Pologne: procès d’historiens qui suggèrent qu’un maire a aidé à tuer 22 Juifs
Rechercher

Pologne: procès d’historiens qui suggèrent qu’un maire a aidé à tuer 22 Juifs

Jan Grabowski et Barbara Engelking ont été attaqués pour avoir réétudié une allégation contre Edward Malinowski, ancien maire de Malinowo

L'entrée du village de Malinowo, en Pologne. (Crédit : Google Maps)
L'entrée du village de Malinowo, en Pologne. (Crédit : Google Maps)

JTA — Deux célèbres historiens polonais, spécialistes de la Shoah, comparaissent en justice pour diffamation, car ils affirment que le défunt maire d’une ville près de Varsovie, qui a sauvé une femme juive, était impliqué dans le meurtre de 22 autres Juifs.

Jan Grabowski et Barbara Engelking ont été attaqués en justice l’année dernière au civil par une nièce du maire pour ce qu’ils ont écrit à son sujet dans leur livre de 2018 « Nuit sans fin », sur la collaboration polonaise. Leur procès s’est ouvert le 12 janvier, a rapporté samedi le site d’information OKO.

Le défunt maire, Edward Malinowski, a été acquitté dans un procès après la Seconde Guerre mondiale pour collaboration avec les nazis dans la ville de Malinowo, qu’il dirigeait et qui est située à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Varsovie.

Au cours du procès, la question des 22 juifs assassinés s’est posée. Mais une femme juive qu’il avait sauvée, prétendument en échange d’un paiement, Estera Siemiatycka, a témoigné en faveur du maire, et il a été acquitté.

Dans leur livre, Grabowski et Engelking reviennent sur ces accusations, en écrivant qu’en 1944, « il a été dit dans le village qu’un groupe de 22 Juifs se cachait dans une forêt voisine, avait été trahi par des Polonais et assassiné par les Allemands. Il a été dit que le maire de Malinowski était impliqué dans cette affaire ».

Interrogé par l’OKO pour savoir s’il était certain que le maire était impliqué dans les meurtres, Engelking a répondu que ce n’était pas certain. « Je n’ai pas écrit que je pensais qu’il avait trahi les Juifs. J’ai rapporté l’opinion du témoin », a-t-elle déclaré.

« Je pense que malgré le fait qu’elle [Siemiatycka] eut une mauvaise opinion de lui [Malinowski], elle voulait lui faire une faveur et lui montrer sa gratitude pour lui avoir sauvé la vie », a ajouté Engelking.

Dans des témoignages ultérieurs, Siemiatycka a déclaré que la personne responsable de la trahison de 22 Juifs locaux aux nazis était un garde-chasse d’un village voisin, qui a été tué, selon les rapports de la TVP, par des partisans. Son témoignage a été corroboré par plusieurs témoins, dont des juifs, a également rapporté l’organe de presse.

En 2019, le Parlement polonais a adopté une loi qui rend illégal le fait de blâmer la nation polonaise pour les crimes nazis et expose ceux qui le font à des poursuites civiles. Les détracteurs de cette loi, dont le musée Yad Vashem en Israël, ont déclaré qu’elle risque d’étouffer les recherches historiques sur la Seconde Guerre mondiale en Pologne.

La nièce de Malinowski, Filomena Leszczyńska, a porté plainte en vertu de cette nouvelle loi. Elle demande une indemnisation d’environ 26 000 dollars. Une décision est attendue le mois prochain.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...