Pour Bennett, qui a vécu aux USA enfant, « Israël appartient à tous les Juifs »
Rechercher

Pour Bennett, qui a vécu aux USA enfant, « Israël appartient à tous les Juifs »

Le nouveau Premier ministre explique que ses années aux États-Unis l'ont aidé à apprécier davantage l'État juif, citant comme inspiration ses parents, des olim américains

Illustration : Naftali Bennett (R), alors président du parti du Foyer juif, est interviewé par Martin Indyk, vice-président exécutif de Brookings, à l'Institut Brookings à Washington, le 6 décembre 2014. (Institut Brookings)
Illustration : Naftali Bennett (R), alors président du parti du Foyer juif, est interviewé par Martin Indyk, vice-président exécutif de Brookings, à l'Institut Brookings à Washington, le 6 décembre 2014. (Institut Brookings)

NEW JERSEY (Jewish Standard) – Israël a récemment fait prêter serment à son 13e premier ministre – et le troisième à avoir passé des années formatrices aux États-Unis.

Golda Meir, qui a dirigé Israël de 1969 à 1974, a immigré de Kiev à Milwaukee avec sa famille à l’âge de 8 ans, en 1906 ; elle ne s’est installée en Terre d’Israël que 15 ans plus tard, peu de temps après son mariage avec Morris Meyerson. (Elle a changé son nom en Meir en 1956, quand elle est devenue ministre des Affaires étrangères d’Israël.)

Benjamin Netanyahu, dont le mandat de premier ministre d’Israël le plus longtemps au pouvoir a pris fin en juin, a passé deux périodes de sa jeunesse – l’une durant l’école primaire, l’autre au lycée – dans la banlieue de Philadelphie, alors que son père, historien, enseignait l’histoire juive au Dropsie College.

Désormais, il y a Naftali Bennett, le plus récent Premier ministre d’Israël, qui a vécu avec sa famille à Teaneck, dans le New Jersey, pendant deux ans. Pendant son séjour, il a étudié à la Yavneh Academy, qui a déménagé de Paterson à son adresse actuelle de Paramus.

Bennett est né à Haïfa en 1972 ; ses parents, Jim et Myrna, ont quitté San Francisco pour s’installer en Israël un mois après la guerre des Six Jours en 1967. Jim Bennett a trouvé un emploi dans l’équipe de collecte de fonds de l’université du Technion à Haïfa. Cela l’a conduit, lui, Myrna et leur famille – Naftali et ses deux frères aînés, Asher et Daniel – à retourner en Amérique du Nord pour deux séjours : d’abord à Montréal, au Canada, pour deux ans, quand Naftali avait 4 ans, puis à Teaneck pour deux autres années, quand Naftali avait 7 ans.

À Teaneck, la famille vivait dans une maison sur Sussex Road au coin d’Emerson, en face de chez Murray et Basheva Goldberg.

Naftali Bennett au fond à gauche sur cette photo prise en 1987 à Jérusalem, lorsque la famille Bennett s’est rendue dans la capitale pour rencontrer les Goldberg en visite. (Autorisation de la famille Goldberg)

« Ils sont devenus des amis très proches et très chers », a déclaré Basheva Goldberg. « Chaque fois que nous sommes allés en Israël après leur retour, nous avons passé du temps avec eux. Le père de Naftali est malheureusement décédé, mais sa mère est toujours une de mes amies très proches. Nous nous sommes envoyés des messages hier soir et ce matin. »

Goldberg se souvient du jeune Bennett comme d’un garçon « drôle, vif, intelligent, très, très amical, avec qui il faisait bon vivre ». Lui et ses deux frères « faisaient tout le temps des allers et venues chez nous », a-t-elle dit.

Les Goldberg ont trois enfants. Une fille, Daniella, de l’âge de Naftali, qui était à l’école avec lui (mais pas dans sa classe, ni sur les photos de classe qui ont suivi) ; et deux fils, Efrem et Judah, qui étaient plus jeunes. Ils prenaient le bus scolaire pour Yavneh tous ensemble.

Jim et Myrna Bennett « étaient des personnes remarquables », a déclaré Basheva Goldberg. « Des personnes vraiment merveilleuses, et chères à notre cœur. Très brillants, très réfléchis. »

« L’ensemble de leur parcours de vie a été très remarquable et intéressant. Ils ont déménagé en Israël alors qu’ils étaient un jeune couple. Ils ne venaient pas d’un milieu orthodoxe. Au fil des ans, ils sont devenus pratiquants. Ils ont offert à leurs enfants un très beau foyer orthodoxe et une belle vie remplie de vraies valeurs et de sens. Ils ont posé les bases de l’ascension de leur fils à sa place d’aujourd’hui. »

Naftali Bennett en uniforme de Tsahal avec Daniella Goldberg, au centre, les bras croisés, et des membres de la famille Bennett ainsi que la colocataire de Goldberg, Erica Weissman, à gauche, dans la maison de la famille Bennett à Haïfa, en 1990. (Autorisation de la famille Goldberg)

D’autres personnes qui ont rencontré le jeune Naftali Bennett durant ces années ont des souvenirs moins clairs.

Un camarade de classe, qui préfère ne pas être identifié, se souvient de lui comme « le coureur le plus rapide de la cour de récréation ».

Un autre, qui ne veut pas non plus être nommé, confirme « qu’il était un bon athlète. Rapide. Maigre. Il participait à nos parties de punching-ball ».

« C’était un enfant très gentil. Amical. Il portait les tzitzit », a-t-il dit, utilisant le mot hébreu pour les franges rituelles portées par de nombreux Juifs orthodoxes.

Mais d’autres personnes contactées n’avaient pas beaucoup de souvenirs de ce camarade de classe qui les a rejoints pendant deux de leurs années d’école primaire. « Je n’ai absolument aucun souvenir de lui – c’était il y a longtemps ! », a déclaré l’un d’eux.

« Il n’est resté avec nous que peu de temps, jusqu’à ce que la famille déménage », a déclaré le directeur de Yavneh de longue date, qui vit désormais en Israël. « Il était dans une classe d’élèves exceptionnels, dont beaucoup sont aujourd’hui des adultes qui ont réussi. »

« Ils étaient exceptionnellement intelligents, une classe vraiment brillante », a déclaré Rebecca Gordon, secrétaire de longue date de Yavneh, ajoutant : « Je ne me souviens pas du tout de Naftali Bennett. »

Le jeune Naftali Bennett est assis à l’extrémité droite du premier rang de ce portrait de classe de deuxième année. (Autorisation de la Yavneh Academy)

Parmi les camarades de classe que Naftali a rejoints pendant deux années scolaires, de l’automne 1979 au printemps 1981 : Jeremy Dauber, professeur et auteur à l’université de Columbia, Adam Szubin, avocat qui a été directeur de l’Office of Foreign Assets Control du gouvernement fédéral ainsi que secrétaire au Trésor par intérim, et Dena Kinstlinger, une ballerine qui a marqué l’histoire en sa qualité de seule ballerine juive observant le shabbat au sein du New York City Ballet. La petite classe – une photo de 1981 sur laquelle figure Naftali Bennett montre 16 élèves, dont un absent – comprend également plusieurs personnes qui ont fini par s’installer en Israël.

Un ancien élève de Yavneh qui se souvient de Naftali est Efrem Goldberg, aujourd’hui rabbin principal de la synagogue de Boca Raton en Floride. En février dernier, Bennett était l’invité du podcast de Goldberg, « Behind the Bima ». C’était six semaines avant les élections israéliennes du 23 mars, les quatrièmes en deux ans. Ce sont ces élections qui ont permis de nommer la Knesset actuelle, qui a récemment approuvé l’étroite coalition qui a choisi Bennett comme Premier ministre.

« Nous nous amusions beaucoup dans le bus scolaire pour Yavneh », s’est souvenu Goldberg en entamant sa conversation avec son ancien voisin.

M. Goldberg a demandé à M. Bennett ce qu’il avait retenu de ses années passées en Amérique, à la fois comme enfant à Teaneck et plus tard, lorsqu’à partir de 2000, il a vécu à Manhattan alors qu’il dirigeait la start-up de high-tech qui l’a rendu multimillionnaire.

« Être en Amérique de 79 à 81 a été une expérience significative pour moi », a déclaré M. Bennett. « Ce n’est que lorsque j’étais en Amérique que j’ai appris à apprécier pleinement à quel point il est formidable d’être Israélien, d’avoir un État où tout le monde est Juif. C’était très significatif, surtout en ce qui concerne ma compréhension de l’importance d’avoir une identité juive forte. Israël m’a beaucoup manqué quand j’étais à Teaneck. »

« À l’époque, Teaneck n’était pas encore Israël », a-t-il plaisanté. « Nous avons annexé Teaneck il y a quelques années. »

Bennett a également parlé de l’influence de ses parents sur lui.

Le jeune Naftali Bennett est assis à l’extrémité droite du premier rang de ce portrait de classe de troisième année. (Autorisation de la Yavneh Academy)

« Le fait que ma mère et mon père étaient des olim » – des immigrants en Israël – « était très significatif de mon point de vue », a-t-il dit. « Ils ont toujours apprécié le fait qu’il y ait cet État extraordinaire, malgré les problèmes qu’ils ont rencontrés. Ils ne se plaignaient jamais. Je n’ai jamais entendu de plaintes au sujet de l’État d’Israël. Ils se sentaient toujours redevables envers le pays. »

« Mon père, qu’il repose en paix, nous a vraiment enseigné par son exemple personnel la valeur de l’autonomie. C’était une première chose », a-t-il dit. « L’autre était de se battre pour ce en quoi vous croyez. C’est quelque chose que, selon moi, ils ont rapporté des États-Unis. Mon père et ma mère ont grandi à San Francisco dans les années 50 et 60. Mon père a d’ailleurs été arrêté lors d’une manifestation pour les droits civiques dans un hôtel qui n’admettait pas les Afro-Américains. Je suis très fier d’eux. »

« Mon père a également participé à des manifestations contre les accords d’Oslo” dans les années 1990, a déclaré Bennett, réfutant « la dichotomie selon laquelle si vous êtes de droite, vous ne pouvez pas être pour les droits civils. Non… Vous pouvez [croire en la terre d’Israël, au peuple d’Israël, à la Torah d’Israël] et aussi aux droits de l’homme ».

Goldberg a demandé à son ancien voisin comment le judaïsme influençait sa politique. Bennett est le premier Premier ministre israélien à porter une kippa (une petite, qui serait fixée sur son crâne chauve avec du ruban adhésif double face).

« Pour être juste, les gens en ont encore peur », a déclaré Bennett à propos du fait qu’il soit pratiquant. « Mais le fait d’être un croyant profond [de la Torah et de la nation juive] a une influence énorme sur moi. Je pense qu’Israël est un miracle – un miracle divin, où les humains et Dieu doivent travailler ensemble. J’ai l’esprit pratique. Je ne pense pas que tout repose sur nous, mais cela ne nous dispense pas de fournir tous nos efforts », a-t-il déclaré, citant les Pirkei Avot.

Naftali Bennett place une note dans les pierres du Mur occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 21 janvier 2013. (Crédit : AP Photo/Sebastian Scheiner)

« Je travaille vraiment dur et j’y mets toute ma neshama [l’âme] et je sais aussi que l’on peut tout faire, et qu’il faut ensuite avoir du bitachon en Hachem », a poursuivi Bennett, utilisant les mots hébreux pour la foi et Dieu. « Cela ne veut pas dire que tout va toujours bien. De mon point de vue, la bitachon signifie que ce qui arrive vient d’Hachem. Ici sur Terre, nous devons travailler aussi dur que possible pour construire un État juif fort, une identité juive forte, pour nous assurer que nous ne cédons pas un centimètre de la terre de l’État d’Israël, pour nous assurer que la prochaine génération comprend pourquoi nous sommes ici, pour construire une économie forte. La bitachon signifie que vous faites ce que vous pouvez, mais que vous savez que le reste vient d’Hachem. »

Après être retourné à Haïfa avec sa famille à l’âge de 9 ans, Bennett a fréquenté la yeshiva Yavneh de cette ville – le nom, identique à celui de son école de Teaneck, est une coïncidence –, et a participé activement au mouvement de jeunesse Bnei Akiva. Après le lycée, il a été appelé dans l’armée israélienne, où il a servi dans les unités de commando Sayeret Matkal et Maglan en tant que commandant de compagnie. Après six ans dans l’armée, il a étudié le droit à l’Université hébraïque, puis a créé sa première entreprise, Cyota, et s’est installé aux États-Unis pour quelques années. Cyota offrait aux institutions financières une protection contre la fraude bancaire en ligne. Elle a été vendue en 2005 à la société de cybersécurité RSA, fondée en Israël, pour 145 millions de dollars.

Le service militaire de Bennett, à la fois en tant que membre de commando et plus tard comme réserviste qui a combattu pendant la Deuxième Guerre du Liban en 2006, était un élément clé de son curriculum vitae pour les électeurs israéliens.

Dans sa conversation avec Goldberg, Bennett a déclaré que, lorsqu’il a combattu le Hezbollah au Liban, il se battait « littéralement pour défendre [sa] famille. Arrêter une roquette du Liban était très personnel pour [sa] famille », car la ville de Haïfa, au nord du pays, où vivaient ses parents, était directement menacée par les tirs de missiles libanais. Il vit désormais avec sa femme, Gilat, pâtissière de profession, et leurs quatre enfants dans la ville de Raanana, à 15km au nord de Tel Aviv.

Le Premier ministre Naftali Bennett avec sa famille, à la Knesset à Jérusalem, le 13 juin 2021. (Crédit : Ariel Zandberg/Yamina)

De l’armée, il a tiré une leçon : « Première chose, toujours être à l’attaque. Ne pas lâcher prise un seul instant. En 1995, je pense que j’étais le numéro un de Tsahal pour le nombre de terroristes que j’ai neutralisés. Nous avons tué beaucoup de terroristes du Hezbollah. Lorsque nous sommes entrés et avons mené des opérations massives et continues sur l’offensive, ils n’ont pas eu le temps de lever la tête et de réfléchir à la manière de nous attaquer. Lorsque nous nous sommes cloîtrés et mis sur la défensive, cela n’a fait que les encourager à nous faire du mal. »

« C’est un paradoxe », a-t-il ajouté. « Plus vous voulez défendre votre peuple, plus vous devez prendre des initiatives. »

Bennett a cité le Talmud : « Celui qui veut vous tuer, vous devez le précéder en le tuant. Je crois beaucoup à cela. Je l’ai vu au Liban. »

Une deuxième leçon tirée de ses années d’armée : « Soyez toujours innovant. Toujours surprendre. Ne jamais prendre la voie directe car ils vous attendent. Toujours prendre la voie indirecte. C’est vital. »

Il a décliné l’invitation de Goldberg à appliquer ces leçons à sa carrière politique. « Je ne veux pas la comparer à la politique israélienne », a-t-il déclaré. « Si j’ai certainement des adversaires, ce ne sont pas des ennemis. Mes amis de gauche ne sont pas moins patriotes. Ce sont des amis. Des amis qui font erreur, mais des amis. »

Goldberg s’est souvenu avoir vu son ancien voisin lors d’un événement de l’AIPAC, où son discours suivait celui de l’ancien chef du Parti travailliste, par la suite devenu chef de l’Agence juive, et aujourd’hui président d’Israël, Isaac Herzog. « Vous vous êtes embrassés si chaleureusement tous les deux », malgré vos différences politiques, a déclaré M. Goldberg.

Goldberg a ensuite déplacé la conversation sur les relations Israël-Diaspora. « Nous ne pouvons pas nous abandonner l’un l’autre », a déclaré Bennett.

Le Premier ministre Naftali Bennett s’adresse au Président américain Joe Biden, le 13 juin 2021. (Autorisation : Ariel Zandberg)

Selon lui, « il y a un véritable gouffre » entre les jeunes générations des deux pays. « Dans tout l’Occident, la jeune génération a tendance à être plus à gauche. En Israël, la jeune génération est plus à droite. C’est lié à la réalité sur le terrain. Nous avons essayé l’autre voie et ça n’a pas marché. »

« Nous devons créer un dialogue », a déclaré Bennett. « Nous devons écouter plus que parler, ce qui n’est pas israélien. Je ne connais pas la solution précise. Tout ce que je sais, c’est que je n’abandonnerai pas. »

« Nous sommes dans une nouvelle ère. La Shoah ne peut pas être le ciment de la définition du peuple juif. L’État juif a été fondé en effet en raison des besoins de sécurité, des besoins existentiels du peuple juif avant la Shoah, mais la vision d’Herzl était celle d’un sionisme basé sur la survie. Selon lui, quelque chose ne fonctionne pas en Diaspora, et il va se passer quelque chose de grave. »

« Mais le refuge, ce n’est pas une vision adéquate. Si nous cherchons des endroits sûrs, je pense que Perth en Australie est un endroit sûr. Je ne choisirais pas nécessairement Israël. »

« Donc, la mission essentielle du peuple juif est bien de construire et de réparer le monde. Dans le sens libéral ? Vers la direction conservatrice ? Tout ce que je sais, c’est que nous devons être un bel État, une démocratie dynamique qui se connecte aux Juifs du monde entier. Nous devons déterminer le degré d’influence mutuelle », a-t-il déclaré.

Il a déclaré que s’il devenait Premier ministre, il « aurait deux casquettes ».

L’une est celle de leader de tous les citoyens israéliens, « Juifs et non-Juifs, et je suis responsable de tous de manière égale ».

« Je suis aussi le leader de tous les Juifs du monde entier, car Israël vous appartient », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...