Première approbation pour des habitations israéliennes à Hébron en 16 ans ?
Rechercher

Première approbation pour des habitations israéliennes à Hébron en 16 ans ?

Selon le ministre de la Défense, ce projet concerne 31 maisons, des parcs et des jardins d'enfant au cœur de la ville poudrière de Cisjordanie

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

Des habitants juifs des implantations passent à côté d'une base de l'armée israélienne à Hébron. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des habitants juifs des implantations passent à côté d'une base de l'armée israélienne à Hébron. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a annoncé jeudi qu’un projet qui prévoit la construction des toutes premières habitations israéliennes depuis 16 ans à Hébron, en Cisjordanie, sera soumis au cabinet pour approbation.

« Dimanche, le cabinet va approuver le plan de construction de 31 unités de logement dans le quartier Hezekiah de Hébron. Le plan, qui en est déjà au stade de la planification, concerne également des jardins d’enfants et des parcs publics », a écrit Liberman sur Twitter.

Un responsable de la Défense a expliqué au Times of Israel que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a donné son feu vert au projet il y a un an. Il a ainsi permis à l’Administration civile – l’instance du ministère de la Défense qui autorise les constructions en Cisjordanie – d’octroyer des permis de construire pour les 31 habitations.

Ce projet est toutefois unique car il prévoit la transformation d’une base militaire israélienne en zone résidentielle. Il nécessite donc des fonds de la part de ministères gouvernementaux différents. Pour faire avancer ce plan, Liberman le présentera au cabinet pour approbation, a ajouté le responsable de la Défense.

Avigdor Liberman entouré par la sécurité lors d’une visite réalisée au Tombeau des patriarches, dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, le 14 janvier 2013 (Crédit : Flash90)

L’observatoire des implantations La Paix maintenant, et la municipalité palestinienne de Hébron ont déposé un appel devant l’Administration civile pour dénoncer le projet.

Le responsable a expliqué que son bureau avait connaissance de l’appel et qu’une « décision sera bientôt rendue publique ».

Interrogé sur l’éventuel caractère délibéré de l’annonce faite par Liberman quelques heures après une attaque au couteau commise dans le nord de la Cisjordanie, le responsable a expliqué que les plans du projet ont avancé de leur côté mais qu’il ne voit pas de problème dans le fait que cette annonce soit une sorte de « réponse » face à l’attentat.

Le territoire en question est situé au coeur de Beit Romano, l’un des quatre quartiers d’implantations juives dans la zone H2 de Hébron.

Les soldats montent la garde alors qu’un ultra-orthodoxe marche dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, le 22 juillet 2018 (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

Selon les termes du protocole de Hébron signé au mois de janvier 1997 par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président de l’Organisation de libération de la Palestine Yasser Arafat, la ville la plus peuplée de Cisjordanie est divisée en deux sections. Le secteur H1 comprend 80 % de la ville et il est placé sous le contrôle entier des Palestiniens. Dans le secteur H2, qui est sous contrôle militaire israélien, 500 habitants d’implantation vivent, entourés par 40 000 Palestiniens.

En raison de la nature sensible de cette ville biblique, les habitants juifs se sont trouvés dans l’incapacité de recevoir des approbations de construction de la part de l’Administration civile depuis 2002, année où 10 unités de logement ont été approuvées dans la banlieue de Tel Romeida.

Les habitants d’implantation se réfèrent à la zone où ils prévoient de faire construire un complexe d’appartements et divers établissements d’éducation sous le nom de quartier Hezekiah. Ce secteur était une propriété juive avant la fondation d’Israël en 1948, mais l’Administration civile l’a ultérieurement loué à la municipalité palestinienne de Hébron pour qu’elle y établisse une gare routière qui a depuis été réinstallée ailleurs.

Une vue générale de la ville de Hébron, en Cisjordanie, avec le Tombeau des patriarches, le 18 janvier 2017 (Crédit : Lior Mizrahi/Flash90)

Ces terrains ont été récupérés par Israël dans les années 1980 pour y construire une base militaire, les Palestiniens locaux qui ont fait appel devant l’Administration civile affirment que le statut de location adopté par le passé reste d’actualité.

Dans un communiqué venu répondre au tweet écrit jeudi par Liberman, La Paix maintenant a déclaré que rien ne nuit davantage à la réputation de l’État juif que les projets de construction en faveur des habitants d’implantations israéliennes à Hébron.

« Au lieu de les évacuer, le gouvernement cède aux extrémistes, et il semble avoir l’intention de nous obliger à nous éloigner de la paix », a indiqué l’ONG de gauche, qui s’est engagée à porter plainte devant la Haute cour de justice si l’Administration civile rejette son appel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...