Rap antisémite : Une enquête pour provocation à la haine raciale ouverte à Paris
Rechercher

Rap antisémite : Une enquête pour provocation à la haine raciale ouverte à Paris

Le gouvernement avait annoncé ce jeudi avoir saisi la justice au sujet de plusieurs morceaux du rappeur ; le label Universal France annonce cesser toute collaboration avec lui

Le rappeur Freeze Corleone. (Capture d’écran : Twitter)
Le rappeur Freeze Corleone. (Capture d’écran : Twitter)

Le parquet de Paris a ouvert jeudi une enquête pour « provocation à la haine raciale » et « injure à caractère raciste » visant plusieurs clips et chansons du rappeur Freeze Corleone, a annoncé le procureur de la République Rémy Heitz dans un communiqué.

Le label de musique Universal France a en outre annoncé vendredi cesser « toute collaboration » avec le rappeur.

« Universal Music France distribue depuis une semaine le premier album LMF de l’artiste Freeze Corleone. La sortie de cet album a révélé et amplifié des propos racistes inacceptables », écrit le label un communiqué.

Affirmant défendre « les valeurs de tolérance et de respect », il annonce « mettre un terme à toute collaboration avec cet artiste ».

« Enfin libre. Merci a tous pour le soutient Dieu vaincra jamais on arrête le marathon », a réagi le rappeur sur son compte Twitter.

Le gouvernement avait annoncé jeudi avoir saisi la justice au sujet de plusieurs clips de ce rappeur jugés antisémites et négationnistes, qui ont provoqué l’indignation de la majorité LREM.

Les investigations ont été confiées à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ), a précisé le procureur.

Dans des extraits de ses clips diffusés sur les réseaux sociaux et compilés notamment par la Licra, cette figure montante du rap français déclare entre autres : « J’arrive déterminé comme Adolf dans les années 30 », « Tous les jours RAF (rien à foutre, ndlr) de la Shoah » ou bien encore « Comme des banquiers suisses, tout pour la famille pour qu’mes enfants vivent comme des rentiers juifs ».

Plus tôt dans la journée, une cinquantaine de députés LREM avaient appelé à des sanctions, se disant « profondément choqués des propos absolument détestables antisémites et négationnistes tenus par Freeze Corleone ». 

« Ce dernier fait ouvertement l’apologie du nazisme et l’éloge du terroriste Mollah Omar », écrivent les élus parmi lesquels la députée des Yvelines, Aurore Bergé, l’ex-ministre de la Transition Ecologique, François de Rugy, ou la présidente de la commission des Lois, Yaël Braun-Pivet. 

Dans un tweet, le chef de file des députés LREM Christope Castaner a lui aussi indiqué avoir saisi le procureur face à un clip « intolérable ».

Le dernier album du rappeur, intitulé « LMF » (« La Menace Fantôme »), sorti le 11 septembre, a déjà été salué par de nombreux amateurs de rap, qui lui ont également apporté leur soutien sur les réseaux sociaux.

Un clip posté sur YouTube vendredi, « Freeze Corleone 667 », affiche ainsi plus d’un million de vues, un succès qui suscite l’inquiétude d’associations, d’élus et de membres du gouvernement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...