Qui sont les Juifs que Biden a nommés à des postes importants ?
Rechercher

Qui sont les Juifs que Biden a nommés à des postes importants ?

Du secrétaire d'État au procureur général, un échantillon diversifié de Juifs américains est appelé à occuper des sièges au sein du cabinet du nouveau président et au gouvernement

Le président élu américain Joe Biden s'exprime au théâtre The Queen à Wilmington, Delaware, le 7 janvier 2021. Il a qualifié les manifestations au Capitole de l'un des "jours les plus sombres" de l'histoire des États-Unis. (JIM WATSON / AFP)
Le président élu américain Joe Biden s'exprime au théâtre The Queen à Wilmington, Delaware, le 7 janvier 2021. Il a qualifié les manifestations au Capitole de l'un des "jours les plus sombres" de l'histoire des États-Unis. (JIM WATSON / AFP)

Le président américain Joe Biden a dressé, pendant les mois qui ont précédé son investiture, une liste de secrétaires de cabinet, d’assistants et de conseillers, dont plusieurs sont Juifs.

Les choix de M. Biden reflètent un échantillon diversifié de la communauté juive américaine et possèdent une expertise glanée au cours de décennies d’expérience dans le gouvernement, la science, la médecine et le droit.

Voici un récapitulatif des personnalités juives nommées alors que l’administration Biden est entrée en fonction hier.

Anthony Blinken, secrétaire d’État

Blinken, conseiller de longue date de Biden au parcours diplomatique bien rempli, est le beau-fils d’un survivant de la Shoah dont l’histoire a façonné sa vision du monde et, par la suite, ses décisions politiques, y compris au Moyen-Orient. Il a des opinions démocrates sur Israël et a déclaré lors de son audition de confirmation mardi qu’il souhaitait que les États-Unis réintègrent l’accord sur le nucléaire iranien – et qu’il consulterait Israël sur la politique iranienne.

Anthony Blinken s’exprime au Queen Theater à Wilmington, dans le Delaware, le 24 novembre 2020. (Carolyn Kaster/AP)

David Cohen, directeur adjoint de la CIA

Cohen, qui s’est longtemps impliqué dans les causes et les problèmes juifs, occupera le poste qu’il avait déjà sous le président Barack Obama. Il n’a pas besoin de confirmation, ce qui signifie que la CIA de Biden dispose dès le premier jour d’un expert de haut niveau sur les questions liées à l’Iran.

David Cohen, ici lors d’une audience au Capitole sur les sanctions contre l’Iran en 2011, a été nommé au poste de numéro 2 de la Central Intelligence Agency. (Brendan Hoffman/Getty Images via JTA)

Merrick Garland, procureur général

Garland a été empêché de rejoindre la Cour suprême au cours de la dernière année de l’administration Obama. Maintenant, il devra obtenir la confirmation du Sénat pour devenir le plus haut juriste du pays. Dans le discours qu’il a prononcé après avoir été nommé, il a fait honneur à ses grands-parents, qui ont fui l’antisémitisme en Europe avant de venir aux États-Unis.

Merrick Garland, photographié en 2016, a été désigné pour être le prochain procureur général. (Alex Wong/Getty Images)

Avril Haines, directrice du renseignement national

Haines était directrice adjointe de la CIA sous Obama et Biden l’aurait envisagée pour diriger cette agence. Sa mère était la peintre juive Adrian Rappin (initialement Rappaport), et son père non-juif a écrit un jour dans un récit sur un voyage avec Haines en Israël que la nominée se considérait comme Juive.

Avril Haines, la candidate du président américain élu Joe Biden au poste de directeur du renseignement national, s’exprime lors de son audition de confirmation, le 19 janvier 2021 à Washington. (Joe Raedle/Pool/AFP)

Ronald Klain, chef de cabinet

M. Klain, un collaborateur de longue date de M. Biden, première nomination importante du président élu en novembre, était auparavant chef de cabinet de M. Biden lorsqu’il était vice-président, et du vice-président Al Gore. Il a gardé des liens avec la synagogue de son enfance à Indianapolis, où il a appris plusieurs passages de la Torah pour sa bar mitzvah, et a fait part de son attachement à élever des enfants juifs.

Ron Klain, alors « responsable ebola » du président Obama, à Washington, le 13 janvier 2015. (Bill O’Leary/The Washington Post/Getty Images)

Eric Lander, directeur du Bureau de la politique scientifique et technologique

Lander, généticien de premier plan, devra obtenir la confirmation du Sénat après que Biden a élevé sa position au niveau du cabinet. Après avoir été critiqué pour avoir porté un toast à James Watson, le scientifique à qui l’on attribue la découverte de la forme de l’ADN et qui a également exprimé des opinions racistes et sexistes, Lander s’est excusé, affirmant qu’il avait lui-même été visé par l’antisémitisme de Watson.

Le président-élu Joe Biden, à droite, écoute Eric Lander, choisi pour devenir directeur du bureau des politiques scientifiques et technologie et conseiller présidentiel lors d’un événement à Wilmington, dans le Delaware, le 16 janvier 2021. (Crédit : AP Photo/Matt Slocum)

Rachel Levine, secrétaire adjointe à la santé

Levine, élevée dans un foyer juif conservateur du Massachusetts, est la secrétaire à la santé de l’État de Pennsylvanie. Elle est la première personne transgenre connue à être nommée à un poste nécessitant une confirmation du Sénat.

La secrétaire à la santé de Pennsylvanie, le Dr. Rachel Levine, rencontre les médias au siège de l’Agence de gestion des urgences de Pennsylvanie (PEMA) à Harrisburg, Pennsylvanie, le 29 mai 2020. (Joe Hermitt/The Patriot-News via AP, File)

Alejandro Mayorkas, secrétaire à la sécurité intérieure

Mayorkas, 60 ans, secrétaire adjoint à la sécurité intérieure sous le président Barack Obama, est né à Cuba d’un père juif cubain et d’une mère juive roumaine qui a survécu à la Shoah. Il a travaillé en étroite collaboration avec des organisations juives et a souvent parlé des menaces spécifiques auxquelles sont confrontés les Juifs américains. Un ensemble de groupes juifs ont cherché une confirmation rapide de sa nomination étant donné la menace de violence extrémiste entourant la transition présidentielle, mais un sénateur républicain qui a soutenu l’annulation des résultats des élections a bloqué cette possibilité mardi.

Alejandro Mayorkas, au Capitol Hill à Washington, le 25 juillet 2013. (Crédit : AP Photo/J. Scott Applewhite /File)

Anne Neuberger, directrice de la cybersécurité à l’Agence nationale de sécurité

Juive orthodoxe originaire de Brooklyn et ayant fait ses études universitaires dans des écoles orthodoxes, Neuberger travaille à la NSA depuis plus de dix ans. Elle a participé à la mise en place du Cyber Command américain et a travaillé en tant que responsable des risques, où elle a dirigé les efforts de l’agence en matière de sécurité des élections de mi-parcours de 2018.

Anne Neuberger, une femme juive orthodoxe, récemment nommée à la tête de la nouvelle Direction de la sécurité informatique de la NSA. (NSA via JTA)

Wendy Sherman, secrétaire d’État adjointe

Sherman a été la principale négociatrice de l’accord nucléaire iranien de 2015 et a pris l’initiative de plaider en faveur de l’accord auprès des communautés juives et pro-israéliennes, décrivant plus tard les tensions avec Israël et certaines organisations juives américaines au sujet de l’accord comme « très, très douloureuses ». Elle a également joué un rôle dans l’adaptation de la plate-forme du Parti démocrate aux lignes traditionnelles pro-israéliennes.

La sous-secrétaire d’État américaine aux Affaires politiques, Wendy Sherman, témoigne au Capitole à Washington, le 3 octobre 2013, devant une commission sénatoriale des relations étrangères. (AP Photo/Molly Riley)

Janet Yellen, secrétaire au Trésor

Mme Yellen est déjà entrée dans l’histoire en tant que première femme présidente de la Réserve fédérale, mais elle a maintenant été désignée pour être la première femme secrétaire au Trésor. Cette centriste respectée avait été, avec deux autres Juifs, reprise dans une publicité de 2016 de Trump qui reflétait des tropes antisémites.

Janet Yellen, présidente du conseil d’administration de la Réserve fédérale, s’exprime lors d’un briefing à la Réserve fédérale américaine, le 13 décembre 2017 à Washington, DC. (Le crédit photo devrait lire BRENDAN SMIALOWSKI/AFP via Getty Images)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...