Rechercher

Quatrième homicide en 24 heures : un homme abattu à Tel Sheva

Plusieurs autres personnes ont été blessés ; un homme a été poignardé à Holon ; le chef du groupe de coordination de la communauté arabe accuse Ben Gvir et la police d'inaction délibérée

La police sur les lieux d'une fusillade mortelle dans la ville méridionale de Tel Sheva, le 3 mai 2023. (Crédit : Police israélienne)
La police sur les lieux d'une fusillade mortelle dans la ville méridionale de Tel Sheva, le 3 mai 2023. (Crédit : Police israélienne)

Un homme de 26 ans a été abattu mercredi après-midi dans la ville bédouine de Tel Sheva, dans le sud du pays. Il s’agit du quatrième homicide en 24 heures.

Plusieurs autres personnes ont été blessées dans trois fusillades, et un jeune homme a été poignardé à mort.

Alors que le nombre de décès se multiplie, le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, le député d’extrême-droite chargé de la police qui a fait campagne en promettant de renforcer la sécurité publique, n’a pas encore réagi.

La victime de Tel Sheva a été désignée par la chaîne publique israélienne Kan comme étant Adham Abu Issa, 26 ans.

La police a déclaré que dans la fusillade de Tel Sheva, un autre homme, âgé de 25 ans, a été modérément blessé. Les deux hommes ont été transportés à l’hôpital Soroka de Beer Sheva, où Abu Issa a été déclaré mort.

Selon Kan, Abu Issa était le fils de l’ancien maire de Tel Sheva, Musa Abu Issa, dont la famille est impliquée dans une querelle avec une autre famille au sujet d’un terrain destiné à un usage commercial.

La police a déclaré qu’elle enquêtait sur la fusillade et recherchait des suspects dans ce quatrième assassinat en moins d’une journée, alors que la vague de criminalité meurtrière ne montre aucun signe d’accalmie.

Dans la nuit de mardi à mercredi, un homme a été tué par balle à Nazareth et un autre a été mortellement poignardé à Holon.

Quelques heures plus tard, un homme a été abattu près de la ville de Qalansawe, dans le centre du pays.

Il s’agit des derniers meurtres en date d’une vague d’homicides qui a plus que doublé au cours des quatre premiers mois de l’année 2023 par rapport à la période janvier-avril 2022.

Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir en tournée, à Lod, le 17 avril 2023. (Crédit : Flash90)

La victime de Nazareth – identifiée dans les médias israéliens comme étant Sahar Natafi, un habitant de la ville âgé d’une vingtaine d’années – conduisait avec sa femme et sa fille lorsque des coups de feu ont été tirés sur le véhicule.

Sa femme et sa fille ont été respectivement légèrement et modérément blessées dans l’attaque.

La police a déclaré que la fusillade s’inscrivait dans le cadre d’un différend criminel.

Plus tard dans la journée de mercredi, un homme d’une trentaine d’années a été abattu près de Qalansawe. Il a été identifié dans les médias comme étant Mohammad Natur, un résident de la ville. Un autre homme, âgé de 23 ans, a été grièvement blessé et un troisième a été légèrement blessé.

Le service de secours du Magen David Adom qui s’est rendu sur les lieux a déclaré avoir trouvé dans la voiture un homme blessé qui ne présentait plus de signes vitaux. Les deux autres ont reçu les premiers soins avant d’être transportés à l’hôpital Meïr de Kfar Saba.

Les trois hommes se trouvaient dans la voiture lorsque des coups de feu ont été tirés depuis un autre véhicule. Un véhicule en flammes a été retrouvé un peu plus tard à Qalansawe et la police enquête pour savoir s’il a été utilisé lors de la fusillade.

Les communautés arabes d’Israël assistent depuis quelques années à une recrudescence des violences, entraînée principalement par le crime organisé – mais pas seulement. Les Arabes israéliens estiment que la police a été dans l’incapacité de sévir contre les organisations criminelles puissantes et qu’elle détourne le regard de ces violences depuis des années – avec des conflits entre familles, des guerres de gangs et des violences faites aux femmes.

Selon le groupe de campagne anti-violence Abraham Initiatives, 68 Arabes ont été tués dans des homicides – dont 58 par balles – depuis le début de l’année 2023.

Au cours de la même période l’année dernière, il y avait eu 27 décès comparables.

Mohammad Barakeh assistant à une conférence de presse sous la tente de protestation du High Follow-Up Committee for Arab Citizens, devant le Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 3 novembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef du High Follow-Up Committee for Arab Citizens of Israel, un groupe de coordination des dirigeants de la communauté arabe, a critiqué les autorités de l’État et le ministre de la Sécurité nationale, Ben Gvir, pour ne pas s’être attaqué à la criminalité dans sa communauté.

« Il y a tout simplement une situation de non-droit », a déclaré l’ancien député Mohammad Barakeh à Kan. « Personne ne pourra faire croire à qui que ce soit que la police n’est pas en mesure de lutter contre la criminalité et de rassembler les armes. »

Il a ajouté que la police savait qui étaient les criminels, mais qu’elle n’agissait pas.

« Le pays a abandonné la communauté arabe », a-t-il déclaré, suggérant que l’absence d’action est un stratagème politique délibéré.

« Certains pensent que si les Arabes s’entretuent, cela les distraira des problèmes principaux. Si les Arabes tuent des Arabes, tout ira bien ? Où sont l’État et les autorités ? »

Il a accusé Ben Gvir « d’incitation à la violence contre les Arabes » et les autorités d’avoir une attitude consistant à « blâmer la victime ».

Le mois dernier, le chef de la police israélienne Kobi Shabtaï a été critiqué pour avoir déclaré à huis clos qu’il était dans la « nature et la mentalité des Arabes israéliens de s’entretuer ».

Par ailleurs, dans la ville côtière de Holon, un homme d’une cinquantaine d’années a été poignardé dans la nuit de mardi à mercredi dans un parc public de la rue Kedoshei Kahir, ce qui constitue le deuxième homicide dans la même rue en une semaine.

Il a été transporté à l’hôpital Wolfson de la ville, où les médecins ont dû prononcer son décès.

Vendredi dernier, un homme de 22 ans a été poignardé à mort dans cette rue, lors d’un affrontement entre gangs de rue, selon la police.

Toujours à Holon, la police a déclaré mardi soir qu’un colis suspect avait été laissé près de la porte d’un appartement de la rue Eliyahu Krauze.

La police est arrivée et a confirmé que le paquet était un explosif qu’elle a ensuite neutralisé.

Le nombre d’homicides a fortement augmenté sous la houlette de Ben Gvir, qui a pris ses fonctions de ministre de la Sécurité nationale en décembre et qui s’était présenté avec un programme d’amélioration de la sécurité personnelle des citoyens.

Depuis le début de l’année, il y a eu 78 homicides, contre 34 au cours de la même période l’année dernière, selon un décompte effectué par Haaretz.

La forte augmentation du nombre d’homicides – la plus élevée depuis des dizaines d’années – a été observée tant dans la communauté juive que dans la communauté arabe, bien que les chiffres soient beaucoup plus élevés dans cette dernière.

La plupart des personnes tuées étaient des personnalités connues des services de police en raison de leurs liens avec le monde criminel, ce qui semble indiquer une augmentation du crime organisé dans la communauté arabe, selon l’article.

L’article indique également que, récemment, un certain nombre de personnalités du crime organisé ont été libérées de prison ou sont revenues dans le pays depuis l’étranger, ce qui a encore attisé les tensions et la violence.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : [email protected]
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à [email protected].
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.