Rechercher

Rahat : Un enfant bédouin de 7 ans blessé lors d’un échange de coups de feu

Le petit garçon a été touché à la nuque alors qu'il se trouvait dans la voiture familiale ; il est modérément blessé ; 3 jeunes ont aussi été blessés dans une rixe dans la ville

Yousef Sammir Alafenish montre la balle qui l'a touché à la nuque depuis son lit d'hôpital, à l'hôpital Soroka de Beer Sheva. (Autorisation)
Yousef Sammir Alafenish montre la balle qui l'a touché à la nuque depuis son lit d'hôpital, à l'hôpital Soroka de Beer Sheva. (Autorisation)

Un petit garçon de sept ans a été modérément blessé, dimanche après-midi, lors d’un échange de coups de feu survenu à Rahat, une ville du sud du pays.

Selon des informations, Yousef Sammir Alafenish se trouvait dans le véhicule familial qui circulait dans un quartier de cette localité à majorité Bédouine quand il a été touché.

Sa famille a immédiatement emmené l’enfant à l’hôpital. Les médecins ont indiqué qu’il se trouvait dans un état modéré après avoir été touché à la nuque.

La police a ouvert une enquête et ratissé le secteur, a dit un porte-parole des forces de l’ordre.

Le père de l’enfant a expliqué aux journalistes depuis la chambre de son fils, qui a été pris en charge à l’hôpital Soroka de Beer Sheva, que la famille se trouvait dans un magasin quand elle a soudainement entendu des coups de feu. « Nous nous sommes précipités dans la voiture et une balle a touché mon fils à la nuque. Cela a été véritablement un terrible cauchemar », s’est-il exclamé.

« Nous ne savons pas ce qui est arrivé, nous sommes partis en voiture et c’est venu de nulle part », a-t-il ajouté.

Les forces de l’ordre ont déclaré avoir placé en détention un homme de 30 ans, originaire de Rahat. Il devait être présenté devant le tribunal samedi pour prolonger sa détention.

La ville bédouine de Rahat, dans le sud d’Israël, le 8 avril 2019. (Crédit : Moshe Shai / Flash90)

Cet incident a suivi une rixe survenue dans un autre quartier de Rahat au cours de laquelle trois jeunes, âgés d’une vingtaine d’années, ont été blessés par balle, a fait savoir la police.

Les trois ont été pris en charge à l’hôpital Soroka par les médecins et l’un d’eux – âgé de vingt ans – se trouverait dans un état critique. Les deux autres, âgés de 20 et de 24 ans, sont dans un état modéré, selon le Magen David Adom.

La police a ajouté que trois suspects avaient été arrêtés pour d’autres coups de feu dans la ville, samedi matin. Elle a évoqué « un conflit entre familles ».

Il est difficile de dire pour le moment si tous ces incidents sont liés.

Au début du mois, la mort d’un enfant de quatre ans à Bir al-Maksur, un village du nord d’Israël, avait entraîné une onde de choc dans le pays. Ammar Hujayrat se trouvait sur une aire de jeux quand il avait été touché. La police a indiqué penser qu’il avait été victime d’une balle perdue qui avait été tirée sur un chantier de construction, à environ 300 mètres de là où il se trouvait.

Il y a eu une recrudescence des violences dans les communautés arabes d’Israël, ces dernières années – une recrudescence qui serait principalement entraînée par le milieu du crime organisé. Les Arabes israéliens blâment la police qui, selon eux, ne parvient pas à réprimer les puissantes organisations criminelles et détourne largement le regard face à ces violences – querelles entre familles, guerres entre gangs et violences faites aux femmes.

La communauté arabe souffre également de décennies de négligences.

L’organisation Abraham Initiatives, qui contrôle et lutte contre les violences au sein de la communauté arabe, avait annoncé que 126 citoyens arabes – un record sans précédent – étaient morts en Israël en 2021 en résultat de ces violences et de ces crimes. Il y a eu, ce mois-ci, déjà sept homicides apparents dans la communauté arabe.

Le Premier ministre Naftali Bennett et le ministre de la Sécurité intérieure, Omer Barlev, ont promis de s’attaquer à ces violences ainsi qu’au trafic d’armes illégales

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...