Pays-Bas: Croix gammées sur un mémorial juif dédié aux victimes de la Shoah
Rechercher

Pays-Bas: Croix gammées sur un mémorial juif dédié aux victimes de la Shoah

Les autorités ont été sidérées par le vandalisme près de la gare de Hoogezand, d'où la quasi-totalité des Juifs locaux ont été envoyés à la mort pendant la Seconde Guerre mondiale

Mémorial juif à Hoogezand. Photo : Ronn / Wikimedia Commons
Mémorial juif à Hoogezand. Photo : Ronn / Wikimedia Commons

Un monument à la mémoire des Juifs néerlandais assassinés pendant l’Holocauste a été retrouvé vandalisé dimanche avec des croix gammées, les autorités locales étant « abasourdies » par le crime de haine.

La police a ouvert une enquête et a demandé au public de lui faire part de toute information.

Ces actes de vandalisme se sont produits dans la ville de Hoogezand, dans la province de Groningen, dans le nord-est des Pays-Bas, à côté d’une gare ferroviaire utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale pour emmener les Juifs locaux dans les camps de concentration nazis, où presque tous ont péri.

Plusieurs croix gammées ont été retrouvées sur le monument le dimanche matin, selon la chaîne de télévision néerlandaise NOS.

« Je suis abasourdi qu’une telle action puisse se produire dans notre municipalité ou ailleurs », a déclaré Rein Munniksma, maire de la commune de Midden-Groningen, selon le site Web du NL Times. « Il est incompréhensible que des croix gammées soient dessinées sur un monument juif. »

Hanna Luden, directrice du Centre néerlandais d’information et de documentation sur Israël, a déclaré que l’acte était difficile à comprendre.

« Toute la communauté juive de Hoogezand a été anéantie, et quelqu’un fait une chose pareille. C’est tout simplement incompréhensible », a-t-elle déclaré dans les médias néerlandais.

Une autre inscription trouvée sur le monument juif semblait indiquer le mot « Pegida » – une organisation allemande d’extrême droite, essentiellement anti-musulmane.

Mais le chef de la branche locale de Pegida, Edwin Wagensveld, a rejeté toute implication et a accusé les auteurs d' »abuser » du nom du groupe, en informant le radiodiffuseur : « C’est vraiment un acte scandaleux et nous nous dissocions de ce comportement. »

Les autorités ont tenté d’effacer les graffitis, mais elles auraient échoué car le matériau du monument est ancien et altéré. Les croix gammées sont moins prononcées, mais toujours visibles, selon les rapports.

La communauté juive de Hoogezand a été fondée au début du XVIIIe siècle. Au fil des années, elle a su maintenir une vie communautaire juive active, avec une synagogue, et en 1930, elle comptait quelque 230 personnes. Tous sauf quelques-uns sont morts pendant l’Holocauste, la communauté n’a jamais été reconstruite et la synagogue a été vendue et rasée peu après la fin de la guerre.

Le monument est aujourd’hui le dernier vestige de l’histoire juive de la ville.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...