Rechercher

Poutine et Zelensky veulent renforcer la coopération avec Israël

Le chef du Likud a souligné l'importance du maintien de la liberté d'action de Tsahal dans le ciel contrôlé par la Russie au-dessus de la Syrie

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président russe Vladimir Poutine. (Crédit : Montage photos AP)
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président russe Vladimir Poutine. (Crédit : Montage photos AP)

Le président russe Vladimir Poutine a salué jeudi le retour de Benjamin Netanyahu à la tête du gouvernement israélien en souhaitant renforcer la coopération avec Israël « dans tous les domaines », a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

« J’espère que le nouveau gouvernement, sous votre direction, poursuivra la ligne visant à renforcer la coopération russo-israélienne dans tous les domaines pour le bien de nos peuples, dans l’intérêt d’assurer la paix et la sécurité dans la région du Proche-Orient », a déclaré Poutine dans un message adressé à Netanyahu.

« En Russie, on apprécie beaucoup votre longue contribution personnelle dans le renforcement des relations amicales entre nos pays », a souligné le maître du Kremlin, alors que Netanyahu a qualifié le dirigeant russe  « d’ami » à plusieurs reprises dans le passé.

Pour sa part, le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué que la Russie était « prête à une coopération constructive » avec le gouvernement de Netanyahu, en insistant sur le caractère « mutuellement avantageux » de cette coopération et son importance « pour l’assainissement du climat dans la région du Proche-Orient et sur la scène internationale en général ».

De son côté, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que Kiev est prêt à travailler en étroite collaboration avec Israël pour remporter la « victoire sur le mal », tout en félicitant Netanyahu, lui souhaitant « du succès sur la voie de la prospérité et de la sécurité d’Israël ».

« Je confirme la volonté de l’Ukraine d’avoir une étroite coopération afin de renforcer nos liens et de relever des défis communs, d’atteindre la prospérité et la victoire sur le mal », a-t-il écrit sur Twitter.

Kiev a exprimé ses griefs à l’égard du refus d’Israël de lui fournir des systèmes de défense aérienne ou d’autres armes, mais espère peut-être un changement de ton avec Netanyahu, bien que le nouveau Premier ministre ait mentionné la politique de ses prédécesseurs sur la question comme un domaine où les accords sont rares.

Au cours de ses précédents mandats, Netanyahu avait vanté ses relations étroites avec Poutine et avait insisté sur le fait qu’elles étaient essentielles au maintien de la capacité de Tsahal à opérer librement depuis le ciel contrôlé par la Russie au-dessus de la Syrie afin d’empêcher le retranchement des forces iraniennes à la frontière nord d’Israël. Il a d’abord critiqué le gouvernement précédent pour avoir négligé les liens avec la Russie, Jérusalem ayant pris plusieurs mesures limitées pour soutenir l’Ukraine après l’invasion par les forces de Poutine en février dernier.

Cependant, Netanyahu a changé de discours plus récemment. Dans une interview précédant les élections législatives du mois dernier, il a qualifié de « pragmatique » la politique ukrainienne du gouvernement Bennett-Lapid, qui a vu Israël fournir de l’aide humanitaire, gérer un hôpital de campagne en Ukraine et accueillir un nombre limité de réfugiés majoritairement juifs, sans pour autant fournir l’aide militaire à l’Ukraine malgré les demandes répétées de Zelensky.

Le président russe Vladimir Poutine, à droite, rencontrant le Premier ministre Benjamin Netanyahu au Kremlin, à Moscou, le 30 janvier 2020. (Crédit : Maxim Shemetov/POOL/AFP/Dossier)

L’ancien Premier ministre Naftali Bennett avait tenté de servir de médiateur entre Poutine et Zelensky, en se rendant à Moscou et en organisant quelques appels téléphoniques avec les deux dirigeants. Mais il n’avait pas réussi à faire avancer les choses et, après plusieurs semaines, avait finalement mis de côté cet effort pour se concentrer sur les troubles politiques dans son pays.

Netanyahu avait déclaré dans l’interview du mois d’octobre que l’offre de médiation « reviendrait probablement sur le tapis » s’il revenait au pouvoir.

Netanyahu et Poutine se sont entretenus la semaine dernière lors d’un appel de félicitations alors que Zelensky prononçait un discours devant une session conjointe du Congrès américain, dans lequel il implorait une aide américaine supplémentaire pour repousser l’invasion russe.

Israël a par ailleurs fait valoir des liens privilégiés avec Moscou, l’État hébreu comptant plus d’un million de citoyens originaires de l’ex-Union soviétique et la Russie disposant de troupes en Syrie, pays voisin d’Israël.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.