Rechercher

Pour des Gazaouis, brader son diplôme afin de travailler en Israël

La bande de Gaza, micro-territoire de 2,3 millions d'habitants souffre d'un taux de pauvreté avoisinant les 60 % et d'un chômage endémique oscillant autour de 50 %

Des Palestiniens arrivent depuis Gaza au point de passage Erez, entre Israël et la bande de Gaza, le 3 septembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des Palestiniens arrivent depuis Gaza au point de passage Erez, entre Israël et la bande de Gaza, le 3 septembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Lorsque Hussein a obtenu un permis pour aller travailler en Israël, ce Palestinien de Gaza, contrôlée par le groupe terroriste du Hamas, n’a pas hésité une seule seconde à interrompre de coûteuses études qu’il était pourtant sur le point de terminer afin de gagner, enfin, sa vie.

Avoir la possibilité de travailler en sortant de Gaza, c’est comme si « les portes du paradis s’ouvraient à moi », témoigne le jeune homme qui s’apprêtait à finir son master en relations publiques dans le pauvre territoire palestinien.

« Je n’ai pas travaillé pendant des années et j’ai 3.500 dollars (environ 3.200 euros) de dettes à régler pour mes études », ajoute le père de trois enfants qui a souhaité taire son nom de famille, se sentant, comme d’autres, honteux d’avoir à faire des petits boulots en Israël pour gagner sa vie.

Depuis qu’il a quitté les bancs de l’université dans la ville de Gaza il y a quelques mois, Hussein est livreur à Jaffa, un quartier de Tel-Aviv. Il voit ce travail comme une opportunité d’améliorer les revenus de sa famille puis, plus tard, de reprendre ses études.

La bande de Gaza, micro-territoire de 2,3 millions d’habitants souffre d’un taux de pauvreté avoisinant les 60 % et d’un chômage endémique oscillant autour de 50 %. Le revenu par habitant y est d’environ 1.300 euros par an, selon des données officielles.

Vue aérienne de la ville côtière d’Herzliya Pituach le 21 juillet 2010. (Moshe Shai/FLASH90)

Mahmoud, 40 ans, a lui été embauché dans un restaurant de Herzliya, ville côtière au nord de Tel-Aviv, après avoir travaillé des années pour des organisations internationales à Gaza, employeurs pourtant parmi les plus convoités en raison des salaires élevés.

Réouverture d’Erez 

Sa licence en travail social ne lui sert en rien dans l’établissement dans lequel ce père de trois enfants travaille désormais. Mais en faisant de nombreuses heures supplémentaires, Mahmoud dit récolter jusqu’à 550 shekels (153 euros) par jour, tout en étant nourri et logé, bien loin des standards de Gaza.

En Israël, la plupart des travailleurs gazaouis sont payés entre 250 et 700 shekels (entre 55 et 193 euros), dans les secteurs de l’agriculture et de la construction principalement, soit au moins cinq fois plus que ce qu’ils gagneraient chez eux, mais ils ne bénéficient pas toujours d’une sécurité sociale.

Depuis qu’Israël impose un blocus sécuritaire à Gaza pour contenir les terroristes islamistes du Hamas qui contrôlent l’enclave, « il n’y a plus d’opportunités de travail », se désole Mahmoud.

Avant la prise du pouvoir du Hamas en 2007 aux mains de son rival du Fatah, environ 120.000 Palestiniens de Gaza travaillaient en Israël. L’Etat hébreu a de nouveau autorisé en 2019 des Gazaouis à venir travailler, à condition d’être un homme âgé de plus de 26 ans, marié et de répondre à certains critères de sécurité.

Ces derniers mois, après près d’un an et demi de fermeture du point de passage d’Erez dans le nord du territoire en raison du coronavirus, les autorités israéliennes ont délivré 20 000 permis, la plupart d’une durée de six mois renouvelables.

Depuis, le parking d’Erez fourmille de taxis et de minibus qui attendent les travailleurs.

Protection sociale 

Le président du syndicat des travailleurs gazaouis, Sami Al-Amsi, affirme qu’Israël pourrait autoriser dans un futur proche davantage de Gazaouis à venir travailler. S’il s’agit d’une bonne nouvelle selon lui, il plaide aussi pour qu’Israël garantisse une protection sociale dans les contrats.

Les travailleurs de Gaza ne sont assurés que si leurs employeurs effectuent les démarches en ce sens, ce qui est rarement le cas, note l’organisation israélienne Kav LaOved qui aide les travailleurs.

Il y a quelques semaines, un Gazaoui a été écrasé par une voiture sur son lieu de travail en Israël. Mais « sa famille n’a reçu aucune indemnisation », déplore M. Al-Amsi.

Cela n’effraye pas Adham, 35 ans et trois diplômes en santé publique et en informatique en poche. « Je n’ai pas d’exigences, je pourrais travailler dans un restaurant, un supermarché ou une usine », dit-il.

Abou Oday, qui a récemment candidaté pour obtenir un permis, n’a pas hésité non plus.

« J’ai travaillé pendant 15 ans en tant que pigiste », dit ce photojournaliste de 38 ans, qui préfère se présenter sous son pseudonyme. « Mais je ne touche des revenus décents que lorsqu’il y a une guerre ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...