Poutine présente Israël comme modèle d’unité pour les Ukrainiens et les Russes
Rechercher

Poutine présente Israël comme modèle d’unité pour les Ukrainiens et les Russes

Le dirigeant russe utilise à nouveau son affinité avec les Juifs pour suggérer que des personnes d'origines différentes peuvent vivre ensemble comme une seule nation

Le président russe Vladimir Poutine au 5e Forum de la Shoah, à Jérusalem, le 23 janvier 2020. (Crédit by Abir SULTAN / POOL / AFP)
Le président russe Vladimir Poutine au 5e Forum de la Shoah, à Jérusalem, le 23 janvier 2020. (Crédit by Abir SULTAN / POOL / AFP)

JTA – Vladimir Poutine aime manifestement parler des Juifs et d’Israël.

Cette fois, il a suggéré qu’Israël offrait un bon modèle pour ses desseins sur l’Ukraine.

Si l’on regarde en arrière, lors d’un panel sur l’énergie en 2017, le président russe avait blagué pendant 90 secondes sur un soldat israélien malin qui a été interrogé par son commandant sur la façon de faire face à plusieurs ennemis. Le conseil du soldat : envoyez plus de troupes.

En 2019, en entendant parler des difficultés financières d’un rabbin en Crimée, Poutine a plaisanté : « Les Juifs ont donc des problèmes de finances ! » Puis il a dit au rabbin « Todah rabah », ce qui signifie « merci beaucoup » en hébreu.

Mais la dernière prise de position de Poutine, formulée mardi à la télévision, est allée un peu plus loin, donnant un aperçu rare de ce qu’il pense du peuple juif. Il a essentiellement suggéré que les peuples slaves s’inspirent des Israéliens et s’unissent pour former un seul peuple malgré leurs différences ethniques, historiques et linguistiques.

Lors de sa session annuelle de questions-réponses en direct pendant une conférence de presse, Poutine a été interrogé sur les raisons pour lesquelles la Russie n’avait pas officiellement classé l’Ukraine comme un pays hostile malgré la guerre de basse intensité qui oppose les deux pays depuis 2014.

« Parce que je ne pense pas que le peuple ukrainien soit un peuple hostile pour nous », a répondu le dirigeant russe, ajoutant que les Ukrainiens et les Russes « sont généralement un seul peuple ».

Poutine a poursuivi en proposant Israël comme modèle.

« Regardez, les Juifs viennent en Israël d’Afrique, d’Europe, d’autres pays du monde. Les Africains sont noirs, n’est-ce pas ? Les gens viennent d’Europe – ils parlent yiddish, pas hébreu. Ils semblent être différents les uns des autres, mais malgré tout, le peuple juif tient à son unité », a-t-il déclaré.

Poutine a entretenu des liens affectifs forts avec les Juifs russes, qui se sont traduits par une série de politiques favorables. Sous la direction de Poutine, les autorités ont réprimé les crimes haineux antisémites et les communautés juives ont reçu des millions de dollars en compensation des biens confisqués par les communistes, ce qui a contribué à alimenter un renouveau culturel et religieux.

Le premier de ces contacts a été établi avec une famille juive qui vivait dans l’immeuble de sa famille à Leningrad, aujourd’hui Saint-Pétersbourg. Ils se sont occupés de Poutine alors qu’il était enfant et que ses parents travaillaient pendant de longues journées.

« C’étaient des Juifs pratiquants qui ne travaillaient pas le samedi et l’homme étudiait la Bible et le Talmud toute la journée », a écrit Poutine dans l’une de ses biographies. « Une fois, je lui ai même demandé ce qu’il marmonnait. Il m’a expliqué ce qu’était ce livre et j’ai été immédiatement intéressé. »

Une autre figure juive influente pour Poutine était son entraîneur de lutte, Anatoly Rakhlin, qui a suscité l’intérêt du jeune Poutine pour le sport et l’a sorti des rues difficiles de Leningrad, où Poutine se battait pendant que ses parents travaillaient. Lors des funérailles de Rakhlin en 2013, Poutine aurait été submergé par l’émotion et aurait abandonné sa garde rapprochée pour faire une courte promenade solitaire.

En 2014, lors d’une visite en Israël, il a rencontré son ancienne professeure d’allemand, Mina Yuditskaya Berliner, une autre figure influente dans sa vie car elle lui a donné les compétences linguistiques qui l’ont aidé plus tard à gravir les échelons du KGB. Ils ont eu une discussion de deux heures dans l’appartement qu’elle louait ; il a ensuite acheté l’appartement pour elle.

Mme Berliner a laissé l’appartement à M. Poutine dans son testament, et il lui a été rendu après sa mort en 2018.

Les deux principales organisations communautaires juives de Russie voient Poutine comme une force amicale pour les Juifs russes. Dans le même temps, des dizaines de milliers de Juifs russes ont commencé à partir ces dernières années alors que Poutine resserrait son emprise sur les médias, sur les tribunaux, sur les droits des personnes LGBT, sur les autres minorités et le peu qui reste de la liberté d’expression en Russie.

Quant à la comparaison avec Israël, les Ukrainiens ont tendance à ne pas être d’accord sur le fait que « les Ukrainiens et les Russes constituent un seul peuple », comme l’a déclaré Poutine mardi. Un site d’information pro-démocratique de Kiev a rapporté que Poutine était comme un « disque rayé » sur ce sujet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...