Plusieurs articles font état d’un mépris général pour les directives sanitaires
Rechercher

Plusieurs articles font état d’un mépris général pour les directives sanitaires

Dans les villes sous couvre-feu et dans tout le pays, les Israéliens défieraient les instructions du gouvernement ; le chef de la police ordonne la répression

Des gens marchent avec des masques dans la rue Jaffa à Jérusalem le 4 septembre 2020. Photo illustrative (Yonatan Sindel/Flash90)
Des gens marchent avec des masques dans la rue Jaffa à Jérusalem le 4 septembre 2020. Photo illustrative (Yonatan Sindel/Flash90)

Des reportages faisant état de multiples violations publiques de la distance sociale, du port de masques et d’autres directives sanitaires ont proliféré mercredi, alors que les cas de virus dans le pays montent en flèche.

Mercredi soir, le chef de la police par intérim, Motti Cohen, a ordonné aux fonctionnaires de police d’accélérer l’application des directives du ministère de la Santé, suite à de multiples articles faisant état d’Israéliens bafouant les mesures contre le coronavirus, notamment les couvre-feux nocturnes dans 40 villes et quartiers présentant des taux d’infection très élevés.

Parmi les multiples violations de cette semaine, une grande fête organisée ces derniers jours par des lycéens dans la ville de Yeruham, dans le sud du pays, a permis de confirmer au moins 28 cas de coronavirus, d’envoyer des dizaines de personnes en quarantaine obligatoire et de fermer l’école, a rapporté le journal de la Douzième chaîne mercredi.

En outre, une vidéo publiée mardi soir montrait des dizaines de personnes dansant sans masques dans une boîte de nuit de Haïfa dans un espace très restreint, en violation des directives du ministère de la Santé.

Entre-temps, une vidéo a également été postée sur un grand mariage à Haïfa avec plusieurs centaines d’adeptes de la dynastie hassidique Seret-Vishnitz, en violation des directives du ministère de la Santé.

Le vice-ministre de l’Education Meir Porush a assisté à l’événement, expliquant plus tard qu’il n’y avait été présent que « quelques minutes ».

Selon les chiffres de la police publiés mercredi, la semaine dernière a vu 13 manifestations de masse être interrompues par les forces de l’ordre, et 10 salles accueillant des évènements en violation des restrictions sur le coronavirus ont été fermées.

La police a également déclaré que ces dernières 24 heures, quelque 1 213 amendes ont été infligées pour des violations liées au coronavirus.

Mardi soir, un couvre-feu nocturne a été instauré dans 40 villes avec des taux d’infection élevés dans tout Israël, touchant quelque 1,3 million d’Israéliens, principalement dans les secteurs ultra-orthodoxes et arabes, particulièrement touchés par la pandémie.

Le premier couvre-feu nocturne, imposé entre 19 heures mardi et 5 heures mercredi, a été largement ignoré.

Les habitants de différentes localités à fort taux d’infection ont déclaré aux médias israéliens qu’il y avait une grande confusion car la mesure tant promue, destinée à lutter contre la montée en flèche des taux d’infection et prévue pour une semaine, était essentiellement restée sur le papier.

Les 40 villes ont également reçu l’ordre de fermer leurs établissements d’enseignement pour empêcher la propagation du virus. Mais selon un reportage de la Treizième chaine, de nombreuses écoles et yeshivot de Bnei Brak – une des villes soumises au couvre-feu – sont restées ouvertes mercredi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...