres des Affaires étrangères sont assis autour d'une table à l'hôtel Palais Coburg, où se tiennent les négociations sur le nucléaire iranien à Vienne, en Autriche, le 6 juillet 2015. (AFP/POOL/CARLOS BARRIA)

L’Iran doit cesser toute « provocation » et revenir au « respect » de ses propres engagements avant un retour des États-Unis dans l’accord nucléaire de 2015, a déclaré mardi la présidence française.

« S’ils sont sérieux sur les négociations et s’ils veulent obtenir un réengagement de l’ensemble des parties prenantes au JCPOA (l’accord sur le nucléaire, ndlr), d’abord il faut qu’ils s’abstiennent d’autres provocations et deuxièmement qu’ils respectent ce qu’ils ne respectent plus, c’est-à-dire leurs obligations », a souligné un conseiller de l’Élysée lors d’un échange avec l’Association de la Presse diplomatique française.

« Il y a un premier temps qui est celui de l’exigence : l’Iran au titre du JCPOA, au titre aussi des modalités du réengagement du dialogue doit revenir en conformité (avec ses engagements, ndlr) », a-t-il insisté.

En 2015, la République islamique d’Iran et le Groupe des Six (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) avaient conclu à Vienne un Plan d’action global commun (JCPOA en anglais) censé régler la question nucléaire iranienne après douze années de tensions.

Mais il menace de voler en éclats depuis que Donald Trump en a sorti unilatéralement les États-Unis en 2018, rétablissant puis intensifiant les sanctions américaines contre Téhéran, accusé de chercher à se doter de l’arme atomique.

En riposte, Téhéran s’est affranchi depuis 2019 de la plupart de ses engagements, tout en démentant chercher à obtenir une capacité nucléaire militaire.

Machines à centrifuger dans l’installation d’enrichissement d’uranium de Natanz, dans le centre de l’Iran, le 5 novembre 2019. (Organisation de l’énergie atomique d’Iran via AP)

L’arrivée au pouvoir de Joe Biden, qui considère la politique de Donald Trump vis-à-vis de l’Iran comme un échec, pourrait à cet égard changer la donne.

La Russie et l’Iran ont déclaré mardi vouloir « sauver » l’accord sur le nucléaire iranien. Mais Moscou a aussi pris le contrepied de Washington en soulignant que la nouvelle administration américaine devait revenir à l’accord pour qu’il soit respecté par l’Iran.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a aussi exclu un premier pas iranien. « Pourquoi l’Iran (…) devrait-il être le premier à faire montre de bonne volonté ? Ce sont les États-Unis qui ont rompu l’accord, sans raison. Il doivent réparer leurs torts, ensuite l’Iran répondra ».

Paris n’a pas explicité selon quel séquençage les Iraniens pourraient revenir au respect de leurs engagements et les Américains pourraient lever les sanctions réintroduites après leur sortie de l’accord en 2018.

« Il va falloir, ça c’est un débat que nous aurons avec les Américains, voir comment au fond le retour des États-Unis au JCPOA se paie de gestes vérifiables de la part des Iraniens », a souligné l’Elysée.

Mais la France et la nouvelle administration américaine sont sur la même longueur d’ondes, a insisté Paris. « Nous sommes au clair sur ce qu’il faut faire et la manière dont il faut le faire », a dit la présidence française.

« Les Russes et les Chinois ne sont pas forcément disposés à jouer immédiatement le jeu des Américains parce que ces derniers ont changé de président », a-t-elle également noté.

Le futur secrétaire d’État américain Antony Blinken a confirmé que le gouvernement de Joe Biden était prêt à revenir dans l’accord sur le nucléaire iranien à condition que Téhéran respecte à nouveau ses engagements.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...