Pence: Trump, « plus grand défenseur d’Israël à avoir jamais été à Washington »
Rechercher

Pence: Trump, « plus grand défenseur d’Israël à avoir jamais été à Washington »

A l’événement célébrant le 70ème anniversaire d’Israël, le vice-président a dit que son patron a fait plus pour l’état juif en un an que n’importe quel président dans l’histoire

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Mike Pence lors d'un événement organisé pour l'inauguration de l'ambassade américaine en Israël à Washington, le 14 mai 2018 (Crédit : Eric Cortellessa/Times of Israel)
Mike Pence lors d'un événement organisé pour l'inauguration de l'ambassade américaine en Israël à Washington, le 14 mai 2018 (Crédit : Eric Cortellessa/Times of Israel)

WASHINGTON — Le vice-président américain Mike Pence a salué Donald Trump comme étant le plus grand soutien présidentiel dans l’histoire d’Israël lundi, ajoutant que la paix avec les Palestiniens était possible.

Dans ses brèves remarques formulées à l’événement de l’ambassade israélienne pour le 70ème anniversaire de sa fondation, Pence a dit que le président avait fait plus pour « rapprocher » les Etats-Unis et Israël « en un an que n’importe quel président dans les 70 dernières années ».

Trump est « le plus grand défenseur de l’Etat juif a avoir jamais été au Bureau Ovale », a-t-il dit.

Ses commentaires sont intervenus après que les Etats-Unis ont inauguré leur nouvelle ambassade à Jérusalem plus tôt lundi, respectant une promesse de campagne de Trump et réalisant un souhait de longue date d’Israël pour une reconnaissance internationale de Jérusalem comme sa capitale.

Le président américain Donald Trump serre la main du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans le bureau ovale de la Maison-Blanche, le 5 mars 2018 (AFP Photo / Mandel Ngan)

L’administration a défendu la décision comme aidant à se rapprocher de la paix israélo-palestinienne, Mais les violentes manifestations et émeutes menées notamment contre le transfert dirigées par le groupe terroriste du Hamas ont conduit à la mort de 58 émeutiers palestiniens, dont des enfants que les parents ont choisi d’emmener, avec aussi des milliers de blessés, soulignant les difficultés qui se profilent alors que la Maison Blanche s’efforce d’obtenir un accord de paix.

Les Palestiniens et les représentants de plusieurs pays ont dit que le transfert de l’ambassade a enlevé aux Etats-Unis son rôle de médiateur dans le conflit.

Pence a évité toute mention de la violence dans l’enclave côtière lors de ses remarques et a salué l’engagement de l’administration pour un accord de paix.

Des Palestiniens scandent des slogans lors d’affrontements avec les forces de sécurité israéliennes près de la frontière entre la bande de Gaza et Israël à l’est de la ville de Gaza le 14 mai 2018. (MAHMUD HAMS/AFP)

La Maison Blanche est « prête à soutenir un accord de paix de toutes les façons que nous le pouvons », a-t-il dit.

« Nous pensons que la paix est possible… et si toute paix nécessitera incontestablement un compromis, sous la présidence Trump, les Etats-Unis ne feront jamais de compromis sur la sécurité de l’état d’Israël », a déclaré Pence à l’Auditorim Andrew W. Mellon dans la capitale américaine.

S’exprimant avant lui, l’ambassadeur israélien Ron Dermer a décrit le transfert de l’ambassade comme « un petit pas pour la paix et un grand pas pour la vérité ».

Pence a également cherché à assurer le public que l’administration Trump empêcherait l’Iran d’obtenir des armes nucléaires après Trump se soit retiré de l’accord sur le nucléaire la semaine dernière.

« Comme nous l’avons montré la semaine dernière, les Etats-Unis se sont à nouveau dressés contre le principal état sponsor du terrorisme quand nous nous sommes retirés de l’accord désastreux sur le nucléaire iranien, a dit Pence. Nous ne permettrons jamais à l’Iran d’obtenir une arme nucléaire ».

Il a mentionné la confrontation entre Israël et l’Iran en Syrie la semaine dernière comme étant la preuve que le pacte, qui arrêtait l’enrichissement en échange d’une levée des sanctions, avait besoin d’être annulé.

« Les attaques de missiles sans précédent de l’Iran sur Israël la semaine dernière ont confirmé la décision du président, et cet acte d’agression dangereux n’a fait que renforcer notre détermination », a dit Pence.

Jeudi, les forces iraniennes stationnées en Syrie ont lancé 20 missiles sur Israël, entraînant des ripostes par des frappes aériennes avec l’objectif de repousser les forces de la République islamique en dehors du pays déchiré par la guerre civile.

Comme pour l’ouverture, la liste d’invités semblait très partisane, avec un public presque exclusivement républicain.

Un correspondant du Times of Israël a déclaré qu’aucun législateur démocrate actuel n’avait été vu dans le public, même s’ils sont toujours invités à l’événement annuel et y ont fréquemment participé au cours des années précédentes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...