Israël en guerre - Jour 146

Rechercher

Un homme poignardé à Holon, le troisième habitant de la ville tué cette semaine

Le ministre de la Sécurité nationale, Ben Gvir, a appelé à placer les suspects en détention sans inculpation pour lutter contre les crimes violents

La police sur les lieux où un homme a été poignardé à mort lors d'un incident de rage au volant à Holon, le 23 novembre 2022. Illustration (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
La police sur les lieux où un homme a été poignardé à mort lors d'un incident de rage au volant à Holon, le 23 novembre 2022. Illustration (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Un homme a succombé à ses blessures après avoir été poignardé pendant la nuit à Holon, ont annoncé vendredi les secouristes. Cet incident s’inscrit dans la série de violences meurtrières survenues à travers le pays.

Les secouristes sont arrivés sur les lieux de l’agression et ont emmené le jeune homme de 22 ans à l’hôpital Wolfson, avec de graves blessures sur le haut du corps, selon les services de secours du Magen David Adom dans un communiqué.

Arrivé à l’hôpital dans un état grave, le jeune homme a succombé à ses blessures vendredi matin.

La police a ouvert une enquête sur l’incident, qui selon elle est de nature criminelle.

Ce meurtre fait suite à une augmentation du nombre d’homicides présumés en Israël cette semaine, et c’est le troisième impliquant un résident de Holon.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, Lior Grinberg, 48 ans, connu par la police comme faisant partie du gang criminel Musli, a été abattu lors d’un coup de filet dans le monde du crime, a déclaré la police.

Grinberg avait été emprisonné dans le passé pour des délits violents. Il avait été inculpé pour le meurtre en 2012 d’un habitant de Bat Yam, Bar Cohen, et acquitté en 2016.

Plus tôt mercredi soir, Moshe Ben Simhon, 26 ans, un résident de Holon, a été abattu à Elad, une ville du centre du pays. La police a ouvert une enquête sur l’incident, qui serait également d’origine criminelle.

Le même jour, un homme a été mortellement blessé lors d’une fusillade dans la ville arabe de Kafr Yasif, dans le nord du pays. Il a été transporté à l’hôpital Galilée de Nahariya, où son décès a été constaté.

En outre, une femme de 33 ans a été retrouvée morte à son domicile dans le village bédouin d’Abu Karinat (sud) tôt jeudi matin, présentant des signes de violence, selon la police.

Face à la recrudescence des homicides, le ministre de la Sécurité nationale d’extrême droite, Itamar Ben Gvir, a appelé jeudi à la détention de suspects sans chef d’accusation dans une mesure pour lutter contre les crimes violents.

Ben Gvir a plaidé en faveur de la détention administrative et d’autres mesures administratives lors d’une réunion d’urgence avec les hauts responsables de la police, convoquée à la suite de l’augmentation récente du nombre d’homicides. Cette pratique controversée, qui permet de détenir des individus sans inculpation pour une durée quasi illimitée et de ne pas divulguer les preuves retenues contre eux, est surtout utilisée contre les Palestiniens soupçonnés de terrorisme, mais aussi contre certains extrémistes juifs.

Le chef du parti d’extrême droite Otzma Yehudit, qui, avant d’entrer à la Knesset en 2021, était avocat spécialisé dans la défense des Juifs soupçonnés de terrorisme, s’est longtemps insurgé contre la détention administrative des Juifs, et notamment pas plus tard que le mois dernier, en réaction à l’incarcération de quatre résidents d’implantations.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.