Pays-Bas : Le terroriste neutralisé voulait tuer des Juifs et des Chrétiens
Rechercher

Pays-Bas : Le terroriste neutralisé voulait tuer des Juifs et des Chrétiens

Les procureurs ont annoncé que le demandeur d’asile neutralisé en mai était poursuivi pour trois d’accusations de tentative meurtre et d’attaque terroriste

Des agents de police néerlandais sur les lieux d'une attaque au couteau près de la gare centrale d'Amsterdam, aux Pays-Bas, le 31 août 2018 (Crédit : AP Photo/Alex Furtula)
Des agents de police néerlandais sur les lieux d'une attaque au couteau près de la gare centrale d'Amsterdam, aux Pays-Bas, le 31 août 2018 (Crédit : AP Photo/Alex Furtula)

AMSTERDAM — Un demandeur d’asile syrien, abattu par des officiers de police à La Haye après avoir poignardé trois personnes, cherchait des victimes juives et chrétiennes, ont affirmé les procureurs.

Mercredi, les procureurs ont annoncé que les officiers avaient fait usage de leurs armes conformément à la loi le 5 mai pour tirer sur un homme qui a été identifié dans les médias hollandais comme étant Malek F., a annoncé le quotidien De Telegraaf.

Les enquêteurs ont mis en évidence que Malek F, âgé de 31 ans, d’abord déclaré irresponsable avant d’être ensuite accusé d’attaque terroriste, cherchait des « kuffars chrétiens et juifs », le terme arabe pour des non-croyants d’Allah. Il avait déclaré que les « kuffars » sont comme des « animaux et des handicapés mentaux », selon des déclarations citées dans le rapport du procureur.

Les policiers lui avaient tiré dessus alors qu’il poignardait des gens à Schilderswijk, l’un des quartiers accueillant la plus forte proportion musulmane des Pays-Bas. L’une des victimes, qui a été sérieusement blessée, était musulmane.

Malek F. a été légèrement blessé dans l’attaque. Il est visé par trois accusations de tentative de meurtre.

Deux jours auparavant, Malek avait déclaré aux enquêteurs, qu’il avait apporté un couteau à l’église de La Haye mais qu’il était parti après que personne n’eut ouvert la porte quand il avait frappé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...