Protestant contre l’État, des centaines de chaînes israéliennes restent fermées
Rechercher

Protestant contre l’État, des centaines de chaînes israéliennes restent fermées

Les grandes entreprises affirment que leurs pertes vont s'aggraver si elles ne bénéficient pas d'aides gouvernementales ; un syndicat dénonce une prise d' "otages" des employés

Un homme passe devant un magasin Castro fermé au Mamila Mall de Jérusalem, vide, le 16 mars 2020 (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Un homme passe devant un magasin Castro fermé au Mamila Mall de Jérusalem, vide, le 16 mars 2020 (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Des centaines de grandes entreprises vont rester fermées dimanche, malgré l’autorisation de réouverture, en signe de protestation contre le gouvernement à qui elles demandent des compensations pour les récentes fermetures et les restrictions en cours.

Quelque 200 chaînes, dont des célèbres magasins de vêtements, d’optique, de décoration intérieure, de camping et de sport, ainsi que des cafés et des restaurants, n’ouvriront pas leurs portes, même si de nombreuses restrictions liées à la pandémie ont été levées samedi à minuit. Une liste complète (en hébreu) est disponible ici.

Selon une décision du gouvernement vendredi, tous les magasins qui ne sont pas situés dans les centres commerciaux seront autorisés à fonctionner s’ils respectent les directives concernant la propreté, le port d’équipements de protection et le respect des mesures de distanciation sociale.

Mais les propriétaires de grandes entreprises demandent au gouvernement une compensation pour les pertes d’exploitation, en accord avec celles annoncées pour les petites entreprises.

L’Association des chaînes de mode et de commerce a déclaré dans un communiqué que l’ouverture de magasins de façon limitée, aujourd’hui sans filet de sécurité de la part du gouvernement, ne ferait qu’aggraver leurs pertes.

« Notre proposition de compensation est juste et minimaliste, prenant en considération les autres besoins de fonds publics ».

L’association demande une compensation de 5 % pour toutes les entreprises qui ont perdu plus de 25 % de leurs revenus en mars-avril, et de 10 % pour celles ayant perdu plus de 50 % de leurs revenus ; des subventions aux propriétaires d’entreprises pour chaque employé de retour d’un congé sans solde ; un soutien accru du gouvernement pour les prêts aux entreprises.

Le chef de la Fédération nationale du travail en Israël, Yoav Simchi, a critiqué les propriétaires de grandes entreprises, les accusant d’utiliser leurs employés, dont beaucoup sont toujours en congé sans solde, comme « otages » dans leur lutte contre le gouvernement.

La Douzième chaîne a également rapporté qu’entre-temps, de nombreux représentants des propriétaires d’entreprises dans tout le pays critiquaient la réouverture de l’économie sans apporter de solutions aux parents dont les enfants restent à la maison.

Les écoles maternelles et élémentaires devraient rouvrir partiellement début mai.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...