Pour Shlomo Amar, les participants à la Gay Pride sont des « animaux sauvages »
Rechercher

Pour Shlomo Amar, les participants à la Gay Pride sont des « animaux sauvages »

L'ancien grand-rabbin d'Israël et actuel grand-rabbin de Jérusalem a déploré la présence de religieux dans le défilé qui a récemment eu lieu dans la capitale

Le grand rabbin de Jérusalem Shlomo Amar pendant les fêtes de la journée de Jérusalem à Jérusalem, le 2 juin 2019 (Crédit :  Aharon Krohn/Flash90)
Le grand rabbin de Jérusalem Shlomo Amar pendant les fêtes de la journée de Jérusalem à Jérusalem, le 2 juin 2019 (Crédit : Aharon Krohn/Flash90)

La grand rabbin de Jérusalem, Shlomo Amar – ancien grand rabbin séfarade d’Israël – n’a pas mâché ses mots pour décrire la communauté LGBT du pays, la semaine dernière.

Au cours d’un sermon qui a été prononcé jeudi, journée de la Marche des Fiertés dans la capitale, Amar a comparé les membres de la communauté LGBT à des animaux et a raillé la présence de participants religieux.

« Ils se sont prêtés à la marche de l’abomination dont ils prétendent être fiers », a déclaré Amar dans des propos qui ont été dans un premier temps signalés par la station de radio Kan. « Les animaux sauvages eux-mêmes ne se comportent pas de cette manière », a-t-il ajouté.

« Nous avons atteint ce degré de déshonneur, d’avilissement, cette corruption qui fait que des personnes qualifiées de religieuses, des hommes qui portent une kippa » prennent part au défilé, a continué Amar. « Si seulement ils l’enlevaient, si seulement ils mangeaient du porc plutôt que de se comporter ainsi », s’est-il exclamé.

Des milliers de personnes participent à la Gay Pride annuelle à Jérusalem, le 3 juin 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Alon Shachar, directeur de la Maison ouverte pour les Fiertés et la Tolérance de Jérusalem, a vivement critiqué les propos tenus par Amar.

« Le Grand rabbin de Jérusalem, Shlomo Amar, a choisi l’incitation à la haine à l’encontre de la communauté LGBT et le dénigrement au lieu de transmettre un message de tolérance et d’inclusion », a dit Shachar. « L’abomination, ici, n’est pas la Marche des Fiertés mais le positionnement d’oppression exprimé par Amar ».

Shachar a expliqué que « un rabbin qui prône ce type de points de vue – a fortiori – lorsque son travail est rémunéré par les contribuables – n’a pas sa place dans la vie publique israélienne. » Il a invité Amar à prendre part au défilé LGBT à Jérusalem, l’année prochaine : « Si seulement des chefs spirituels comme le rabbin Amar pouvaient s’engager en faveur du rapprochement que permet l’amour au lieu d’inciter à la haine ».

Amar avait tenu des propos similaires en 2019.

« Certains, qui se qualifient pourtant de religieux, tombent dans ce piège », avait-il déclaré à ce moment-là, se référant aux homosexuels. « Ce ne sont pas des religieux. Il serait préférable qu’ils abandonnent leur kippa et leur pratique du Shabbat, et qu’ils montrent leur vrai visage… Ils commettent un péché contre le peuple juif par leur corps », avait-il ajouté, utilisant une phrase talmudique signifiant qu’ils sont dénués de toute religion.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...