Rechercher

Pour Liberman, contourner le jugement de la Cour sur Shabbat n’a “pas lieu d’être”

Le ministre de la Défense pense que ce sujet doit être traité au niveau municipal et pas national

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Avigdor Liberman, ministre de la Défense, devant la commission de la Défense et des Affaires étrangères de la Knesset, le 6 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Avigdor Liberman, ministre de la Défense, devant la commission de la Défense et des Affaires étrangères de la Knesset, le 6 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a dit aux députés de son parti Yisrael Beytenu que les efforts livrés par ses partenaires de la coalition ultra-orthodoxes pour contourner un jugement de la Haute Cour permettant aux petits magasins d’ouvrir le jour du Shabbat « n’ont pas lieu d’être ».

« Nous vivons sur ce statu-quo qui a été créé depuis de nombreuses années », a-t-il indiqué, laissant entendre que cette question devait être gérée aux niveaux municipal et local.

« Je pense que cette intervention sur l’affaire du Shabbat à Tel Aviv n’a pas lieu d’être », a-t-il ajouté.

La Haute cour de Justice a estimé le mois dernier que la municipalité de Tel Aviv avait le droit d’autoriser l’ouverture des commerces de proximité pendant Shabbat.

Liberman a également écarté d’un revers de main la grève de la faim des prisonniers palestiniens, affirmant que cette affaire est une bataille politique entre le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le chef terroriste emprisonné Marwan Bargouthi.

Sur ce dernier, qui aurait été surpris par une caméra en train d’attraper furtivement de la nourriture, il a déclaré : « je lui souhaite bon appétit », sous les rires de ses députés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...