Premier contact de haut niveau entre Doha et Ryad depuis la fin de la crise
Rechercher

Premier contact de haut niveau entre Doha et Ryad depuis la fin de la crise

Le ministre, Sultan ben Saad al-Marrikhi, a discuté avec le diplomate saoudien Ali al-Qahtani des "relations entre les deux pays et de questions d'intérêt commun"

Dans cette photo d'archive du 5 janvier 2021, fournie par la Cour royale saoudienne, le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, à droite, accueille l'émir du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad al-Thani, à son arrivée pour assister à la 41e réunion du Conseil de coopération du Golfe. Sommet à Al-Ula, Arabie Saoudite. (Crédit : Cour royale saoudienne via AP, dossier)
Dans cette photo d'archive du 5 janvier 2021, fournie par la Cour royale saoudienne, le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, à droite, accueille l'émir du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad al-Thani, à son arrivée pour assister à la 41e réunion du Conseil de coopération du Golfe. Sommet à Al-Ula, Arabie Saoudite. (Crédit : Cour royale saoudienne via AP, dossier)

Le ministre d’Etat qatari des Affaires étrangères a rencontré mercredi le représentant saoudien nouvellement arrivé à Doha, ce qui constitue le premier contact diplomatique de haut niveau entre les deux pays depuis le rétablissement début janvier de leurs relations.

Le ministre, Sultan ben Saad al-Marrikhi, a discuté avec le diplomate saoudien Ali al-Qahtani des « relations entre les deux pays et de questions d’intérêt commun », indique un communiqué officiel publié à Doha.

Le Qatar, boycotté depuis juin 2017 par quatre pays arabes, dont trois de ses voisins du Golfe en raison notamment de ses relations jugées trop proches avec l’Iran, s’est réconcilié avec eux lors d’un sommet du Conseil de coopération du Golfe le 5 janvier en Arabie saoudite.

Les quatre pays (Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis et Egypte) ont levé depuis les mesures de sanctions économiques contre le Qatar, notamment l’interdiction des espaces aériens aux avions de Doha et la fermeture des frontières.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...