Rechercher

Pollard semble exclure la politique et la Knesset, disant avoir « assez souffert »

"Il est important pour moi de contribuer à la nation d'Israël, mais ma place n'est pas à la Knesset. Je pense que j'ai déjà assez souffert", a déclaré l'ancien espion

L'espion israélien Jonathan Pollard, à gauche, assistant aux funérailles de sa femme Esther à Jérusalem, le 31 janvier 2022 ; Le député Itamar Ben Gvir, à droite, lors d'une conférence de presse à Ramat Gan, le 15 août 2022. (Crédits : Yonatan Sindel/Flash90 / Avshalom Sassoni/Flash90)
L'espion israélien Jonathan Pollard, à gauche, assistant aux funérailles de sa femme Esther à Jérusalem, le 31 janvier 2022 ; Le député Itamar Ben Gvir, à droite, lors d'une conférence de presse à Ramat Gan, le 15 août 2022. (Crédits : Yonatan Sindel/Flash90 / Avshalom Sassoni/Flash90)

Jonathan Pollard a semblé exclure l’idée de se présenter sur la liste du député Itamar Ben Gvir lors du prochain scrutin législatif, le 1er novembre, alors que le leader d’extrême droite aurait envisagé d’offrir à l’espion israélien condamné aux États-Unis une place sur la liste de son parti Otzma Yehudit.

« Il est important pour moi de contribuer à la nation d’Israël, mais ma place n’est pas à la Knesset. Je pense que j’ai déjà suffisamment souffert », a déclaré Pollard, qui a passé 30 ans dans une prison fédérale américaine, dans des propos rapportés par la Douzième chaîne.

Selon un article publié jeudi par le journal Israel Hayom, Ben Gvir se serait récemment entretenu avec l’ex-analyste du renseignement américain, curieux de mesurer l’impact de sa possible participation au scrutin du 1er novembre par des sondages internes.

Alors qu’il était analyste du renseignement au centre antiterroriste de la marine américaine, Pollard avait transmis des milliers de documents américains classifiés à Israël avant d’être arrêté en 1985, reconnu coupable d’espionnage et condamné à la prison à vie deux ans plus tard.

L’affaire avait sérieusement tendu les relations entre Israël et son plus grand allié.

Pollard, aujourd’hui âgé de 68 ans, a obtenu sa libération en 2015 et s’est installé en Israël il y a un an.

Selon Israel Hayom, Ben Gvir se serait récemment entretenu avec un certain nombre de responsables militaires, personnalités religieuses et femmes influentes dans le but de finaliser sa liste, suite à l’annonce qu’il se présenterait sous la seule étiquette d’Otzma Yehudit aux prochaines élections.

Auraient déjà leur nom sur la liste le directeur général d’Otzma Yehudit Itshak Waserlauf, en deuxième place, et Almog Cohen, activiste et ex-fonctionnaire de police, en troisième place.

Après des semaines de négociations compliquées, Ben Gvir a annoncé, lundi, son intention de se présenter seul aux élections générales du 1er novembre, se retirant de l’alliance Sionisme religieux menée par Bezalel Smotrich.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...