Rechercher

Pour l’Iran, la coopération avec la Chine garantit la « stabilité internationale »

Raïssi a félicité son homologue chinois chinois Xi Jinping pour sa reconduction à la tête du Parti communiste de Chine

Le président iranien Ebrahim Raissi s'exprime au palais de Saadabad à Téhéran, en Iran, le 11 juin 2022. (Crédit : Vahid Salemi/AP)
Le président iranien Ebrahim Raissi s'exprime au palais de Saadabad à Téhéran, en Iran, le 11 juin 2022. (Crédit : Vahid Salemi/AP)

Le président iranien Ebrahim Raïssi a félicité lundi son homologue chinois chinois Xi Jinping pour sa reconduction à la tête du Parti communiste de Chine, affirmant que la coopération entre Téhéran et Pékin garantit « la stabilité internationale ».

« La coopération dans le cadre d’institutions et d’organisations multilatérales, en plus de garantir les intérêts des deux pays, permet de protéger la stabilité et la paix internationales », a indiqué M. Raïssi, selon un communiqué de la présidence.

« La réalisation des objectifs du partenariat stratégique entre l’Iran et la Chine constitue un modèle pour l’élargissement des relations sur la base du respect mutuel et des intérêts communs », a-t-il ajouté.

Le président chinois Xi Jinping a été reconduit dimanche à la tête du Parti communiste, s’entourant de fidèles alliés pour devenir le dirigeant le plus puissant de la Chine moderne.

Le president de la Republique populaire de Chine, Xi Jinping, devant le congrès brésilien le 16 juillet 2014 (Crédit : Edilson Rodrigues/Agência Senado/ Creative Commons Attribution 2.0 Generic)

M. Raïssi a rencontré son homologue chinois pour la première fois en septembre lors du sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) organisé à Samarcande en Ouzbékistan.

Lors de ce sommet, le président iranien avait appelé au renforcement des relations économiques avec Pékin, notamment dans les domaines « du pétrole et de l’énergie, du transit, de l’agriculture, du commerce et de l’investissement ».

En mars 2021, l’Iran a conclu avec la Chine, pays « ami des temps d’épreuves », un accord de coopération stratégique et commerciale sur 25 ans après des années de discussions. Il comporte des « clauses politiques et économiques ».

La Chine est par ailleurs l’un des membres clés du dialogue multilatéral – aux côtés de la France, de l’Allemagne, de la Grande-Bretagne, de la Russie et des Etats-Unis – qui vise à relancer l’accord sur le nucléaire conclu en 2015 pour brider le programme nucléaire iranien, en échange d’une levée des sanctions internationales.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...