Rechercher

Quand les Nazis ont dérobé la tapisserie de Bayeux

La fameuse toile raconte l'invasion de l'Angleterre, un sujet obsessionnel pour les Nazis pour qui l’île britannique représentait le dernier rempart de résistance en Europe

Couverture du livre "Le vol de la tapisserie de Bayeux" de Jean-Charles Stasi (Crédit: Capture d'écran éditions Tallandier)
Couverture du livre "Le vol de la tapisserie de Bayeux" de Jean-Charles Stasi (Crédit: Capture d'écran éditions Tallandier)

Dans Le vol de la tapisserie de Bayeux le journaliste Jean-Charles Stasi a enquêté sur la tentative de l’Ahnenerbe, une organisation nazie, de dérober la célèbre tapisserie de Bayeux, autrefois appelée la « toile de la conquête ».

Ce ruban de 50 centimètres de large pour quasiment 7 mètres de long et brodée au 11e siècle raconte la tentative des Normands menée par Guillaume le Conquérant d’envahir l’Angleterre pour monter sur le trône.

Enfermée dans l’abbaye de Bayeux, la tapisserie a suscité la convoitise de cette organisation secrète, l’Ahnenerbe, une « organisation pseudo-scientifique fondée par Himmler en 1935, dont la mission était d’étudier ‘l’espace, l’esprit, les actes et l’héritage de la civilisation indo-germanique de race nordique, de donner une forme vivante aux résultats de la recherche et de les transmettre au peuple' » raconte Le Point citant Stasi.

Il réussiront à l’enlever, puis la déposeront au musée du Louvre à Paris. Mais lorsque deux SS se présenteront auprès de Von Choltitz, le gouverneur militaire allemand de Paris en août 1944 dans la capitale française qui s’insurge « leur désigne le Louvre désormais aux mains des résistants ». La tapisserie restera entre les mains de la France.

Quelques mois plus tard, après avoir été exposée au Louvre jusqu’en décembre 1944, la tapisserie regagne Bayeux.

Elle est inscrite depuis 2007 au registre Mémoire du monde par l’Unesco.

Jean-Charles Stasi, Le vol de la tapisserie de Bayeux, l’incroyable projet des Nazis, éditions Tallandier

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...