Police/Amende : Amir Ohana rencontre la jeune ultra-orthodoxe en larmes
Rechercher

Police/Amende : Amir Ohana rencontre la jeune ultra-orthodoxe en larmes

Le ministre de la Sécurité publique a déclaré à Batya Getter, filmée après avoir été arrêtée par la police pour absence de port de masque, que "mon coeur est avec toi"

Batya Getter, au centre, avec sa famille alors qu'ils rencontrent des officiers de la police à Jérusalem, le 13 juillet 2020. 
(Police israélienne)
Batya Getter, au centre, avec sa famille alors qu'ils rencontrent des officiers de la police à Jérusalem, le 13 juillet 2020. (Police israélienne)

Lundi, le ministre de la Sécurité publique Amir Ohana a rencontré une adolescente ultra-orthodoxe qui avait été filmée la semaine dernière en train de pleurer alors que deux officiers de police l’avaient arrêtée parce qu’elle ne portait pas de masque. Le port du masque est obligatoire selon les directives de lutte contre la propagation du coronavirus.

Les images de l’incident entre Batya Getter et des officiers ont suscité de vives réactions des membres ultra-orthodoxes du cabinet. Ils ont affirmé que la police harcelait leur communauté avec une application trop stricte des directives imposées contre le coronavirus dans l’espace public.

Dans la vidéo, Getter, âgée de 13 ans, commence à pleurer quand la police l’interroge. Selon un témoin et la mère de l’enfant, elle portait un masque, mais elle l’a retiré pour boire une barbotine. Alors qu’une foule s’est regroupée pour défendre la jeune fille, les deux officiers sont partis sans mettre une amende de 500 shekels (128 euros) pour l’absence de port du masque.

« Je regrette l’incident. Mon coeur est avec toi quand je vois la vidéo, a déclaré Ohana à Getter quand il l’a rencontrée en compagnie de son père. Pour moi, il était important de vous rencontrer et de vous entendre. Ces derniers jours, j’ai consacré, et je consacrerai, beaucoup de temps à améliorer constamment les liens entre la police et la communauté ultra-orthodoxe ».

Plus tôt lundi, Getter et sa famille ont rencontré le chef de la police de Jérusalem Shimi Marciano et le grand rabbin de la police d’Israël Rami Brachyahu.

« Je veux que vous sachiez que les officiers de police sont des gens bien qui protègent et prennent soin du public, a déclaré Marciano à Getter. J’espère que vous sortirez d’ici aujourd’hui en souriant avec une bonne impression ».

Son père Yehoshua Getter a déclaré à Marciano que « le peuple juif a besoin d’unité. Je veux que nous nous unifions, que nous nous réconcilions, que nous allions de l’avant », selon des médias israéliens.

La vidéo a provoqué un tollé parmi les politiciens ultra-orthodoxes qui ont affirmé que la communauté ultra-orthodoxe était stigmatisée par la police.

Pourtant, la police a déclaré dans un communiqué que les affirmations circulant autour de la vidéo – que les policiers avaient l’intention de lui mettre une amende – étaient fausses. Les policiers lui ont simplement dit d’ajuster son masque avant de la laisser repartir.

« C’est une autre publication complètement fausse et visant à déformer la réalité dans le cadre d’une campagne populaire ces jours-ci contre la police et les officiers qui travaillent pour la santé du public », précisait le communiqué.

Amir Ohana à la cérémonie de passation de pouvoir du ministère de la Sécurité publique à Jérusalem le 18 mai 2020.
(Yonatan Sindel/Flash90)

Il y a une tension croissante dans la communauté ultra-orthodoxe autour de l’application des directives sanitaires du ministère de la Santé de distanciation sociale et de port du masque. Certains membres de la communauté affirment être soumis à une application plus stricte des règles. Il y a eu plusieurs incidents filmés de violences policières contre des membres de la communauté ultra-orthodoxe au sujet de l’application des restrictions.

La semaine dernière, le gouvernement a également annoncé le confinement des quartiers dans cinq villes et municipalités, dont beaucoup sont des zones à majorité ultra-orthodoxe. Les résidents ont protesté, parfois violemment contre les confinements.

Dimanche, le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, le chef du parti ultra-orthodoxe Shas, a condamné ce qu’il a qualifié de « violence délibérée par la police contre les manifestants ultra-orthodoxes ». Il a comparé la manière dont la police traite les citoyens religieux et les laïques lors des manifestations, a rapporté le site d’information Walla.

Il y a une « application sélective contre le public ultra-orthodoxe », a-t-il affirmé, déclarant que « cela doit cesser ».

Dimanche aussi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré le ministre du Logement Yaakov Litzman, le chef du parti ultra-orthodoxe Yahadout HaTorah.

Litzman a critiqué le gouvernement pour « avoir imposé des restrictions de mouvement seulement dans les villes et quartiers ultra-orthodoxes » et pour « des accusations graves de comportement discriminatoire et sélectif par la police envers des manifestants ultra-orthodoxes », selon des médias israéliens.

Netanyahu a rencontré Litzman le lendemain, avec Deri, le député Moshe Gafni d’Yahadout HaTorah, le ministre de la Santé Yuli Edelstein, le ministre de la sécurité publique Ohana et d’autres élus pour discuter de la question.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...