Plusieurs associations pro-palestiniennes comptent perturber « Tel Aviv sur Seine »
Rechercher

Plusieurs associations pro-palestiniennes comptent perturber « Tel Aviv sur Seine »

Une partie de Paris plage sous haute surveillance ; Opération concurrente baptisée "Gaza Plage" à quelques dizaines de mètres

Crédit Wikipédia : Paris plage : CC BY-SA 3.0
Crédit Wikipédia : Paris plage : CC BY-SA 3.0

Environ 500 policiers et gendarmes sont mobilisés jeudi à Paris pour éviter tout débordement en marge de la manifestation « Tel Aviv sur Seine », organisée par la Mairie de la capitale.

Cette partie de plage qui se voulait festive, avec musique israélienne, DJ et cantines, est fortement contestée par plusieurs associations dont le collectif Europalestine, qui ont convoqué une opération concurrente baptisée « Gaza Plage » à quelques dizaines de mètres de la première pour exprimer leur « indignation ».

Les opposants à l’opération évoquent « l’indécence » d’une telle manifestation un an après l’opération israélienne sur Gaza et reprochent à la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, d’occulter la politique israélienne dans les territoires palestiniens.

Le Parti communiste a rejoint l’extrême gauche pour réclamer l’annulation de l’événement, soutenu par la droite parisienne.

Mercredi le Premier ministre Manuel Valls, particulièrement présent cet été sur le réseau Twitter, a également apporté son soutien à Mme Hidalgo et lancé : « Halte au déferlement de bêtise ».

L’été dernier, en pleine offensive israélienne à Gaza, des manifestations de soutien aux Palestiniens, bien qu’interdites en raison des risques de violence, avaient dégénéré dans plusieurs quartiers populaires de Paris et de la banlieue.

La Mairie de Paris a cependant refusé d’annuler la manifestation.

Mais jeudi sur les quais de Seine, transformés comme chaque été en plage avec sable, parasols, transats et guinguettes, les services de sécurité seront particulièrement vigilants avec fouilles de sacs et surveillance accrue, en amont et en aval de l’opération.

D’autant que le plan antiterroriste Vigipirate est au niveau le plus élevé en région parisienne depuis les attentats de janvier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...