Pas d’effet de la vaccination avant la fin de l’hiver, dit un groupe de travail
Rechercher

Pas d’effet de la vaccination avant la fin de l’hiver, dit un groupe de travail

Le ministère de la Santé espère que la première injection du vaccin de Pfizer sera administrée dès la semaine prochaine

Des personnels médicaux testent des Israéliens au coronavirus sur la place Rabin, à Tel Aviv, le 10 décembre 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Des personnels médicaux testent des Israéliens au coronavirus sur la place Rabin, à Tel Aviv, le 10 décembre 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Un groupe de travail militaire a prédit dimanche que la campagne prévue de vaccination n’aurait pas un impact marqué sur la pandémie de coronavirus avant la fin de l’hiver, alors même qu’Israël se prépare à commencer à administrer le vaccin de Pfizer.

Au vu de ces prédictions, le Centre national d’informations et de connaissances sur le coronavirus a recommandé le port du masque pour minimiser les contaminations jusqu’à ce qu’il y ait « une réelle influence des vaccins » sur la réduction du taux de morbidité dans le pays.

Les responsables ont fixé au 27 décembre le début de l’administration des vaccins, et prévoient de l’administrer à 60 000 personnes par jour.

Mais Chezy Levy, directeur-général du ministère de la Santé, a indiqué que la distribution pourrait commencer avant cette date, la FDA (Food and Drug Administration) américaine ayant octroyé une approbation d’urgence, pendant le week-end, au vaccin de Pfizer.

« Nous devons réexaminer les échantillons de ce qui est arrivé, ainsi que les approbations supplémentaires. J’espère que la première injection pourra être faite au début de la semaine prochaine », a déclaré Levy à la radio publique, dimanche.

Un infirmier israélien durant une simulation de vaccination à la COVID-19 au centre médical Sheba, près de Tel Aviv. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Il a repoussé les inquiétudes portant sur un manque de sûreté du vaccin, disant que l’immunisation était le seul moyen de garantir la santé publique.

« Il n’existe aucun vaccin, aucun médicament qui soit sûr à 100 %. Je peux dire que le vaccin est sûr, qu’il a été testé et prouvé sur des milliers de personnes pendant les essais, qu’il n’y a pas d’effet secondaire grave. Il est sûr et efficace », a commenté Levy.

Ces propos sont survenus après que la Treizième chaîne a fait savoir que le ministère de la Santé et les représentants des hôpitaux se rencontreraient dimanche pour discuter du changement de cette date du 27 décembre. Les caisses médicales (HMO) ont fait savoir au ministère qu’elles pouvaient lancer la campagne de vaccination dès le 20 décembre, a indiqué la chaîne samedi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...