Pour Helen Mirren, remettre une récompense est un bon prétexte pour revenir en Israël
Rechercher

Pour Helen Mirren, remettre une récompense est un bon prétexte pour revenir en Israël

La célèbre actrice, à Jérusalem pour présenter le Prix Genesis, dit que depuis son passage au kibboutz, elle n’est pas une fan de l’Etat juif, mais plutôt “une croyante”

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

L'actrice Helen Mirren présentera la cérémonie de remise du prix Genesis, attribuée cette année au violoniste Itzhak Perlman, à Jérusalem, le 23 juin 2016. (Crédit : Facebook)
L'actrice Helen Mirren présentera la cérémonie de remise du prix Genesis, attribuée cette année au violoniste Itzhak Perlman, à Jérusalem, le 23 juin 2016. (Crédit : Facebook)

Madame Helen Mirren a charmé, cajolé, excité, repoussé, séduit et attiré, sur scène et à l’écran. Mercredi soir, elle a captivé un public d’admirateurs à la cinémathèque de Jérusalem.

Elle les a séduits dès qu’elle a dit bonjour.

Mirren, en ville pour présenter le Prix Genesis, qui sera remis jeudi au maître violoniste Itzhak Perlman, a déclaré auparavant aux journalistes qu’elle était « un peu nerveuse » à propos de ce rôle de maîtresse de cérémonie.

« Il y a beaucoup de noms longs et compliqués », a-t-elle déclaré en parlant des philanthropes russes qui ont fondé le prix.

Pendant la conférence de presse de l’après-midi, Mirren, habillée d’une robe Liberty bleue et jaune et portant des espadrilles bleues, a parlé de sa connexion longue de plusieurs décennies avec Israël, née dans un road-trip en 1967 avec son petit ami, où ils avaient passé quelques semaines à travailler dans un kibboutz.

Mirren a déclaré avoir d’abord travaillé dans les vignes, mais avoir ensuite été envoyée dans la cuisine peu après.

« Ratisser les raisins » et autres travaux viticoles n’étaient pas son fort, a-t-elle déclaré.

En ce qui concerne Israël, elle n’est « pas une fan », mais plutôt « une croyante ». Israël, a déclaré Mirren « est un pays extraordinaire ».

Il y a « une sorte de synchronisme » pour Mirren avec Israël, a-t-elle dit. Elle a appris pendant son voyage en 1967 le sens de sabras, qui « étaient vraiment comme le fruit », piquant à l’extérieur et doux à l’intérieur.

Helen Mirren et le critique de cinéma Benjamin Friedenberg à la Cinémathèque de Jérusalem, le 23 juin 2016. (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)
Helen Mirren et le critique de cinéma Benjamin Friedenberg à la Cinémathèque de Jérusalem, le 23 juin 2016. (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

Mercredi soir, elle a dit à Benjamin Friedenberg, critique de cinéma qui était modérateur de l’évènement, qu’elle avait accepté de présenter la cérémonie du Prix Genesis de cette année « essentiellement parce que c’était une opportunité de revenir en Israël ».

Mirren, 70 ans, était venue pour la dernière fois en 2009 pour tourner le remake du film israélien « L’Affaire Rachel Singer », et qu’elle avait « toujours voulu revenir ».

L’opportunité de remettre un prix semblait une raison valable, a déclaré Mirren. « L’art est une part très importante de notre existence humaine. C’est une opportunité de remercier les réussites humaines. Je pense qu’il devrait y avoir plus de récompenses pour cela. »

Friedenberg, utilisant une sélection soigneusement organisée de vidéos de la carrière de plus de 50 ans de Mirren, a emmené l’actrice et le public dans les points culminants de sa carrière, commençant avec le travail de Mirren au National Youth Theater, où son rôle de Cléopâtre l’a rapidement emmenée à la Royal Shakespeare Company.

Elle a un diplôme d’enseignement qu’elle n’a jamais utilisé, et alors qu’elle pensait initialement ne travailler qu’au théâtre, s’est retrouvée à jouer son premier rôle au cinéma dans le film australien de 1969 « Age of Consent », aux côtés de James Mason.

Mirren a régalé le public de l’histoire de son vol en Australie, qui était son premier voyage en avion, sur Qantas Airways et en première classe, où elle était la seule passagère. Elle était habillée pour impressionner avec une jupe et une veste en cuir, qu’elle venait d’acheter avec le peu d’argent qu’elle avait, et on lui avait dit qu’elle rencontrerait quelqu’un à quand elle atterrirait à Hawaï, sur le chemin de l’Australie.

Après avoir atterri à 2h00 du matin à Hawaï, personne ne l’attendait, et, alors que l’aéroport était sur le point de fermer, Mirren s’est rendu aux objets trouvés.

« J’ai pensé, ‘je suis perdue, je dois être trouvée’ », a-t-elle dit.

Un policier portant une arme a commencé à appeler les hôtels et a trouvé son nom dans le premier qu’il a appelé.

Mirren a secoué la tête devant son incrédulité quand elle était jeune et innocente, a recroisé ses jambes nues, chaussées de sandales noires à hauts talons, et tiré sur la jupe noire moulante de son tailleur.

« Age of Consent » a été le premier de la longue liste de films, pièces et séries télévisées de Mirren, et les films variés et les réalisateurs différents, ainsi que les autres acteurs et les scénaristes, lui ont permis « l’effet ultime de la collaboration », a dit Mirren. « C’est ça que j’aime dans mon métier, c’est la collaboration. »

Elle a rappelé que son travail avec le réalisateur Robert Altman sur « Gosford Park », sorti en 2001, était expérimental sur plusieurs plans, puisqu’il était heureux de retravailler les scènes et de laisser Mirren s’essayer à la scénarisation.

Elle a réécrit la dernière scène du film, et pense parfois – sa voix est ici montée d’un octave – que c’est pour cette scène qu’elle a été nommée pour un Oscar.

Une partie de son travail plus récent, dont les comédies d’actions « RED » et « RED 2 » ont permis à Mirren de se faire connaitre d’un public plus jeune, même si elle a noté que la comédie était presque toujours présente dans ses films. Par exemple, elle a improvisé un peu de légèreté quand elle a dit à Ryan Reynolds que ses lunettes étaient sales dans « La femme au tableau », un drame sérieux sur les tentatives d’une femme pour réclamer les œuvres d’art de sa famille volées pendant l’Holocauste.

« Il y a de la comédie dans le drame et du drame dans la comédie », a-t-elle dit, quand il lui a été demandé quel genre elle préférait.

« J’aime la tragédie, j’aime la grande tragédie », a dit Mirren.

Et pourtant elle a conquis les rôles comiques a souligné Fridenberg, pendant qu’il montrait une vidéo de son rôle de la reine Elizabeth II qui lui a valu un Oscar dans « The Queen », un film que Mirren a appelé « une patate chaude ».

« Vous savez comment sont les Anglais avec la famille royale, a-t-elle dit au public. Ils sont très confus à son sujet. Ils ne savent pas ce qu’ils en pensent. »

Pour trouver sa zone de confort en interprétant la matriarche royale, Mirren a pensé à elle comme à un portrait créé par elle en tant qu’artiste, comme tout autre artiste.

« Cela m’a libérée parce que j’ai ressenti que cela pourrait être plus fidèle à mes sentiments », a-t-elle dit.

Friedenberg a terminé l’entretien de 45 minutes en interrogeant Mirren sur ses prochains projets, dont un « petit rôle » dans « Fast 8 », dans le cadre de la saga « Fast and Furious » avec Vin Diesel.

Son rôle est si petit, a dit Mirren, que « si vous mangez du popcorn à ce moment, vous me raterez », a-t-elle dit.

Le rôle lui a été proposé simplement parce que Mirren, pendant une interview, avait dit qu’elle aimerait jouer dans un des films.

« J’admire simplement Vin Diesel. »

Et là-dessus, Madame Mirren a quitté la salle, sous les applaudissements.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...