Israël en guerre - Jour 201

Rechercher

Paris se veut « irréprochable » dans les composants militaires qu’elle livre à Israël

"Objectivement, il n'y a pas de relation d'armement en tant que tel avec Israël", a assuré mardi le ministre français des Armées, qui demande toutefois une rigueur quant aux vérifications sur l'utilisation des composants vendus

Le ministre français de la Défense, Sébastien Lecornu, assistant à une cérémonie à Beyrouth le 2 novembre 2023 marquant le 40e anniversaire de l'explosion de l'immeuble Drakkar qui a tué cinquante-huit parachutistes français et cinq soldats libanais. (Crédit : Anwar Amro/AFP)
Le ministre français de la Défense, Sébastien Lecornu, assistant à une cérémonie à Beyrouth le 2 novembre 2023 marquant le 40e anniversaire de l'explosion de l'immeuble Drakkar qui a tué cinquante-huit parachutistes français et cinq soldats libanais. (Crédit : Anwar Amro/AFP)

La France entend être « irréprochable » en matière de livraison de composants destinés aux équipements militaires d’Israël, a assuré mardi le ministre français des Armées, Sébastien Lecornu, soulignant que ses services chargés de donner leur feu vert à leur exportation avaient émis récemment des avis défavorables.

En 2022, les exportations de composants vers Israël ont représenté « 15 millions d’euros », soir « 0,2% des transferts globaux », a indiqué M. Lecornu.

« Objectivement, il n’y a pas de relation d’armement en tant que tel avec Israël », a-t-il relevé, ajoutant que la France et Israël étaient en concurrence « sur un certain nombre de marchés ».

Pour autant, des composants ont pu être livrés jusqu’à très récemment, a-t-il reconnu, précisant qu’il s’agissait de « composants élémentaires », tels que « des roulements à billes, des vitrages, des systèmes de refroidissement, des potentiomètres, des capteurs de pression ».

« En général, ce sont des armements qui ont vocation à être réexportés depuis Israël vers d’autres clients », a-t-il poursuivi.

Mais depuis la guerre entre le groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas et Israël, Sébastien Lecornu a demandé aux services compétents « d’être encore plus rigoureux dans la manière d’interroger l’utilisation de ces composants ».

Seules « quelques licences ont pu être données » pour le Dôme de fer israélien, ce dispositif défensif permettant d’intercepter roquettes et missiles visant Israël.

« Je n’ai pas tous les derniers éléments, mais les derniers avis de mon ministère rendus ont été des avis défavorables », a souligné le ministre des Armées.

« C’est justement pour être irréprochable en la matière. Tout ça, évidemment dans un dialogue très franc avec Tel-Aviv », a-t-il également commenté.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.